007 : MOURIR PEUT ATTENDRE (Cary J. Fukunaga)

Il me semble quand même qu’avec Craig on est beaucoup dans le trauma en outrance, avec l’enfance malheureuse ,les méchants œdipiens, là où Sean Connery était certes sombre mais moins dans le pathos.
Pour ce qui est de Moore, quand on regarde les meilleurs films de cette période on se rends compte que l’on est pas en face d’un « clown » comme on l’a dit mais plus d’un homme qui masque sa colère et ses douleurs derrière une fausse légèreté (la fameuse scène de « L’espion qui m’aimait » où l’on évoque sa femme). Ce qui était un concept qu’on retrouvait chez beaucoup de héros de l’époque:Magnum, Indiana Jones…
Pour ce qui est du tout gadget de l’époque c’était que c’était devenu un marque de la saga.
Mettons que même si on est fan de la version Craig, c’est quand même le film de trop,finalement Arrêter sur Spectre n’aurait pas été plus mal.

Dangereusement Vôtre !
Tous simplement parfait.