1941-2021 : BON ANNIVERSAIRE WONDER WOMAN !

Ah oui … en effet. Désolé.

WONDER WOMAN - VERITE TRIOMPHANTE (2001) :

41QcGlnbdfL

En 1998, le scénariste Paul Dini (venu de la télévision) et le dessinateur et peintre Alex Ross (révélé par le Marvels de Kurt Busiek) se sont réunis pour fêter les 60 ans de Superman avec un album au format géant (Alex Ross était particulièrement friand des Treasury Editions de DC Comics dans sa jeunesse) entièrement peint. Le succès de Superman : Paix sur Terre a fait que les deux hommes ont poursuivi leur collaboration avec Batman : Guerre au Crime (1999), Shazam : Lutte pour l’Espoir (2000) et Wonder Woman : Vérité Triomphante (2001).

Ces grands albums sont de beaux écrins pour l’art d’Alex Ross car ce ne sont pas vraiment des bandes dessinées, il n’y a pas de narration séquentielle. Les titres de cette collection sont plus des romans illustrés, Paul Dini a écrit à chaque fois l’équivalent d’une nouvelle et ses paragraphes sont plaqués sur les illustrations pleine page de Ross. Ce qui a donné des oeuvres qui ont divisé et cela se comprend. Je trouve ces volumes très beaux, Alex Ross retranscrit parfaitement la puissance iconique des héros tout en se montrant tout aussi inspiré dans les moments intimistes (et comme Paul Dini le fait remarquer, il sait exactement à quoi ressemble un avion invisible).

Mais si l’idée et le message sont intéressants (confronter Wonder Woman au regard que l’humanité a sur elle, trouver l’équilibre entre les différentes facettes de sa personnalité, entre la guerrière et l’ambassadrice de paix…), l’ensemble n’est pas totalement abouti malgré de très belles scènes et la bonne volonté des auteurs. Visuellement superbe…mais les textes sont parfois un peu trop emphatiques…

Wonder-Woman-Spirit-of-Truth-int

Rhonda Hampton, modèle d’Alex Ross pour Wonder Woman :

XjTsT9ZhB0f-l5jkS4F9_8G0e_o48Yc-w7P-_QHLQ3E

Tiens, je crois que je ne l’ai pas, celui-ci !

Musique !

Bernard Badie (feat. Jackie Haywood) – Wonder Woman

WW-Julian Lopez

1 « J'aime »

Musique !

Wayne County and the Electric Chairs – Wonder Woman

image

Sebastian Fiumara :

WONDERWOMAN_Cv777_var

Janaina Medieros :

WW_BandG_Cv3_1in25_var

Wonder Woman par Doug Braithwaite :

image

Jim

WHAT THE F…?!?

Wonder-Woman-Scissors-EBaumsWorld-com

Quand Hot Wheels vendait…l’avion invisible de Wonder Woman !

Wonder-Woman-Invisible-Jet-Hotwheels.wikia-com

Ouch !!!
(jouet Mego sorti en 1975)

Wonder-Woman-Figure

C’est d’une élégance. …

Ouais, il y en a de bien moches…

Concernant Hot Wheels :

Tori.

Ah, et il y a le costume, aussi…

Enfin, c’est celui de « Female Captain America », apparemment.

Tori.

Magnifique !!!

Jim

VIDEO GAME !

Wonder Woman fait partie des personnages jouables du jeu Lego Dimensions sorti en 2015.

WW-Jérémy Courcelles 2

image

Pas lu depuis sa sortie, j’avais complètement oublié le contenu. Voici ce que j’en disais à l’époque, sur feu France-Comics :

Enfin le 1er volume consacré à l’amazone. On démarre par le run de l’auteur / dessinateur Jimenez, dont les dessins précis et bourrés de détails rappellent ceux de son mentor, G. Pérez.

Côté scénario, c’est vrai que cette incursion dans l’univers de Wonder Woman est quand même assez compliquée au premier abord, car, entre tous les nouveaux persos à intégrer, séparés en deux clans, les affaires d’une famille millénaire, leurs relations avec les dieux, les différentes porteuses du flambeau au quadruple V, leurs résurrections successives et l’intermède avec un crossover DC, il y a de quoi en perdre son grec ! Mais la narration linéaire permet de garder le fil. De plus, les infos manquantes arrivent petit à petit, et beaucoup sont compilées dans l’avant dernier épisode de ce volume.

Avis : amateurs de mythologie et de belles brunes, cet album vous est vivement conseillé !

Et c’est dingue, plus de dix ans plus tard, je suis en accord avec moi-même sur pas mal de choses, alors que j’avais même ounlié . Sauf que, entre temps (c’est à dire le mois dernier), j’ai lu la vingtaine de premiers épisodes de Pérez. Et mon avis est un peu nuancé sur la qualité de ce début de run de Jimenez (sauf pour le dessin), vu que je suis un peu mieux équipé.
Bah oui, parce que niveau hommage, on est là, y a pas de problème. Sauf que dans ce premier arc qui se situe à Gotham, qui fait référence au premier long arc de Pérez, bah les vilains sont un peu plus en mode cabotinage qu’avec Pérez. Alors, ouais, y a le Joker, l’épouvantail et Ivy qui traînaillent dans leur cerveau, mais on frôle quand même la pitrerie, quand on compare avec les épisodes d’appui. Et les dialogues sont autrement d’un autre niveau, c’est sûr. L’épique est bien moins là.
Après, je trouve dommage d’avoir ramené uniquement en vilain celles (ceux) qu’on a pu voir au début de la presta de Pérez, à savoir Silver Swan et Cheetah (et pour ce que a servi en plus). Le clin d’œil est trop prononcé. Après, malgré l’incursion du crossover qui malmène un peu la série, je trouve que l’épique finit par arriver, mais l’album ne nous permet d’avoir bien conscience des conséquences.
Ah, et même en ayant lu les deux albums d’Urban avant (et l’anthologie), ça reste quand même pas très simple à suivre par moment. Heureusement que l’épisode Our Worlds art war, situé en fin d’album, nous offre un bon résumé).

Donc, j’ai quand même passé un moment sympa, mais j’avais un tel bon souvenir qu’il y a quand même une pointe de déception , à l’aune du run de Pérez.