1941-2021 : BON ANNIVERSAIRE WONDER WOMAN !

Un an avant les Super Friends, la première apparition officielle de Wonder Woman sur le petit écran a eu lieu en 1972 dans un épisode du dessin animé The Brady Kids (inédit en V.F.), qui avait déjà accueilli précédemment Superman et Lois Lane.

Dans It’s All Greek to Me, les héros rencontrent Diana Prince/Wonder Woman et tout ce beau monde est projeté dans le passé, au temps des Jeux Olympiques Antiques.

ad619efcc84b015f440b26b64ec12a72

Extrait (les deux autres parties sont disponibles sur YouTube) :

Un petit buste…

Tori.

C’est sympa chez toi.

Oui dans toutes les mairies de France.

Jim

Pub !

v2wonderwoman01

tumblr_mzdezcGoP61riu867o2_640

image

tumblr_mlxclywnYm1rhjbado1_640

tumblr_mlxclywnYm1rhjbado2_r1_640

Hopey and Rand Race sketches by Jaime Hernandez for Wonder Woman Day, 2009.

Tiens, il signe Xaime… Son état civil, c’est J’aime ou Xaime ?
C’est le même prénom, mais Xaime est la variante orthographique en galicien…

Tori.

Il sait dessiner, mais peut-être pas écrire.

(c’est pour ça qu’il met une croix, hinhinhin…)

Jim

Les Wonder Women alternatives, chapitre 3 : Wonder Woman One Million

L’univers DC n’a jamais été radin en matière de futurs alternatifs. Et la palme revient sans doute à l’univers que Grand Morrison a situé au 853e siècle (à une date où, grosso modo et selon d’obscurs calculs, Action Comics atteindrait son millionième numéro, d’où le « One Million », pour faire court) et où la JLA officie toujours.

Justice_Legion_01

Grant Morrison étant ce qu’il est, si la JLA est toujours en activité quelque 833 siècles dans l’avenir, la signification de son sigle a changé. La « Justice League of America » est devenue la « Justice Legion Alpha », et les surhommes qui la composent ont des pouvoirs qui transcendent leur nature humaine, donnant l’impression qu’ils sont aux super-héros ce que ces derniers sont à nous autres pauvres mortels.

Wonder_Woman_One_Million_01

Bon, ce n’était pas la première fois que Morrison tâtait de l’idée de versions quasi-divinisées des membres de la Ligue, puisqu’il avait fait apparaître les héros de Wonderworld au début de l’arc « Rock of Ages », où l’on pouvait facilement reconnaître, malgré des déguisements complexes, Superman en Adam-One, Atom en The Mote ou encore Wonder Woman en The Goddess. Mais avec la Justice Legion Alpha, il créait une version futuriste tout à fait utilisable dans de gros événements éditoriaux.

image

Donc, cette JLA du futur fait son apparition officielle dans JLA #23, dessinée par Howard Porter, avant d’être au centre du cross-over One Million. Pour l’occasion, les séries en cours s’interrompent et, pendant un mois, des numéros #1000000 paraissent, confrontant les héros avec leurs doubles futuristes.

image

L’histoire tourne autour d’un voyage temporel, d’une menace cosmique, d’un échange culturel, de l’affirmation d’une identité et de l’avènement d’un héritage héroïque qui dépasse les époques et les générations. En plaçant si loin l’avenir qu’il décrit, Morrison s’autorise des disparités technologiques et culturelles délirantes, des idées tordues, mais également une sorte de « sens du merveilleux » qui convient très bien à des séries aussi colorées (bon, quand est-ce qu’il retourne chez Marvel écrire Avengers, tiens, lui ?).

image

S’il met en avant des héros qu’il a fait venir dans la série, à l’image de Steel, et s’il propose des enjeux vraiment impressionnant, Wonder Woman y joue un rôle important. C’est Superman, en tant que fondateur du genre, qui est au centre du récit, mais la fière Amazone n’est nullement négligée.

image

L’une des particularité de cette version futuriste de Wonder Woman, applicable à ses équipiers aussi, au-delà de la simple déclinaison stylistique des costumes et des symboles, pectoraux et autres, c’est que les personnages paraissent déshumanisés, presque robotiques, ou artificiels. Les auteurs parviennent à créer un sentiment d’étrangeté dans ces personnages de papier, peut-être comparable à celui que les lecteurs de la fin des années 1930 pouvaient ressentir au tout début du genre. Mais l’histoire fait en sorte que ces figures un peu synthétiques sont très vite humanisées.

Jim

1 « J'aime »

Ah bah ça, fatalement, je ne pouvais pas ne pas le montrer ici !

Jim

Oui, je le gardais de côté pour le mettre ici, mais ça illustrait bien mon propos là-bas…

Tori.

J’ai beaucoup aimé DC One Million, oui.

Pas pu résister dès que je l’ai vu.

Jim

Hommage à Steve Lightle, qui vient de nous quitter :

Wonder Woman :

image

Wonder Girl :

image

Illustration représentant Diana dans Wonder Woman Gallery (1996)…

RCO013_1582335298

… et illustration représentant Circe, dans Wonder Woman Secret Files & Origins (1998) :

RCO043_1583452049

Jim

Donna Troy par Mike McKone, image postée cette semaine sur son compte Twitter :

ErJ5mgsVEAIFDIF

Magnifique !

Jim

Wonder Woman par Alvaro Martinez Bueno :

image

Jim

Oh la vache. ça fait très photo, mais l’effet est là.

Il y a quelque chose dans le style d’Alvaro Martinez qui évoque ce que faisait Epting dans les années 1990 : très réaliste, mais très dynamique, avec beaucoup d’ombres et de modelés.

Jim

Sauf que c’est quand même tout aussi réaliste que ce qu’a fait Epting dans les années 2000. Plus que pour les années 90.
Mais ouais, je vois ce que tu veux dire. Y a de la puissance, du mouvement qui se ressent dans cette image.

(quelqu’un peut la filer à Greg Land, cette image ?)