1941-2021 : BON ANNIVERSAIRE WONDER WOMAN !

Et ça va encore, le rythme n’est pas si soutenu, j’arrive encore à mettre à jour l’index (car oui, il y a un index, dans le post numéro 1).

Jim

Souvenir d’Angoulême 2000, sur le stand Semic (il y a donc presque vingt-et-un ans). Notre graphiste / chef de fabrication, Hervé Graizon, obtient une dédicace de Mike Wieringo, et porte avec fierté un tee-shirt Wonder Woman par Adam Hughes.

image

Jim

Bon allez, je pensais attendre un peu (que je suis faible ^^) mais je vais suivre le mouvement et avant de me déconnecter, je remonte un de mes vieux billets datant de 2015.

MAIS QUI A PEUR DE DIANA PRINCE ?

En 1966, le succès de la série télévisée Batman avec Adam West et Burt Ward a bien entendu poussé le producteur William Dozier à développer plusieurs projets autour de personnages de bande dessinée. Il rencontrera nettement moins de succès qu’avec les exploits du Duo Dynamique puisqu’une seule série sera finalement produite : Le Frelon Vert (je sais, il s’agit là de l’adaptation d’un personnage né à la radio, mais le Green Hornet est vite devenu un héros de comics).
Le Frelon Vert n’a duré qu’une seule saison et est surtout connu pour avoir révélé internationalement un certain Bruce Lee. Le Frelon Vert et Kato ont même rencontré Batman et Robin à l’occasion d’une aventure croisée entre les deux feuilletons.

Parmi les projets avortés, il y a eu une drôle de tentative d’adapter un autre comic-book de l’éditeur DC Comics, Wonder Woman . Lorgnant dès le début vers la comédie, le projet a d’abord été confié à deux collaborateurs de Mad Magazine , Stan Hart et Larry Siegel. Peu emballé par le résultat, Dozier fait alors appel à l’un des scénaristes principaux de Batman , Stanley Ralph Ross. Pour vendre le concept aux exécutifs de ABC, Dozier décide de tourner une portion du pilote (environ 5 mn) sous le titre de travail “Who’s afraid of Diana Prince ?”.
Ce test n’a finalement pas débouché sur une commande de la chaîne ABC…ce qui n’est guère étonnant.

hqdefault

Diana Prince (interprétée par Ellie Wood Walker) est une jeune femme maladroite, sorte de version ultra-exagérée de Clark Kent, qui vit avec sa mère près d’une base militaire. Sa mère connaît l’identité secrète de Diana, mais ça ne l’empêche pas de passer son temps à critiquer sa fille parce qu’elle n’a toujours pas de petit ami. Lorsqu’elle apprend que Steve (Trevor?) est en danger, Diana revêt son costume de Wonder Woman, mais au lieu de partir tout de suite à sa rescousse, elle prend d’abord le temps de s’admirer dans le miroir (ben oui, pourquoi se presser ?). Ce qu’elle voit est un reflet super-sexy d’elle-même (Linda Harrison, la Nova de La Planète des Singes ).
On pourrait alors penser que Wonder Woman n’est qu’une création de l’esprit de Diana, mais le court-métrage se termine par Wonder Woman qui se précipite vers la fenêtre pour prendre son envol, souligné par un effet joliment ridicule.

2a810e425ef43aeac506485479122500ea2807f4_2_750x552
Mais que je suis super canon…

Dans cette version (et sous réserve que les éléments de ce prototype allaient être effectivement conservés par la suite), Wonder Woman a donc l’un des pouvoirs les plus inutiles qui soient : la super-vanité !!!

b4b075f30c6def675f1cc9f81b763451
Ah, je ris de me voir si belle dans ce miroir…

Retrouvez ci-dessous “Who’s afraid of Diana Prince ?” , en V.O. :

Il faudra attendre la décennie suivante pour découvrir sur le petit écran une déclinaison plus fidèle de la bande dessinée de la belle Amazone (après un pilote avorté avec une Wonder Woman blonde). Et pour la petite histoire, c’est Stanley Ralph Ross, le scénariste du petit court métrage ci-dessous, qui se chargea de développer la série qui rendit Lynda Carter célèbre !

Dessin de Barb Rausch (dessinatrice entre autre de la version BD de Barbie chez Marvel, et collaboratrice notamment de Trina Robbins) pour le cinquantième anniversaire de Wonder Woman, à l’occasion de la Comicon de San Diego en 1991.

image

Jim

Wonder Woman apparaît dans de nombreuses publicités, que ce soit pour ses propres titres ou pour ceux des collègues :

Jim

Encore une page de publicité :

Et même en français :

Sans oublier quelques conseils élémentaires (et dans l’air du temps) :

Wonder Woman Bondage, le projet avorté :

Je viens de recevoir, dans ma boîte aux lettres, le calendrier des pompiers (d’ordinaire, ils passent… mais cette année n’a rien d’ordinaire…). et les photos sont composées de petits montages dans lesquels des pompiers se livrent à différentes activités (brancards, échelles, lances…) assistés par des jouets représentant des super-héros, figurines rendues à l’échelle humaine par le biais de montages.
Au milieu du calendrier, un cahier noir et blanc propose des coloriages de super-héros, et le premier personnage du lot est… Wonder Woman, dans un style inspiré des dessins animés.

Jim

Les pompiers … Wonder-Woman. …

Ben quoi, on peut faire du bondage avec leur lance à incendie, non ?

Tori.

Voilà, c’est bien ce que je dis … C’est raccord

Sinon, c’est ça, le coloriage ?


Tori.

Pourquoi je n’ai pas de calendrier, moi !?

Moi non plus.

Tori.
PS : Bon, j’ai trouvé le cadeau de Noël pour la petite Alexa :

Hahahaha, non.
J’ai plus de scann, sinon j’aurais fait une belle nimage.

Jim

Ma fille l’a eu l’année dernière…
D’ailleurs peut être que notre ami Ben pourrait nous faire un petit montage Lego WW ?

Les pompiers chez moi ont même fait un cross over

Tonton Hermès nous gratifie de quelques couvertures mettant en scène des cross-overs imaginaires entre Wonder Woman et Captain America. C’est par ici :

Jim