1941-2021 : BON ANNIVERSAIRE WONDER WOMAN !

Page d’introduction de Wonder Woman #240, par José Delbo :

image

Jim

Croquis préliminaire d’Ed Hannigan pour Wonder Woman #328 :

image

Cela donnera naissance à la couverture du numéro 329, dessiné par José Luis Garcia-Lopez, et accessoirement dernier numéro de la série avant Crisis :

image

Jim

Planche originale de Wonder Woman #187, par Mike Sekowsky et Dick Giordano :

image

Jim

Deux planches originales de Wonder Woman #191, par Mike Sekowsky et Dick Giordano :

image

image

Jim

Planche originale de Wonder Woman #250, par José Delbo et Joe Giella :

image

Jim

Planche originale de Wonder Woman #93, par Mike Deodato Jr. :

image

Jim

Couverture de Wonder Woman #235, par José Luis Garcia-Lopez et Vince Colletta :

image

Jim

Planche originale de Wonder Woman: The Hiketeia, par J. G. Jones et Wade Von Grawbadger :

image

Jim

Wonder Woman par Dave McKean :

image

Jim

Une planche originale de Ramon Bernado pour Justice League Task Force #30 :

image

Jim

Pleine page de Wonder Woman #127, par John Byrne :

image

Double page de Wonder Woman #128, par John Byrne :

image

Jim

Une planche originale de Superman vs Wonder Woman, par José Luis Garcia-Lopez :

image

Jim

Planche originale de Mike Vosburg et Dick Giordano pour World’s Finest Comics #248 :

image

Et une planche de la même équipe, pour l’épisode suivant :

Planche originale de George Pérez pour Wonder Woman #18 :

image

Jim

Planche originale de John Byrne et Tom Palmer pour Wonder Woman Annual #6 :

image

Jim

Planche originale de John Byrne pour Wonder Woman #104 :

image

Jim

Planche originale d’Action Comics #600 où John Byrne et George Perez se partagent le dessin :

Action Comics #600 Art by John Byrne and George Perez

Couverture originale de Wonder Woman #191 (1970) par Mike Sekowski (dessin) et Dick Giordano (encrage) :

Original cover art by Mike Sekowsky (pencils) and Dick Giordano (inks) from Wonder Woman #191, November 1970

Pour les plus curieux, voici la page de crédits, qui explique que Byrne a écrit et découpé le récit, et que Pérez y a assuré les finitions.

image

On peut donc penser que les crayonnés de Byrne étaient suffisamment légers pour que son compère les finisse, soit au crayon et à l’encre soit à l’encre seulement, de manière à ce que les deux styles puissent être palpables sans que l’un l’emporte sur l’autre.
Ça permet aussi d’homogénéiser l’ensemble, chacun touchant l’ensemble de la planche (ce n’est pas la formule « Byrne dessine Superman et Pérez Wonder Woman »).
À ce titre, je trouve le résultat très agréable.

Jim