1961-2021 : BON ANNIVERSAIRE LES 4 FANTASTIQUES !

FANTASTIC FOUR ANNUAL #1

113848

Avec le temps, ces épisodes spéciaux que sont les annuals sont devenus de plus en plus anecdotiques. Mais aux débuts de l’univers Marvel tel que nous le connaissons, les numéros annuels racontaient régulièrement des passages importants de la vie des héros. Et pour le premier des Quatre Fantastiques , Stan Lee et Jack Kirby ont concocté une invasion venue des profondeurs. Le récit a été publié juste quelques mois après la précédente apparition du Prince des Mers dans Fantastic Four #14 . Namor était alors l’adversaire régulier des F.F. (mais pas leur ennemi juré) et entre ces deux numéros (les informations manquantes ont été révélées plus tard dans la maxi-série Saga of the Sub-Mariner ), l’atlante a enfin retrouvé son peuple.

Les premières pages montrent Namor reprendre sa place sur le trône d’Atlantis au cours d’une cérémonie en grande pompe. Il a à ses côtés sa fiancée Lady Dorma, au grand déplaisir du seigneur de guerre Krang qui s’était rapproché d’elle pendant l’absence de son souverain. La première décision de Namor est de faire payer à l’humanité ses crimes contre le peuple atlante, en vrai « fils vengeur ». Pendant ce temps, la vie continue au Baxter Building. La Chose et la Torche se chamaillent, ce qui n’est pas sans causer quelques dégâts. La famille décide alors de prendre des vacances en pleine mer, une croisière où ils ne vont pas faire que s’amuser…

Lee et Kirby font un bon usage des pages supplémentaires accordées par le format. Les éléments sont bien dosés : le côté soap , la première confrontation et l’ultimatum avant l’assemblée à l’O.N.U. La scène permet aux acteurs de raconter l’histoire des Atlantes et revisiter les origines de Namor pour la première fois depuis les années 40. Le scientifique qui dévoile ces détails n’est autre que le Prince des Mers, ce dont ne se doute pas Reed. Un Reed vindicatif (toujours jaloux de Namor, n’est-ce pas ?) et prompt à déclarer la guerre, ce qui ne manque pas d’arriver…

Le dernier acte est l’invasion éclair, un conflit qui a toujours quelque chose de personnel ce qui ajoute à la tension et aux rebondissements. La décision que prend Namor dans les dernières pages participe à la complexité du personnage et après cette action échevelée, c’est toujours intéressant de terminer sur une case amère, qui montre bien que le fier atlante n’était pas qu’un simple « ennemi » des Quatre Fantastiques.

L’ annual comprend aussi une histoire courte qui revient sur la première rencontre entre les F.F. et Spider-Man (qui avait eu lieu dans Amazing Spider-Man #1 ) en lui accordant un chouïa plus de place. La vignette joue sur la situation bien connue des « héros qui se battent sur un malentendu avant de s’expliquer » et ce premier contact se fait sur une base amusante. Stan Lee allait ensuite monter une petite rivalité entre Peter Parker et Johnny Storm avant que le Tisseur fasse partie de la famille quelques années plus tard.

La série d’illustrations d’Alan Davis et Mark Farmer pour les débuts des Essentials Fantastic Four (les trois premiers volumes parus entre fin 1998 & mi-2001), pratiquement un an après la sortie du Fantastic Four #1 de Lobdell/Davis (pour le lancement de l’ère « Heroes Return »).

5c35163e2601ca285032ccc1db44a78a

page-1-essential-fantastic-four-marvel-1998-series-1-untitled

827701

tumblr_mt6qlvY3f51r2zuago1_1280

e5757779c81a1b7bf367ceecf9730c27

Verso_265835

Alan-Davis-Original-Comic-Art-Fantastic-Four-Cover

tumblr_n415xmCsH81rf5t8co2_1280

133628

tumblr_n415xmCsH81rf5t8co1_1280

s-l1600

davis Essential FF 3

Couv_211146

Davis a également dessiné à la même période une poignée de couvertures dans la même veine pour les Marvel Selects: Fantastic Four (Wieringo a fait de même pour ceux consacrés à Spidey).

1 « J'aime »

Le feuilleton radio, épisode 5 : Prisoners of the Puppet Master (F.F. #8, cf. post 256)

FANTASTIC FOUR #25 & 26 :

99604

Pour la deuxième fois consécutive, l’année de publication des 4 Fantastiques s’était terminée par un combat contre Hulk. Mais le cadre n’était pas le même que pour le #12. Un an plus tôt, la rencontre a eu lieu sur la base d’un malentendu, le Titan Vert était plus réfléchi, plus maîtrisé, avec un Banner plus en contrôle. Cette fois, c’est le contraire. Fantastic Four #25 se déroule après Avengers #3 et 4. L’intégration de Hulk chez les Avengers s’est soldée par un fiasco et pour le colosse, son ami Rick Jones s’est retourné contre lui. C’est donc un Hulk colérique et incontrôlable qui se dirige vers New-York pour s’en prendre aux Avengers.

Mais la nouvelle super-équipe n’est pas (encore) là et les Fantastiques sont les seuls à pouvoir défendre la ville. La situation est là encore différente. Reed est dans un sale état après une expérience ratée. Johnny se retrouve à l’hôpital après un bref round contre Hulk qui a également épuisé Sue. La Chose est donc seul contre Hulk pour un combat épique, qui prend de telles proportions qu’il s’étale sur l’épisode suivant.

Lee et Kirby ont concocté une aventure palpitante, au rythme qui ne faiblit jamais. Les scènes de destruction s’enchaînent, poussant la résistance de la Chose au maximum. Les Avengers débarquent dans la deuxième moitié de l’épisode 26 et il est amusant de remarquer qu’ils n’avaient pas encore l’habitude de travailler avec d’autres équipes tant ils se tirent dans les pattes (esprit de compétition ?) avec les F.F. (leur première rencontre avec les X-Men ne se passera pas très bien non plus).

Les dialogues sont savoureux (enfin, à part ceux de la Guêpe qui n’a pas été souvent gâtée sur ce point là) et les péripéties assurent le grand spectacle jusqu’à la dernière page. Après deux ans, l’univers Marvel prenait de plus en plus d’ampleur et cette saga en deux parties en était une (très) bonne démonstration.

Purée, je l’adore, ce diptyque.

Jim

1 « J'aime »

Fantastic Four #259 (1983) / Wonder Woman #98 (1995) : Mike Deodato Jr, fan du run de Byrne ?

tumblr_ny9wz22zBG1rra8xoo1_1280

tumblr_nz2tdlSsff1szfy48o1_1280

tumblr_nz2tdlSsff1szfy48o2_1280

tumblr_mogfj9222F1s2u4wdo1_640

Will Conrad, John Byrne & Mike Deodato. 2001.

Il est super. Avec Duo Diabolique et des épisodes dans Strange Origines, il fait partie des premières aventures des F.F. que j’ai lues. À l’époque, je ne savais pas qu’il s’agissait de deux épisodes en fait puisque je les ai lus dans Marvel #11 (que j’ai toujours) et Lug les avait réunis pour en faire un méga-épisode de 40 pages, sans coupure…

Toujours au rayon Kesel :

Quand Byrne apparaît dans ses propres histoires (avant son run sur Sensational She-Hulk) :

Souvenirs des Fantastiques sur Pimpf (2005) : Souvenirs des Fantastiques

Je pense que je l’ai lu dans une réédition (dans Strange Spécial Origines, non ?), et j’ai la vague impression qu’ils avaient restitué la structure en deux parties, mais j’ai la flemme d’aller vérifier…
:wink:

Jim

FANTASTIC FOUR #30

99609

Au début de Fantastic Four #25 , Ben Grimm refuse catégoriquement de boire la nouvelle potion de Reed car il veut rester la Chose. Dans le #30, il se retourne contre sa famille et accepte la proposition de Diablo qui lui promet de lui rendre sa forme humaine s’il le sert pendant un temps. Incohérence ? Pas si sûr car cela fait aussi partie du tragique du personnage et de sa quête d’identité et d’acceptation de soi, surtout quand il se rend compte que l’alchimiste est un escroc et que ses formules ont un effet limité.

Selon plusieurs sources, Fantastic Four #30 est un épisode qui a été produit assez rapidement, alors que le bouquin avait pris du retard. Ce qui ressent à la construction du récit : en vacances en Transylvanie (!), les F.F. se perdent et découvrent un château qui aurait bien eu sa place dans un classique de l’horreur de la Universal. Les habitants leur parlent alors de l’ancien propriétaire des lieux, le sorcier Diablo, qui aurait trouvé le moyen de prolonger la vie humaine. Selon la légende, Diablo a été enfermé dans une crypte, attendant celui qui le délivrerait. Et c’est tombé sur ce pauvre Ben…

Il se dit que Stan Lee n’aimait pas Diablo…il ne l’a d’ailleurs pas utilisé tellement de fois que ça, j’ai l’impression. Ce numéro reste une petite lecture divertissante, mais l’intrigue est tout de même assez faiblarde et le final est précipité, sans revenir sur les actions de Ben pendant la première partie (avec un « laisse tomber Ben, l’essentiel est que tu sois de nouveau avec nous » ). Ils étaient à la bourre, pas vraiment de temps pour du développement de personnages, donc…

426ae0440568c042e7e91cf68527667b

FANTASTIC FOUR ANNUAL #3

113850

Pendant au moins la première année et demie de publication des 4 Fantastiques , il y a eu une sorte de « triangle amoureux » entre Mr Fantastic, la Fille Invisible et le Prince des Mers. Puis les choses ont commencé à changer quand Namor a retrouvé son peuple. Reed a demandé la main de Sue dans le #35 (la première apparition de l’Homme-Dragon) puis les fiançailles ont été fêtées dans le #36 (première réunion des Terrifics). Les aventures se sont enchaînées (dans le #40, un Ben déchaîné brise les mains de Fatalis) et le mariage du siècle a enfin eu lieu dans le troisième annual , qui se déroule chronologiquement entre le #43 et le #44.

Pour se venger de l’humiliation subie, Fatalis utilise une nouvelle machine de son invention pour perturber le mariage de Reed et Sue. Grâce à son transformateur psychique, il manipule les esprits d’une impressionnante galerie de vilains qui viennent gâcher la fête. Ce numéro a été pensé comme un véritable événement et tout est au rendez-vous : de l’humour, des références internes (Millie le Mannequin et Irving Forbush sont mentionnés…mais pas dans la traduction de Lug avant d’être rétablis dans celle de Panini), de l’action à gogo superbement chorégraphiée par Jack Kirby (dommage tout de même qu’on lui ait collé Vince Colletta à l’encrage…Joe Sinnott est arrivé juste après sur la série mensuelle).

La profusion de personnages (à l’époque de ma première lecture, il y a bien longtemps, je ne connaissais pas encore tous les vilains présents comme La Licorne, le Fondeur et même le Super-Skrull) n’empêche pas les combats d’être fluides et l’absence de certains protagonistes est même expliquée. Et tout cela en seulement 23 pages très bien remplies…

Tout est résolu grâce au Gardien (et dire qu’il avait fait le voeu de ne jamais intervenir !) qui fait office de deus-ex-machina (ce qui est aussi l’occasion d’un nouveau « photo-collage » de Kirby pour illustrer le passage dans une autre dimension) avant que la cérémonie puisse enfin se dérouler sans encombres. Le service de sécurité n’a plus laissé entrer personne…et même pas Stan Lee et Jack Kirby !

C’est par cet épisode que s’est terminée la publication des F.F. dans la revue Marvel . Un numéro 14 avait été annoncé…mais la censure était passée par là. Lug a tout de même tenu bon et deux ans plus tard, les Fantastiques ont intégré une nouvelle collection d’albums grand format dont les premiers furent Les Inhumains sont parmi nous et La saga du Surfer d’Argent (je passerai d’ailleurs directement à la Trilogie Galactus pour le prochain billet).

bdd8f8eacee78c0c035c0dcfd87acd9d

tumblr_o2v5uddsLb1qe04zro1_1280

tumblr_o32je4g0hJ1qe04zro1_1280

tumblr_o39y98Ga0S1qe04zro1_1280

tumblr_o39yl4iiVi1qe04zro1_1280

tumblr_o3l11miShu1qe04zro1_1280

tumblr_lufwjeBmKS1qcd4b2o1_1280

bdd8f8eacee78c0c035c0dcfd87acd9d

tumblr_pwxn3pMuGk1rx9xdlo4_640

2a34d8_00d38e7a3dbc47159c34e37f446e45fc~mv2

kirbyff:crossroads:infinity

tumblr_mt4ihwJRyu1rbkzyyo1_1280-2

tumblr_mt4iimbr4r1rbkzyyo1_1280

tumblr_mpas4yuHsI1rra8xoo1_1280

L’hommage dans le 1963 de Moore n’aurait pas été complet sans le photo-collage, donc…

5784219-maybemachine

Ça explique pourquoi Fatalis ouvre une porte avec son pied plutôt qu’avec ses mains meurtries au début de cet Annual.

unnamed

La couverture d’Alan Davis pour Fantastic Four: Atlantis Rising Collectors’ Preview #1 (1995) :

lf-2

tumblr_p2p5ro30W31vt2ynno1_1280

Fantastic_Four_Atlantis_Rising_Collectors'_Preview_Vol_1_1_Wraparound

1 « J'aime »

Un des hommages à Jack Kirby dans le Mister Miracle de King/Gerads (#10, 2018) :

tumblr_peoobxtYbB1s5rjeao3_500

tumblr_peoobxtYbB1s5rjeao4_500

tumblr_peoobxtYbB1s5rjeao5_500

tumblr_peoobxtYbB1s5rjeao6_500

tumblr_peoobxtYbB1s5rjeao9_500

Le jovial Funky Flashman (avatar moqueur de Stan Lee depuis sa création par Kirby dans les pages de la saga du 4ème Monde) y résume à sa façon la fameuse « méthode Marvel » (« Il fournit l’imagination ! Je m’occupe des mots ! »), alternative au « full script » de DC/Julius-de-chez- Schwartz-en-face.

J’ai relu l’annual dans Marvel #13 dans une version qui ne fait que 20 pages avant de me rappeler que j’avais aussi l’épisode en entier dans l’anthologie Stan Lee de Panini. En comparant, Lug avait raccourci la bataille en coupant les interventions des Avengers et de Spider-Man. Un Spidey qui n’a pas été dessiné par Kirby car c’est Steve Ditko qui s’est chargé du cameo du Tisseur…

14_3-14_5

C’était pas un cameo du dessin animé ?