1962-2022 : BON ANNIVERSAIRE THOR !

Art Adams :

tumblr_91bdc382bd92fc471fc3b4c049520cad_f1315676_1280

Esad Ribic :

Dan Panosian

image

1 « J'aime »

Paul Smith

Pub !

Will Sliney

Michael Dooney

Scott Kurtz

Ryan Kelly

image

1 « J'aime »

Yildiary Cinar

image

Mark Brooks

image

Stéphane Roux

Atilio Rojo

image

Nicola Scott

image

Gene Espy

Werner Maresta

image

Jordi Tarragona

image

Michael Dooney

image

(version Steampunk)

Robert Kraus

image

THOR vol.2 #59 :

101814

Thor #59 est ce qu’on appelle un fill-in, un épisode commandé quand les auteurs réguliers sont en retard et/ou ont besoin de souffler un peu. Dans la longue prestation de Dan Jurgens (qui a inauguré le volume 2 de la série Thor), La Substance de nos Rêves s’intercale entre le crossover Standoff et l’arc narratif Spiral. On doit ce numéro au scénariste Christopher Priest et au dessinateur Trent Kaniuga qui a fait à l’époque un bref détour par les comics avant de travailler régulièrement dans l’univers des jeux-vidéos.

Christopher Priest a imaginé un futur proche (2026 !) alternatif sans super-héros. Ou en tout cas, les super-héros semblent avoir disparu (il n’y a pas vraiment la place pour détailler tout ça). L’histoire démarre par l’évocation d’un âge héroïque révolu, raconté par un sans-abri qui déclare être le véritable Thor (situation peut-être inspirée par la période SDF de Namor ?). Un jeune sans repères, un peu rebelle, est témoin de la scène. Il tombe ensuite par hasard sur le cadavre d’un elfe (ce qui ne semble pas l’étonner plus que cela)…et le marteau de Thor ! Mais est-ce bien le véritable Mjolnir ?

Le scénario de Priest entretient bien le doute sur la nature du vieil homme qui prétend être le dieu du Tonnerre à travers l’enquête d’un adolescent qui cherche une lueur d’espoir dans sa vie morne. Son état d’esprit est retranscrit par les récitatifs, une sorte de poésie ou de rap qui parle de la vie dans ce futur qui ne lui laisse guère de chances. L’ambiance, avec ce style de dessins très urbain et une colorisation grisâtre, est intéressante…mais l’ensemble n’échappe pas au côté anecdotique que peuvent avoir ces fill-in. Il aurait peut-être fallu quelques pages en plus, comme dans un annual, pour développer certains éléments afin d’étoffer un peu plus cet autre monde (la place des héros, la réaction du médecin…).

1 « J'aime »