500 FUSILS (Thierry Cailleteau, Fred Duval / Fabrice Lamy, Olivier Vatine)

Discutez de 500 fusils

Deuxième volet de l’informelle trilogie western que Vatine a menée chez Delcourt (s’ouvrant avec Adios Palomita et se concluant avec Angela, attendu pendant des années par les fans), 500 Fusils est dessiné par Lamy, qui a déjà signé le premier volet.

500Fusils-cover

Wayne Redlake arrive au Mexique afin de retrouver son ami Dudley. Hélas, il arrive à l’enterrement. Peu à peu, il découvre que “Dud” était mêlé à un trafic d’armes dans un pays déchiré par la guerre opposant les Français et les Mexicains. Il croise alors une jolie journaliste au passé trouble, un gradé français frappé par la syphilis et tout un bataillon de rebelles mexicains qui tirent d’abord et discutent ensuite (et qui s’en mordent les doigts).

wayneredlake01p

Lamy est plus déchaîné que sur Adios Palomita : les grosses cases d’action et les personnages burinés explosent des planches. En revanche, les décors sont moins variés et l’ensemble de l’action, dans une seule région, invite moins à l’évasion. C’est plus dur, toujours mauvais esprit, mais moins truculent que le précédent opus.

lamy-500-fusils-33v9

Cailleteau (le scénariste d’Aquablue) et Duval se chargent du scénario, Vatine s’occupe du storyboard, et en somme il y a l’ébauche d’un noyau dur de ce qui deviendra la collection “Série B”.

wayneredlake

Et sur la couverture, on retrouve l’effet “modeling paste” du soleil, cher à Drew Struzan.

Jim