52 t.1-4 (Johns, Rucka, Morrison, Waid / Collectif)

52 tome 1

Superman, Wonder Woman et Batman ont disparu des gros titres des journaux. Chacun s’est retiré de la scène surhumaine afin de se ressourcer après les événements tragiques de la Crise Infinie, mais la Terre n’est pas sans protection… Booster Gold, Question, Renee Montoya, et Steel reprennent le flambeau au cours d’une année qui va les voir confrontés à leur plus grand défi : une année sans l’Homme d’Acier, la Princesse Amazone et le Chevalier Noir… mais pas une année sans héros.

Contenu : 52 #1-13

Public : 12+
Collection : DC Classiques
Date de sortie : 29 septembre 2017
Pagination : 320 pages
EAN : 9791026811497
Prix : 28 EUR

Découvrez la critique de Blackiruah du tome 1 des 52

52-tome-2

52 tome 2

Intergang poursuit son trafic d’armes au Kandhak alors que Renee Montoya et Vic Sage se lancent sur leurs traces.
Booster Gold, lui, voit sa popularité s’étioler au profit de celle de Supernova. Pendant ce temps, Extensiman continue son enquête, épaulé par le heaume du Docteur Fate, et la nièce de John Henry Irons savoure les plaisirs de la célébrité au sein d’Infinity Inc. Enfin, aux confins de l’espace, Animal Man, Starfire et Adam Strange croisent la route du pire des chasseurs de primes : Lobo !

Public : 12+
Collection : DC Classiques
Date de sortie : 23 février 2018
Pagination : 320 pages
EAN : 9791026813965
Contenu vo : 52 #14-26
Prix : 28 EUR

C’est un peu tristounet, dites donc, cette absence de commentaires sur le topic d’une des toutes meilleures séries DC des années 2000. J’ai bien dû lire la série deux ou trois fois en v.o. et d’ores et déjà relire ce premier tome Urban deux ou trois fois aussi ! Je n’arrive pas à me lasser…

Bah j’ai déjà lu ça à sa sortie en VF … et tout est dans des cartons.
Mais j’ai un excellent souvenir de cette série ! Une vraie perf dans sa réalisation !

Oui enfin j’ai déjà commenté à l’époque de sa sortie le machin à pas loin de 15 ans.

J’en garde aussi un très bon souvenir…mais il faudrait que je relise ça pour détailler un peu plus et ce n’est pas au programme pour le moment…:wink:

C’était la première série hebdomadaire non?

Editorialement, c’était du super solide, non? Pas de retard de mémoire.

Et qualitativement, la mise en valeur des personnages secondaires m’avait beaucoup plu.

Je dois être l’un des rares que cette série a fait dormir…

Jim

comme toi Jim, malgré une majorité de mes auteurs favoris ca n’a pas fonctionné sur moi. Je l’ai péniblement fini une fois alors le relire pfiouuuuu

J’ai trouvé qu’il y avait trop d’idées (souvent bonnes) et que le suivi des différentes intrigues en parallèle était plutôt laborieux. Je l’ai lu en fascicule, et mon enthousiasme s’est rapidement délité. De plus, je trouvais que les intrigues accouchaient de petits pétards mouillés, avec un sentiment de “tout ça pour ça ?” à la fin. Faudrait peut-être que je relise en TPB, mais bon, pas le courage. Quant à la partie graphique, elle est trop inégale. J’ai jamais eu le sentiment d’être emporté (alors que la série suivante m’a laissé quelques souvenirs d’envolées, maigres et rares, mais présents). En fait, j’ai préféré Trinity, la série de Busiek, Bagley et McDaniel : sa construction avec back-up permettait de faire avancer deux intrigues avec des enjeux marqués, tout en maintenant une cohésion visuelle assez plaisante.
Mais les séries hebdomadaires (ou assimilées) de DC, en général, je les trouve assez illisibles.

Jim

C’est marrant, mais j’ai préféré 52, j’ai bien été pris par ces intrigues (et l’utilisation de perso qu’on avait peu l’habitude de voir en VF). Je n’ai pas un grand souvenir de Trinity, de mémoire, ça m’est tombé des mains. Très déçu par Busiek !

À 100% d’accord avec Soyouz sur ce coup-là.

En dehors de ça, j’avoue que je ne vois pas bien le rapport supposé entre les deux séries. L’une, comme son titre l’indique, est centrée sur la “trinité” Superman / Batman / Wonder Woman, et l’autre, précisément, sur tous les autres héros de l’univers DC sauf eux… Alors je veux bien concéder que certaines des différentes intrigues entrecroisées de 52 s’essoufflent par moments çà ou là, mais je ne connais pas beaucoup de titres comparables dans le principe et aucun avec ce niveau de réussite (à mon avis).

Avec 52, Johns continue ce qu’il avait commencé et entreprend une mise en avant des petits, des héros de troisièmes zones jusque là peu inexploités, des marginaux voire des personnages secondaires (Montoya, Booster Gold, The Question…). . Une année sans les personnages les plus connus de DC ( la trinité) ce qui était le bienvenue et terriblement rafraichissant. Trinity comme l’indique le titre c’est tout le contraire. 52 c un récit riche et très bien construit mais nécessite pour la bonne compréhension du pitch d’avoir lu Identity Crisis/Infinite Crisis . Trinity j’ai pas accroché au moment de la parution, Bagley c plus ma tasse de café ( sauf sur ultimate Spideman et New warrior).

Elles sont hebdomadaires.

Jim

Petite précision tout de même, rappelons que Johns n’était pas le seul maître à bord dans l’aventure. D’ailleurs il n’était en charge d’aucun des trois personnages que tu cites. Clairement les idées s’échangeaient en mode feu d’artifices entre le quartet ce qui rend la série d’autant plus excitante, mais dans les grandes lignes (ou à tout le moins pour ce qu’on en sait et dont je me souviens) :

  • Johns était responsable de l’intrigue avec Black Adam et sa famille, ainsi que de ce qui concerne le Culte de Conner ;
  • Morrison était responsable de l’intrigue avec les “héros de l’espace”, de celle avec les savants fous, et des brèves apparitions de Bruce Wayne ;
  • Rucka était responsable de l’intrigue Montoya / Question / Batwoman et Culte du Crime ;
  • Waid était responsable de l’intrigue avec Booster Gold – avec des apports sensibles de Morrison, soit avérés (Skeet) soit que je suspecte (la fin) --, de l’intrigue avec Ralph Dibny, et des “caméos” de Clark Kent.
  • L’intrigue avec Steel, Natasha, Luthor et “Infinity Inc.” a été gérée collectivement.

Pas trop d’accord avec la fin de la phrase non plus. Je ne me souviens pas d’un rapport marquant avec Identity Crisis (ou alors c’est indirect), quant à Infinite Crisis certes 52 en dérive directement mais les éléments de l’un nécessaires à la compréhension de l’autre sont vite résumés.

J’avoue que je l’ignorais, ou n’avais jamais “tilté”, concernant Trinity.

Comme quoi il y a une logique des sensibilités, puisqu’en tant que lecteur pas spécialement fan de Johns, c’est la partie que j’ai le moins apprécié.

Il me semble bien. J’avais tenté l’aventure sur les trois (c’est quoi, le nom de la “suite” de 52 ? Ça m’échappe depuis le début de la discussion. “Countdown” ?), et seul Trinity m’avait apporté un peu de satisfaction (malgré un démarrage super lambin…).

Jim

Oui, c’est ça. Et c’était pas terrible du tout … (ça souffre de la comparaison avec 52, notamment parce que Wacker n’y était plus, je crois, parti chez Marvel faire du Spidey, si je ne me trompe pasà

Et tu as raison, c’est juste que j’étais passé à côté de l’info.

Countdown to Final Crisis. J’avais pointé un peu en détail les problèmes de gestation par là en début d’année.