AIRBOY #1-4 (James Robinson / Greg Hinkle)

Le scénariste James Robinson s’approprie le héros** Airboy**, récemment tombé dans le domaine publique, pour construire une série irrévérencieuse sur les valeurs du Golden Age. Il est aidé dans sa tache par le dessinateur Greg Hinkle.
Airboy” raconte comment deux auteurs de comics, Robinson et Hinkle eux-mêmes, tentent de revitaliser la série d’un héros tombé en désuétude dans les années 40.

[quote]Image Comics Press Release

James Robinson and Greg Hinkle decide to go on an adventure and bring back the now public domain AIRBOY series of 1940s fame. Created by Robinson (THE SAVIORS, Earth-2) and Hinkle and starring, well, Robinson and Hinkle, AIRBOY is the story of two comic book creators determined to breathe new life into a series that, while once wildly successful, had fallen into obscurity. This will be Hinkle’s debut at Image Comics.

Robinson and Hinkle’s story, although taking inspiration from real sources, is fictional. “Honestly, in reality Eric [Stephenson] didn’t come to me with Airboy, I conceived the whole thing with me in it and all the drinking, drugs, and sex and took the idea to him,” said Robinson. “There was never any intended Airboy relaunch. It was all made up by me.”

A humorous blend of fiction and reality (and a healthy dose of embellishment) AIRBOY begins the renewed journey of a character much beloved at one point, but forgotten today.

“Oh and our characters are quite like they’re depicted in the comic, including our weak wills, depravity, and cowardice,” added Robinson.

Image Comics Eric Stephenson himself even makes a cameo appearance in the story.

“As the writer of Starman, James is one of comics’ preeminent writers, and when he first started talking to us about doing more creator-owned work at Image, I was thrilled,” said Eric Stephenson, Publisher at Image Comics. “Saviors has been fantastic, obviously, but that in no way prepared me for the absolute insanity of AIRBOY—and I mean that in the absolute best way possible. What James and Greg have come up with here is nothing short of inspired mayhem.”

AIRBOY is a new ongoing semi-autobiographical series, inspired by the original Airboy comic series, coming to Image Comics in 2014.[/quote]

Liens
Le site de l’éditeur: imagecomics.com
Le site du dessinateur: hinklehaus.com

Ça peut être sympa cette histoire.

J’aime bien le concept.

Je vais essayer, puisque j’ai acheté tous les Airboy, tie-in et spin-off compris, chez Eclipse, Moonstone (que j’ai d’ailleurs indexés à la façon des index Marvel)
Le graphic novel de Top Ten était aussi inspiré d’Airboy.

IDW va ressortir la série d’Eclipse en omnibus…

[size=150]INTERVIEW DU SCÉNARISTE JAMES ROBINSON[/size]

Des nouvelles de ce projet ?

Jim

[quote=“Jim Lainé”]Des nouvelles de ce projet ?

Jim[/quote]

On sait que ça paraitra dans le courant de l’année 2015, comme annoncé par le responsable Eric Stephenson lors du dernier Image Expo. Mais sinon, rien de plus.

[quote]Airboy #1
Story by James Robinson
Art by Greg Hinkle
Cover by Greg Hinkle
Publisher Image Comics
Cover Price: $2.99
Release Date Jun 3rd, 2015
Worlds and minds explode in a brand-new series!
When acclaimed comics author JAMES ROBINSON (Starman, Fantastic Four) is hired to write a reboot of the 1940s action hero Airboy, he’s reluctant to do yet another Golden Age reboot. Just what the hell has happened to his career–?! His marriage?! His life?! Hey, it’s nothing that a drink can’t fix.
It’s after one such night of debauchery with artist GREG HINKLE that the project really comes into its own. Quite literally. Because Airboy himself appears to set the two depraved comic book creators on the straight and narrow.
But is the task too much for our hero?[/quote]

Source: www.comicbookresources.com

Classieux ! Je signe.

http://imageshack.com/a/img912/843/N92Mjr.jpg

[quote]Airboy #1
Story by James Robinson
Art by Greg Hinkle
Cover by Greg Hinkle
Publisher Image Comics
Cover Price: $3.50
Release Date Jun 3rd, 2015
MATURE READERS
Worlds and minds explode in a brand-new series! When acclaimed comics author JAMES ROBINSON (Starman, Fantastic Four) is hired to write a reboot of the 1940s action hero Airboy, he’s reluctant to do yet another Golden Age reboot. Just what the hell has happened to his career–?! His marriage?! His life?! Hey, it’s nothing that a drink can’t fix. It’s after one such night of debauchery with artist GREG HINKLE that the project really comes into its own. Quite literally. Because Airboy himself appears to set the two depraved comic book creators on the straight and narrow. But is the task too much for our hero?[/quote]

http://imageshack.com/a/img673/1760/QSQQpU.jpg

http://imageshack.com/a/img673/5843/aehUBZ.jpg

http://imageshack.com/a/img908/6633/i5bl88.jpg

Source: www.comicbookresources.com

[quote]Airboy #2
Story by James Robinson
Art by Greg Hinkle
Cover by Greg Hinkle
Publisher Image Comics
Cover Price: $2.99
Release Date Jul 1st, 2015
MATURE READERS ONLY
Are the drugs wearing off, or just kicking in? After a night of debauchery, James and Greg have a hell of a hangover in the form of 1940s comic book character Airboy. The aviation hero is curious to learn what the future has to offer. Hey, you try denying a reality you’ve already altered.[/quote]

Source: www.comicbookresources.com

Voilà encore une preuve des dérives exercées par les réseaux sociaux qui ne peuvent s’empêcher de relever, toutes les cinq minutes, une soi-disant “ingérence”. Et les auteurs de s’excuser bassement pour leurs incivilités.

Après Batgirl, c’est donc au tour de la série satyrique Airboy de faire les frais de la masse informe qui exerce sa fureur à coup d’arguments aussi développés que le slogan d’une boisson énergétique.

Dans le dernier numéro de la série en question, un avatar de James Robinson, présenté comme un enfoiré fini, utilise un langage assez corsé au sujet de transsexuelles (sans pour autant leur être défavorable puisqu’il finira dans les toilettes avec l’une d’elle).
C’est alors qu’Airboy fait son entrée. Figure fictionnel qui fleure bon la morale étriquée d’après guerre, il débarque furieux des WC après avoir découvert que la femme avec qui il partageait un moment est dotée d’un pénis, tout en vociférant “ce monde est malade et dégueulasse”.

C’est bien entendu le moment où les écrans se tournent vers le site GLAAD qui joue aujourd’hui officieusement le rôle du moralisateur sur ce qui doit ou ne doit pas être, au cas où vous ne le sauriez pas vous-même:

Même Robinson n’y coupera pas. En toute bonne foi, le célèbre scénariste, qui a pourtant présenté de nombreux personnages issus des minorités ethniques et sexuelles dans des séries comme Starman et Earth 2, vient de prendre contacte avec le site de GLAAD avant de faire une déclaration officielle.

Twitter ou quand le monde n’a rien à dire mais l’ouvre quand même !

La déclaration de James Robinson :

[quote]I thought long and hard before writing this response, with the time it’s taken me to do so I fear having been misinterpreted as indifference on my part to the ire this sequence has caused for some. Often public figures just issue a quick apology, a snippet of contrition, in the hope that the light of scorn will then shine away from them. But those apologies often feel inauthentic or meaningless, and I didn’t want to do that.

It was with much regret that I learned how I had angered and offended members of the transgender community with a sequence I wrote in the second issue of the Airboy mini-series I am currently doing. As anyone who has read the first issue will know, this series is a semi-autobiographical piece of meta-fiction that shows me at a self-destructive and unhappy time in my life before I sobered up and entered a better place in both my work and the world as a whole. To illustrate this, I portray myself and my artist Greg Hinkle as two blithe idiots pin-balling through a succession of stupid and self-destructive actions, doing and saying stupid and thoughtless things. I intentionally portray myself in the worst light possible and as the worst kind of person.

Stepping outside of myself and the work, I can see how, while my intention when writing the scene was never to defame or harm the trans community, I did indeed fuck up and for that I sincerely apologize.

In my intention to create an ugly version of me and my world, I have inadvertently hurt and demeaned a community that the real non-fictionalized version of myself truly respects and admires.

It’s a sad and terrible fact that the transgender community is one that is often misunderstood and mocked. And that honestly, truly, breaks my heart. It is a beautiful community full of shining souls, which in a different work on a different day I would proudly show in all its variety and wonder. Honestly, that is the truth. Anyone who actually knows me, knows my feelings on such matters, and anyone who doesn’t will just have to take my word for it.

And yet here I am, in my eagerness to create a scenario that mocks my own moral worthlessness, I do no better than the worst kind of person, blindly marking the transgender community with the same sullying brush I chose to paint myself – instead of giving it the dignity and respect it deserves and is so very often denied.

This is a work of deliberately ugly satirical fiction. One part of me believes a creator has the right to tell the story he feels the need to tell. There’s a part of me that feels that it’s acceptable for a work of fiction to hurt or offend. That at the very least the work elicits feelings.

Then there’s the other part of me – the major part, I might add – that is truly saddened that the transgender community, comprising men and women who carry the burden of an ever-hostile society, should have me adding to their load.

There is minor solace – very minor – in the fact that I note the discourse I’m seeing on-line about this, is at least allowing an exchange of views that I think is open, healthy and ultimately a good thing. I hope comic book fans and creators will think more critically about the way trans characters are portrayed.

I consider myself an ally to the LGBT community and I promise to work harder in the future to ensure that any trans stories or characters in my work are portrayed in a thoughtful and accepting way.

I know this response won’t satisfy everyone, but it comes from the heart. I love all people. I wanted this statement to convey my complete feelings on the matter.[/quote]

Une jolie missive qui n’aurait jamais du être, malheureusement.

http://imageshack.com/a/img910/1231/nnqqMb.jpg

[quote]Airboy #3
Story by James Robinson
Art by Greg Hinkle
Cover by Greg Hinkle
Publisher Image Comics
Cover Price: $2.99
Release Date Aug 5th, 2015
The drug, booze and sex fueled actions of JAMES ROBINSON and GREG HINKLE have pushed Airboy to the brink. And, in order to straighten these two degenerates out, he’s taken them to his world: a steampunk arena of Allies vs. Nazis. But will the experience change James and Greg for the better? Will they finally see the light? Or will they corrupt this world too?[/quote]

http://imageshack.com/a/img661/5998/Au4gkz.jpg

http://imageshack.com/a/img538/1671/ZPMC2T.jpg

http://imageshack.com/a/img661/7084/urDY2R.jpg

Source: www.comicbookresources.com

[quote=“Jack!”] …]
http://imageshack.com/a/img538/1588/hRBktP.jpg

…][/quote]

L’annonce de cette série m’avait semblé être une belle idée, bien que je n’avais aucune idée de ce à quoi m’attendre, et c’est plutôt corsé : biroute à l’air, fellation, drogue, alcool etc. …

Mais c’est vraiment bien écrit, la vie d’un scénariste chez DC Comics (et dans ce *bizness * en général peut on extrapoler), le poids de la réussite (Starman) et l’étiquette qui va avec, ce qu’était un héros ou un super-héros au Golden Age, bref c’est vraiment bien troussé.
Côté artistique c’est somptueux, dynamique, le travail des couleurs est terriblement bien pensé.

Un sans faute.

[quote=“Jack”]Dans le dernier numéro de la série en question, un avatar de James Robinson, présenté comme un enfoiré fini, utilise un langage assez corsé au sujet de transsexuelles (sans pour autant leur être défavorable puisqu’il finira dans les toilettes avec l’une d’elle).
C’est alors qu’Airboy fait son entrée. Figure fictionnel qui fleure bon la morale étriquée d’après guerre, il débarque furieux des WC après avoir découvert que la femme avec qui il partageait un moment est dotée d’un pénis, tout en vociférant “ce monde est malade et dégueulasse”.[/quote]

En fait la réaction “politiquement correct” à une partie du 2ème épisode participe bien, je trouve, au sujet de ce comics en donnant un aperçu de ce qu’est notre époque.

Une belle réussite, très prometteur.

En fait si puisque les jolies choses se doivent d’être dites ou faites.

[quote=“artemus dada”]
Je trouve, au sujet de ce comics en donnant un aperçu de ce qu’est notre époque.[/quote]

Bof, je trouve pas cela très représentatif ou moderne.

Bon la 1er chose, je suis pas un fan absolu du GLAAD (encore moins de twitter pour reprendre la remarque de Jack) alors que j’aime en général beaucoup ce que fait Robinson.

Je comprend très bien que les personnes transgenres (et pas transexuelles si je puis me permettre) ne voient pas d’un bon œil d’être présenté(e)s comme taillant des pipes dans les toilettes d’un bar glauque (même si c’est avec un auteur de renommée mondiale comme Robinson :wink:)
Et c’est là que je trouve l’approche de Robinson peu moderne. Les personnes transgenres qui étaient bien réel(le)s aussi dans les années 40 et étaient justement à l’époque beaucoup plus cotonné(e)s dans des bars (ou “cabarets” de travestis) glauques.

Aujourd’hui les situations de ces personnes sont bien plus variées et plus positives (même si tout n’est pas rose). Il aurait été plus moderne justement de montrer cette variété ou cette évolution je pense.

Pour moi la vraie question étant pourquoi les personnes transgenres devraient n’avoir le choix qu’entre 2 représentations :

  • nous sommes malheureu(x)ses, nous sommes des victimes fragiles que l’on doit protéger, bla bla bla… (l’approche du GLAAD)
  • nous sommes des pu%£s qui taillant des pipes à dans les chiottes des bars.

Un peu comme si on offrait aux lecteurs de comics le choix d’être représentés ou comme des puceaux plein de boutons (hésitants entre Avengers et le seigneur des anneaux) ou comme des vieux beaufs libidineux (hésitants entre Scarlett Johansson et Liev tyler).

Avant d’avoir à le faire je tiens à préciser que j’ai beaucoup aimé certains bouquins de Robinson y compris pour son traitement des personnages LGBT. Mais cela ne change rien au fait que sur ce coup là je le trouve pas très pertinent. Ce qui n’est pas très grave vu que c’est pas le sujet de ce comics qui a l’air très bon au demeurant… mais bon c’est une occasion loupée.

[quote=“frerec”]…]

[quote=“artemus dada”]
Je trouve, au sujet de ce comics[/quote]

en donnant un aperçu de ce qu’est notre époque.

Bof, je trouve pas cela très représentatif ou moderne.[/quote]

Dans la citation de mes propos que tu reprends (et dans le reste de mes propos) je ne dis pas que c’est moderne. (Mais ça l’est peut-être ne sachant pas ce que tu entends par “moderne”)
Cependant je trouve que les réactions (la plainte et les excuses) suite à cette épisode donne au contraire de ce que tu dis, un aperçu de notre époque.

Pour ma part je ne connais pas le **GLAAD ** et j’aime aussi ce que fait **Robinson ** en général. Et je n’utilise pas Twitter.

Alors je ne sais pas bien entendu pas ce qu’avait derrière la tête Robinson, mais pour ma part si je lis une BD avec un transsexuel ou un transgenre (je ne sais pas comment tu fais la différence ici) qui taille une pipe dans les chiottes d’un bar je ne pense pas que tous les transsexuels ou tous les transgenres le font.
C’est comme de croire que toutes les blondes croisent les jambes sans avoir mis de culotte ou qu’elle aime trucider des types avec une un pic à glace.

Et c’est là justement que je vois un bel aperçu de notre époque : un individu (ou deux), ici un personnage de BD, représente (à son corps défendant, si ce n’est pas la volonté de l’auteur) la totalité ; et permet du coup la revendication d’un lobby ou de qui que ce soit.

Ainsi, à ce compte-là, le lobby des gens ayant vécu pendant le Golden Age pourrait envoyer une lettre à **Robinson ** pour critiquer la représentation qui est faite dans sa BD au travers des idées peut progressistes d’Airboy des gens de ces années-là.
Ou même de la BD de cette époque. Voire le *lobby *des personnages de BD (puisque **Robinson **fait du “méta” ici).

[quote]Et c’est là que je trouve l’approche de Robinson peu moderne. Les personnes transgenres qui étaient bien réel(le)s aussi dans les années 40 et étaient justement à l’époque beaucoup plus cotonné(e)s dans des bars (ou “cabarets” de travestis) glauques.

Aujourd’hui les situations de ces personnes sont bien plus variées et plus positives (même si tout n’est pas rose). Il aurait été plus moderne justement de montrer cette variété ou cette évolution je pense.[/quote]

C’est pas faux (du moins je suppose), mais ce n’est pas le propos de la série.
À ce compte-là, les auteurs de BD peuvent aussi demander à ce qu’ils soient représentés autrement que la “bite à l’air”, sniffant de la *Charlie * et faisant une partie à trois.

À ce propos je trouve que les femmes sont bafoués dans ce comics.
Ne sont-elles pas représentées de mœurs plus que légères et plutôt enrobées.
Mais peut-être que c’est moins “choquant”. D’ailleurs elles sont jetées sans cérémonie après l’assouvissement de mâles blancs en rut. (Ah ! On me dit que les “mâles blancs en rut” m’envoie me faire foutre).

[quote]Pour moi la vraie question étant pourquoi les personnes transgenres devraient n’avoir le choix qu’entre 2 représentations :

  • nous sommes malheureu(x)ses, nous sommes des victimes fragiles que l’on doit protéger, bla bla bla… (l’approche du GLAAD)
  • nous sommes des pu%£s qui taillant des pipes à dans les chiottes des bars.[/quote]

Encore une fois ce n’est pas faux, à ce rythme-là, tout individu représenté sous un jour qu’il juge mauvais - par exemple un patron qui place de l’argent dans un paradis fiscal dans une BD d’I.R.S ou de Largo Winch (ou un mafioso Italien, ou un **Indien ** belliqueux dans un *western *) - peut demander réparation à un scénariste de BD, voire des pages supplémentaires pour montrer que tous les patrons (et les autres cités) ne sont pas comme ça, ou pas “tous” comme ça.
C’est plus des *comics * qu’on va lire mais des annuaires.

Ben, je suis lecteur de BD et je ne me suis jamais senti visé au travers d’un personnage de BD puceau ou beauf, mais je m’aperçois que pour certains ça peut-être le cas.

Bon si tu as aimé certains de ses bouquins ça va, même s’il n’est pas pertinent comme tu dis sur ce coup-là.

[quote=“artemus dada”]
Alors je ne sais pas bien entendu pas ce qu’avait derrière la tête Robinson, mais pour ma part si je lis une BD avec un transsexuel ou un transgenre (je ne sais pas comment tu fais la différence ici) qui taille une pipe dans les chiottes d’un bar je ne pense pas que tous les transsexuels ou tous les transgenres le font.
C’est comme de croire que toutes les blondes croisent les jambes sans avoir mis de culotte ou qu’elle aime trucider des types avec une un pic à glace.[/quote]

Sauf que les blondes peuvent trouver plus de représentations d’elles même dans les médias.

A mon avis la véhémence de certaines minorités vis à vis de leurs représentations négatives ne vient pas réellement de ces représentation là mais du manque de variété dans leurs représentations (positives, négatives ou neutres).
Plus de représentativité et de manière variée apporte plus de facilité à se construire de manière sereine et moins de sensibilité sur les représentations négatives.

Problème que ne rencontrent en général pas les hommes, blancs et hétérosexuels.

[quote=“artemus dada”]
Et c’est là justement que je vois un bel aperçu de notre époque : un individu (ou deux), ici un personnage de BD, représente (à son corps défendant, si ce n’est pas la volonté de l’auteur) la totalité ; et permet du coup la revendication d’un lobby ou de qui que ce soit.[/quote]

Les lobbys auraient-ils besoin d’être si la société était égalitaire. Si ils critiquent le statu quo c’est pour faire évoluer la société et des situations parfois inacceptables. Leur méthode n’est pas toujours la bonne mais sans cela rien ne bougerait. Si on ne pointe pas du doigt un problème il ne se résout pas de lui-même.

Pourquoi faire cela ? Les “grands patrons” et autres capitalistes contrôlent déjà l’industrie des comics et le monde d’ailleurs (les vrais super-vilains quoi)

[quote=“artemus dada”]
À ce propos je trouve que les femmes sont bafoués dans ce comics.
Ne sont-elles pas représentées de mœurs plus que légères et plutôt enrobées.
Mais peut-être que c’est moins “choquant”. D’ailleurs elles sont jetées sans cérémonie après l’assouvissement de mâles blancs en rut.[/quote]

On est d’accort là dessus et c’est exactement le fond du problème d’ailleurs.
Les problèmes que rencontrent les personnes LGBT prennent naissance dans le machisme.
Le fait que que les mouvement féministes ou simplement les femmes ne réagissent pas dans des cas comme cela est très représentatif du degré auquel les stéréotypes machistes sont implantés dans la société. Mais c’est tout sauf moins choquant à mon avis.
Certaines personnes transgenres diraient qu’elles sont plus réactivent sur ce genre de sujet car elles ont reçu une éducation d’homme et son donc moins soumises. (Ce qui peut être vu comme du sexisme ou devrais-je dire du transexisme si je me faisait l’avocat du diable :smiling_imp:)

Je les comprend c’est insupportable que l’on leur revoit une image d’eux négative. Ils ont raison de ne pas se laisser faire… sauf qu’ils sont déjà au sommet de la hiérarchie sociale ! Alors j’imagine qu’ils luttent pour y rester.

Après qu’ils veulent que tu te fasses foutre… j’imagine que cela dépend de tes goûts et des leurs.

Sinon pour répondre à une question non posée directement :
Les personnes transgenres refusent le terme “transexuel” car c’est un terme de psychiatrie qui décrit une maladie mentale. De plus cela met le focus sur leur sexualité ce qui n’est pas pertinent (puisqu’ils y a des transgenres hétéro, bi, gay, pansexuel, etc…)
c’est un peu comme si les hétérosexuels ou les homosexuels déclaraient que les termes hétéroamoureux ou homoamoureux étaient plus approprié et moins limitatifs. Ce qui à mon avis est vrai.

[quote=“frerec”]

Sauf que les blondes peuvent trouver plus de représentations d’elles même dans les médias. [/quote]

Je ne regarde pas la télé depuis déjà pas mal de temps, ni ne lis les journaux et pourtant j’ai entendu parler de Lana Wachowski, RuPaul, ou de Bruce Jenner des exemples “positifs” et ils ne doivent pas être les seuls ; et leur aura médiatique est telle qu’ils pèsent, de mon point de vue, un poids considérable dans la balance de la représentativité.

Alors qu’ils transforment leur véhémence en livres, bande dessinées, disques, etc. …
Si encore James Robinson était coutumier du fait, mais non, toi même tu dis qu’il a été beaucoup plus fin précédemment : on peut donc en déduire que le portrait de ces deux “transgenres” ne concerne qu’eux-mêmes.
D’autant que le bar en est plein et qu’il n’y en a que deux qui se distinguent par ce qu’ils/elles font dans les toilettes.
C’est assez risible de s’en prendre comme ça à ce scénariste. Manifestement ceux qui ont crié au loup n’ont pas pris la peine de lire ses travaux. C’est assez lamentable (mais fréquent).
Avoir été (ou être) un bouc émissaire ne les empêche pas d’en désigner.

Ce n’est pas le propos de Robinson, en outre son propre portrait n’est pas des plus “positif” non plus. On voit bien qu’on est dans un fiction. Et si ça ne suffit pas lui et son dessinateur (qui fait de lui-même une représentation plutôt virile :slight_smile: ) rencontre un personnage de BD. :unamused:

C’est vrai.

Montrer du doigt c’est être sûr d’être du bon côté du doigt.

:slight_smile:

[quote]On est d’accort là dessus et c’est exactement le fond du problème d’ailleurs.
Les problèmes que rencontrent les personnes LGBT prennent naissance dans le machisme.[/quote]

Faire le portrait d’un transgenre, un portrait succinct, qu’on ne le voit presque pas sauf la partie (que je trouve) “crue” de l’affaire, ce n’est pas forcément du machisme. (J’écris “crue” en tant que la scène est crue pas de part ceux qui y participent).

Mais ce n’est pas machiste de faire intervenir ce genre de personnage, à mon avis c’est ridicule de le penser.
Certaines femmes enrobées fréquentent les bars pour faire des rencontres. Et alors ?

D’accord.

C’est tout le propos d’une partie des livres d’Henri Laborit, un auteur à lire si je peux me permettre.

Hummm …

[quote]Sinon pour répondre à une question non posée directement :
Les personnes transgenres refusent le terme “transexuel” car c’est un terme de psychiatrie qui décrit une maladie mentale. De plus cela met le focus sur leur sexualité ce qui n’est pas pertinent (puisqu’ils y a des transgenres hétéro, bi, gay, pansexuel, etc…)[/quote]

D’accord, je croyais que la différence se faisait au niveau d’opérer ou pas.

Oui, mais là on est pas dans le performatif, les termes ici ne transforment pas la réalité de ce que l’on est.

Ceci dit quelqu’un m’a un jour dit qu’il préférait le terme de gayparce que celui d’homosexuel était un terme médical ; je trouve que c’est une bonne raison si ça lui convient.

Et si ça lui convient eh bien à moi aussi. :wink: