ALAN MOORE : TISSER L'INVISIBLE (collectif)

[quote]Alan Moore : Tisser l’invisible, « la bibliothèque des miroirs — BD », volume 3
*Collectif supervisé par Julien Bétan
ISBN 978-2-36183-037-3 | broché, 17 x 21 cm, 308 pages, paru le 28 octobre 2010 | prix 25.40 €

Figure devenue incontournable de l’imaginaire contemporain, l’écrivain et scénariste Alan Moore est l’auteur de titres-phares tels que Watchmen, V pour Vendetta, From Hell ou La Ligue des gentlemen extraordinaires. Il est parvenu à imposer sa relecture radicale et critique des comic books, de l’écriture et du rôle de l’artiste dans la cité. Le grand talent de ce magicien postmoderne, passé maître dans l’art de la déconstruction, réside sans doute dans sa capacité à relier des éléments, idées ou concepts existants, mais habituellement considérés comme antagonistes ou incompatibles. Fiction, imaginaire, mythe et réalité se mêlent ainsi intimement dans ses travaux, dessinant, dans la durée, une véritable vision du monde, étonnamment cohérente.

Cet ouvrage explore les nombreuses dimensions de l’œuvre d’Alan Moore, à travers des témoignages de Michael Moorcock, Stephen R. Bissette, Eddie Campbell et Paul Di Filippo, des études de Pascal Blatter, David Camus, Manuel Hirtz, Jean-Paul Jennequin, Guillaume Laborie, Anthony Lioi, Alexandre Mare, Harry Morgan, Landry Noblet et François Peneaud, trois longs entretiens réalisés par Sara Doke, Laurent Queyssi et Johan Scipion, et des illustrations de John Coulthart et Laurent Claret.*[/quote]

Liens :
Le site de l’éditeur : www.moutons-electriques.fr
Le blog de l’éditeur : blog.moutons-electriques.fr

Je suis assez d’accord, sur ce genre d’ouvrage, je préfère être confronté à une seule voix, quitte à ne pas être d’accord avec elle. Il me semble que la confrontation d’un commentateur unique avec un auteur unique met mieux en évidence les thèmes, les motifs et les fixettes du second, et sans doute aussi du premier. Et ça donne plus de tenue à l’ouvrage, je trouve…

Va quand même falloir que je me replonge dedans, parce que j’en ai un souvenir bien plus flou que toi, visiblement…

Jim

[quote=“Photonik”]

Exactement.
D’ailleurs je suis d’accord sur toute la ligne avec ton post : le texte sur “Supreme” était très fort, et celui sur le “poids du passé” complètement à côté de la plaque…[/quote]

J’ai eu également, moi aussi, la sensation que certaines parties n’étaient pas à niveau, voire passaient à côté de leur sujet. Mais je ne sais plus trop quoi, va falloir que je remette le nez dans le bouquin…

Jim

Je reprocher surtout pour ma part à cet essai de tisser trop largement à partir d’une étoffe déjà publiée (L’Hypothèse du Lézard) peu de temps avant chez le même éditeur.
Sans oublier l’oubli size=85[/size] de traiter de la magie, qui quoi qu’on en pense structure les travaux de **Moore **depuis From Hell. Deuxième oubli de taille, à mon avis, la série Tom Strong qui aurait mérité d’être étudiée de prés. Tout comme la “Ligne ABC” en regard de ses travaux, devenus légendaires, des débuts ; et son rapport au grim & gritty.

[quote=“artemus dada”]Je reprocher surtout pour ma part à cet essai de tisser trop largement à partir d’une étoffe déjà publiée (L’Hypothèse du Lézard) peu de temps avant chez le même éditeur.
[/quote]

C’est très juste : et en bon gogo / fanboy, j’ai acheté le deuxième en ayant déjà acheté le premier ; je n’avais pas réalisé à quel point les sommaires étaient proches.

Pour le rapport au grim n’gritty, même de manière un peu indirecte, le texte sur Suprême en fait quand même mention, non ?

La peu de place accordée à la magie, ça c’est tout à fait juste : quitte à critiquer un peu (le fameux trop grand didactisme, qui ne m’a en rien gêné personnellement), il reste un texte intéressant à faire sur “Promethea”, oeuvre de Moore qui m’a énormément impressionné, et qui foisonne d’idées purement “B.D.-esques” (impossible de faire “Promethea” par le biais de quelqu’autre medium que ce soit, cf. la fameuse double page avec le sentier en forme de symbole d’infini, le 8 allongé quoi, bon vous m’avez compris).

[quote=“artemus dada”]http://i818.photobucket.com/albums/zz104/Werber/mudman/TSFF1.jpg

Je reprocher surtout pour ma part à cet essai de tisser trop largement à partir d’une étoffe déjà publiée (L’Hypothèse du Lézard) peu de temps avant chez le même éditeur.
Sans oublier l’oubli size=85[/size] de traiter de la magie, qui quoi qu’on en pense structure les travaux de **Moore **depuis From Hell. Deuxième oubli de taille, à mon avis, la série Tom Strong qui aurait mérité d’être étudiée de prés. Tout comme la “Ligne ABC” en regard de ses travaux, devenus légendaires, des débuts ; et son rapport au grim & gritty.[/quote]

Le sentiment diffus que je garde de ce bouquin, c’est que beaucoup de chapitres manipulent des concepts et des idées, mais s’éloignent du matériau de base, à savoir les BD. Et je trouve ça dommage, en fait.
Mais il va vraiment falloir que je me replonge dedans, quand même…

Jim

Tout à fait d’accord avec ce que tu dis-là.

[quote=“Photonik”]

de tisser trop largement à partir d’une étoffe déjà publiée (L’Hypothèse du Lézard) peu de temps avant chez le même éditeur.

C’est très juste : et en bon gogo / fanboy, j’ai acheté le deuxième en ayant déjà acheté le premier ; je n’avais pas réalisé à quel point les sommaires étaient proches.[/quote]

C’est assez normal en fait: l’hypothèse du lézard était épuisé, et cet ouvrage constitue une réédition augmentée. Politique que l’éditeur généralise d’ailleurs à d’autres collections comme La bibliothèque rouge.

L’ennui avec cet ouvrage sur Moore, c’est que la nouvelle l’hypothèse du lézard a été retirée de cette nouvelle version dans le but avoué d’en faire un essai dédié à l’auteur qui cadre avec les autres ouvrages de la collection La bibliothèque des miroirs-BD. Sauf que le sommaire et la structure du livre n’ont pas été repensés dans cette optique. Résultat, l’ouvrage ne remplit pas totalement son objectif et si certaines parties sont très bien, l’ensemble est inégal et comporte de sérieux oublis dans l’analyse (la magie, entre autres choses, comme l’a souligné artemus) en plus d’intégrer des choses pas très pertinentes (la partie sur le poids du passé dans l’oeuvre de Moore, qui de mémoire ne se base que sur un corpus très restreint de son oeuvre, ne m’a pas semblé pertinente au regard de toute la production du scénariste). C’est d’autant plus frustrant que, contrairement à la majorité des autres ouvrages de la collection, celui-ci bénéficie d’une pagination plus importante qui aurait permis des développements en profondeur des oeuvres de Moore et de l’évolution de ses thématiques au gré de sa carrière.

Sans parler de la volonté d’inclure des entretiens qui par la force des choses étaient plutôt datés, et/ou avaient été publiés plusieurs fois : par exemple l’entretien mené par** Johan Scipion**, au moins quatre publications je crois.

[quote=“artemus dada”]
Sans oublier l’oubli size=85[/size] de traiter de la magie, qui quoi qu’on en pense structure les travaux de **Moore **depuis From Hell. [/quote]

Le documentaire “the Mindscapes of Alan Moore” (qui comprend des sous-titres français, je le précise à l’attention des non anglophones) ne commet pas cette erreur.
Moore y développe sa conception de la magie et son rapport avec elle : conception fort intéressante d’ailleurs (de mémoire, il décrit la magie comme une “carte” du réel, en précisant que d’autres “cartes” (l’exemple qu’il donne c’est la science) sont très valables, mais fatalement incomplètes…).

Il y développe aussi sa fameuse théorie de la culture se transformant en vapeur (oui, oui !) : c’est sa définition de l’Apocalypse.

[quote=“Benoît”]

de tisser trop largement à partir d’une étoffe déjà publiée (L’Hypothèse du Lézard) peu de temps avant chez le même éditeur.

C’est très juste : et en bon gogo / fanboy, j’ai acheté le deuxième en ayant déjà acheté le premier ; je n’avais pas réalisé à quel point les sommaires étaient proches.
C’est assez normal en fait: l’hypothèse du lézard était épuisé, et cet ouvrage constitue une réédition augmentée. Politique que l’éditeur généralise d’ailleurs à d’autres collections comme La bibliothèque rouge.

L’ennui avec cet ouvrage sur Moore, c’est que la nouvelle l’hypothèse du lézard a été retirée de cette nouvelle version dans le but avoué d’en faire un essai dédié à l’auteur qui cadre avec les autres ouvrages de la collection La bibliothèque des miroirs-BD. Sauf que le sommaire et la structure du livre n’ont pas été repensés dans cette optique. Résultat, l’ouvrage ne remplit pas totalement son objectif et si certaines parties sont très bien, l’ensemble est inégal et comporte de sérieux oublis dans l’analyse (la magie, entre autres choses, comme l’a souligné artemus) en plus d’intégrer des choses pas très pertinentes (la partie sur le poids du passé dans l’oeuvre de Moore, qui de mémoire ne se base que sur un corpus très restreint de son oeuvre, ne m’a pas semblé pertinente au regard de toute la production du scénariste). C’est d’autant plus frustrant que, contrairement à la majorité des autres ouvrages de la collection, celui-ci bénéficie d’une pagination plus importante qui aurait permis des développements en profondeur des oeuvres de Moore et de l’évolution de ses thématiques au gré de sa carrière.[/quote]

Je me souviens surtout du chapitre sur le sexe que j’ai trouvé mal fichu, mal amené. je n’ai pas compris la conclusion et le propos.
Et puis évidemment, j’ai lu deux ou trois fois la partie de Morgan pour comprendre ce qu’il s’y passe …

Il me semblait qu’un sujet consacré à Alan Moore trainait quelque part sur ce forum mais dans l’impossibilité de mettre la main dessus, c’est ici que je colle ce lien vers l’article du Guardian : Alan Moore: why I turned my back on Hollywood.