ALBATOR (Claude Moliterni / Five Stars)

Discutez de Albator

La bd qui m’a fait découvrir Albator…

Je connaissais via la télé, j’ai découvert la BD ensuite.

Jim

Pareil, via la télé. j’ai vu la BD tardivement en occasion, mais elle ne m’a jamais intéressé. J’aurais dû ?

C’était assez mal dessiné (ils ont eu le tort d’essayer d’imiter le style de Matsumoto, mais ce n’est pas facile… et c’est vite moche quand on se loupe).
Le studio Five Stars était composé de Pierre Leguen, Christian Gaty, Philippe Luguy, René Deynis et Max Lenvers. C’était précisé dans un des numéros du magazine Captain Fulgur que je possède.

Tori.

Trop fort : je n’aurais jamais pu retrouver les cinq. Un ou deux, mais pas tous.

Jim

Captain Fulgur ou la suite d’Agar.

À ce sujet, une interview de Luguy, qui évoque cette période :

https://www.actuabd.com/Philippe-Luguy-Percevan-Pour-bien-rendre-les-expressions-il-faut-les-vivre

Jim

Ça a l’air intéressant, tout ça… Je lirai un peu plus tard.

Tori.

Tiens, je reviens sur ce passage :

Il se trouve que juste avant cela, il y avait eu un autre dessin animé qui avait eu lui aussi beaucoup de succès : Goldorak ! Goldorak avait été proposé à Greg , qui était directeur littéraire chez Dargaud et quand il a vu arriver la série, il a envoyé paître le mec en lui disant que c’était de la m… (ou tout comme) : « Je ne veux pas de ça chez Dargaud ». Mais vu le succès que ça eu, le père Dargaud a ensuite répliqué à Greg « - Écoute, maintenant débrouille-toi pour me trouver quelque chose qui puisse remplacer tout ce que tu m’as fait perdre ! ». Cette décision de Greg, c’était beaucoup d’argent de perdu pour un éditeur. Et donc, Greg a réussi à décrocher Albator et ils ont donc créé un journal spécialement pour ça, pour pouvoir publier Albator .

Dans le Lui 182 de mars 1979, (dans un article sur Goldorak intitulé « Goldorackett ») on peut lire ceci :

Les éditions Télé-guide furent les premiers à lui faire crédit en lançant un journal. Le N° 1, tiré à 150000 exemplaires, s’est vendu en cinq jours, le N° 2, tiré à 220 000 a été épuisé en quatre jours, le N° 3 (250000 exemplaires) a disparu des kiosques le premier jour… ».

En janvier, Goldorak est devenu hebdomadaire et l’on prévoit déjà une vente d’un million d’exemplaires par mois. Avant Télé-guide, Canestrier contacta les éditions Dargaud. L’éditeur refusa. Il trouvait que le dessin n’était pas à la hauteur de ses productions habituelles. Où va se nicher la considération du jeune public ! Certains racontent que Dargaud regrette de ne pas s’être penché davantage sur la néo-psychologie enfantine.

Tori.

J’ai effectivement fait le rapprochement récemment, en découvrant l’article « Goldorackett » la semaine dernière, à peu de chose près. C’est marrant, quand même, hein…

Jim

Tiens, c’est marrant : je l’ai lu la semaine dernière, moi aussi (mais découvert il y a bien longtemps : c’est en faisant du rangement que je suis tombé sur mon exemplaire du magazine et que j’y ai relu l’article).

Pour ceux que ça intéresse, on trouve l’article en question ici (sans les femmes dénudées un peu partout entre les pages) :

Tori.
Edit : Ah, ben Jim a déjà mis le lien dans le sujet sur Goldorak…

C’est ce qu’on appelle un travail d’équipe.

Jim

Je reste fasciné par l’incapacité borné de certains occidentaux face à la création orientale. L’anecdote sur Goldorak ca me rappelle celle que Saban avait raconté un jour dans un reporte lui étant consacré. Ca date où il a déjà fait son « empire » grace aux Powers Rangers etc.

On lui demande s’il a loupé quelque chose et il répond « un cadre, qui ne travaille plus chez nous, a estimé que les Pokemons n’étaient pas pour nous »

Je crois pas que ce soit uniquement un problème lié aux rapports entre l’Occident et l’Orient. Y a peut-être ça, oui, mais je crois surtout qu’interviennent les différences générationnelles, et donc l’âge des intervenants (Michel Greg a environ 47 ans au moment des faits) ainsi que la culture d’entreprise, notion qui imprègne assez facilement les cadres, qui finissent par se montrer rigides à l’encontre d’idées nouvelles.

Jim

Et c’est vrai qu’à l’époque, Goldorak, c’est assez éloigné de ce qu’on avait l’habitude de voir chez nous, que ce soit dans son thème, ou dans son graphisme et son animation… Et encore, ce n’est pas Devilman ! ~___^

Ce que tu dis en parlant de l’âge de Greg joue aussi : en prenant de l’âge, les gens ont tendance à se déconnecter un peu de ce qui peut plaire aux plus jeunes (et c’était peut-être encore plus vrai à l’époque), et à ne pas les comprendre.

Bon, la méfiance de ce qui provient d’Asie pouvait jouer aussi…

Tori.