ALICE AU PAYS DES SINGES t.1-3 (Tebo / Keramidas)

La critique par damss est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique de Alice au pays des singes T.1 (simple - Glénat BD) par ginevra est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique de Alice au pays des singes T.2 (simple - Glénat BD) par ginevra est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique de Alice au pays des singes T.3 (simple - Glénat BD) par ginevra est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

J’ai découvert le premier album de cette série un peu par hasard, dans une brocante. Le principe m’ayant semblé séduisant (et l’absence de numérotation m’ayant induit en erreur), je l’ai pris, et j’ai trouvé ça très marrant.

Couv_161087

Alice, celle du Pays des Merveilles, se retrouve, sans savoir comment (et nous encore moins), dans une contrée lointaine, une jungle peuplée de singes (et de tigres, et de serpents, et de plantes carnivores). L’intérêt du truc est en premier lieu le contraste entre le monde de Lewis Carroll et celui d’Edgar Rice Burroughs. Rajoutons à cela les dialogues de Tebo, qui s’amuse à fond, et les dessins de Keramidas, qui prête son grand talent à cette aventure frénétique, et on obtient un véritable régal narratif.

33239_pl

La narration est fluide, même si certaines doubles pages (surtout quand elles contiennent des cases bien nettes) peuvent désarçonner. L’intrigue est bâtie sur une succession de rencontres et d’alliances (un peu à la manière du roman picaresque), chaque personnage évoluant et présentant une facette de lui-même à laquelle on ne s’attend pas.

161087_pla

Ma seule déconvenue, c’est d’apprendre que ce premier tome est suivi de deux autres. Bon, il peut se lire indépendamment, et la fin justement a un côté ironique et savoureux. Mais je suis quand même curieux de trouver les deux suites, qui doivent avoir leur sel propre.

Jim

Si la newsletter de Glénat a changé (moins fréquente, avec un nouveau titre), elle donne pour l’instant encore la parole aux auteurs afin d’évoquer la période étonnante et inédite du confinement. Ici, c’est Nicolas Keramidas qui s’exprime :

Salut Nicolas, comment ça va pour toi à Grenoble ?
J’ai pris les événements du bon côté depuis le début, c’est plus simple de vivre le confinement quand on l’accepte et qu’on a de quoi s’occuper. En tant que dessinateur ce n’est pas un changement radical mais quand même normalement j’aurais dû être au Canada, faire la croisière BD entre l’Italie et l’Espagne, aller à Paris, à Bruxelles, j’avais plein de concerts de prévus. Et puis ma première BD autobiographique devait sortir chez Dupuis, elle raconte mon opération du cœur il y a 4 ans pour rebooster celle que j’avais eue à un an en 1973, premier bébé opéré à cœur ouvert. Tout a donc été annulé ou repoussé mais au lieu de déprimer, je bosse comme un malade entouré de ma famille et je suis content de pouvoir passer du temps notamment avec mon fils de 18 ans qui avait plutôt tendance à délaisser la maison ces derniers temps et qui joue avec son frère de 10 ans. On vit des moments uniques.

Tu nous donnes un aperçu d’une journée type ?
Je me lève sans culpabilité vers 8h30/9h alors que normalement je suis à l’atelier avant 8h, je travaille sur un projet top secret pour Glénat, j’aurais aimé pouvoir vous en parler, mais non ! Je bosse jusqu’à 17 h et là j’arrête tout pour regarder des blue rays de concerts achetés il y a longtemps de mes groupes favoris et ça fait bizarre de s’imaginer dans une fosse avec des centaines de personnes en ce moment, ça paraît dingue ! On regarde des films, des séries et puis il y a les apéros en visio, ça s’est bien sympa, on a inventé des jeux avec Lewis TRONDHEIM, Julien NEEL et Alexis NESME et leurs compagnes, fêté les 50 ans de Pierre ALARY… C’est aussi l’occasion de tester mon rhum arrangé préparé dans les règles de l’art avec les ingrédients ramenés du festival à La Réunion. Il y a aussi les pokers en ligne tous les lundis et vendredis soirs, on recrute même si après le déconfinement ce sera moins souvent ! Je prends même le temps de construire des légos.
J’ai hésité à reprendre la guitare que j’avais commencé pour pouvoir chanter du Renaud mais finalement je préfère dessiner, j’aime beaucoup l’idée des fan-arts challenge, et puis avec des amis avec lesquels on avait fait un groupe qui a dû faire une fois une fête de la musique quand j’avais 18 ans, on a fait une petite vidéo où on joue Pierrot de RENAUD. Nos fils ont honte, ils assument pas de voir leurs parents se ridiculiser et partager ça sur les réseaux sociaux, " on leur fait trop peine " mais nous on se marre !
Je préfère largement ce confinement à celui forcé de 3 mois après mon opération où je ne pouvais rien faire, même pas boire. Comme alors je tiens un journal de bord mais juste pour me souvenir plus tard, pas pour faire une BD. En revanche pour la première fois de ma vie je prépare un dossier pour présenter un nouveau projet jeunesse chez Glénat, encore avec Trondheim et à l’initiative d’Olivier Jalabert qui a repéré des planches parues dans SPIROU, on verra…

Bon, tout va bien alors on dirait :
Et bien après tout ce positivisme, je suis quand même inquiet pour l’avenir. Est-ce que tout recommencera comme avant ou pas ? Je repense à Charlie, on était sûr que le monde ne serait jamais plus pareil et 3 semaines plus tard, tout avait repris son cours habituel. Apparemment en Chine un magasin de luxe a ouvert et c’était la folie comme pour la sortie d’un nouvel I-Phone.
Y aura-t-il Angoulême cette année, quand est-ce que je pourrai retourner à Paris, est-ce qu’on pourra partir en vacances cet été, reviendra-t-on à la normale ou sera-t-on confiné tous les 3 mois, aura-t-on appris quelque chose ? Je fantasme de pouvoir prendre ma voiture et aller chasser les 5 invaders éparpillés dans le Lubéron, est-ce que ce sera possible ? En tout cas des choses super se mettent en place, on sent que ça repart un peu et ça fait du bien !

Jim

Alice au pays des Singes - Intégrale

Au pays des singes, on n’est pas plus raisonnable qu’au pays des merveilles…

L’accident bête : en courant après le Lapin Blanc, Alice a pris une noix de coco sur la tête. Sonnée par le choc, elle tombe dans un trou, et émerge en plein milieu de la jungle ! La pauvre est complètement paumée, et ses ennuis ne sont pas finis : tous les singes qu’elle croise la prennent pour Tarzan… Heureusement, Eddy le mandrill finit par la croire, et la prévient : il faut qu’elle déguerpisse fissa, pour éviter les dents du tigre ! Ce dernier est en effet devenu Seigneur officiel de la jungle depuis le départ de l’Homme-Singe. Mais retourner d’où elle vient ne va pas être de la tarte, puisque l’arbre dont elle a émergé a déjà pris la poudre d’escampette… Tebo débride son imagination, et nous emmène dans une jungle absurde et hilarante, peuplée de personnages à contre-emploi et complètement déjantés !

  • Relié : 160 pages
  • ISBN-10 : 2344044582
  • ISBN-13 : 978-2344044582
  • Éditeur : Glénat BD (12 novembre 2020)
  • Langue : : Français
  • Poids de l’article : 788 g

Tébo est né à Caen où il réside toujours. À l’age de 10 ans, il décide de devenir dessinateur en découvrant la BD de super héros, les X-Men . À 18 ans, il se fait virer de son lycée (en BAC pro vente) pour manque de motivation… Dans le dessin !!!
En 1997, il est repéré grâce à l’unique concours de BD auquel il ait participé dans sa vie (pour le festival de BD de Sierre) par Jean-claude CAMANO (directeur de collection chez Glénat, à l’époque). Celui-ci recherchait de nouveaux talents pour monter le nouveau journal, Tchô! … Faisant partie de l’équipe depuis le premier numéro, il va y effectuer des rubriques humoristiques, des strips, des jeux, ainsi que des planches de BD de la série Samson et Néon (il jouera même au rédacteur en chef pendant plusieurs mois).
En parallèle, il travaille pour le magazine Sciences et Vie, Découvertes publiant sa série Cactus et Charlie (la série s’arrêtera au bout d’un an de parution).
En octobre 1999, sort le premier album des aventures de Samson et Néon .
En septembre 2002, il intègre le magazine D-LIRE (éditions BAYARD) avec la série La bande à Fred (l’album sortira en octobre 2004).
Pour la nouvelle formule de Tchô! en 2003, il s’associe avec Zep pour créer Captain Biceps ! Le tome 1 du plus balèze des super-héros sort en 2004.
En 2006, la société FERRERO fait appel à lui pour créer des figurines pour les célèbres œufs KINDER (il invente des figurines-catapultes pour les œufs de noël 2008 et des figurines cracheuses d’eau en 2009).
En 2008, toujours avec Zep au scénario, Tebo met en images l’album Comment dessiner ? (de nombreuses pages sont prépubliées pour le mégazine Tchô! )
La même année, Tebo illustre le livre In Caca Veritas écrit par deux médecins américains Josh Richman et Anish Shet (le tome 2 In Pipi Veritas sortira en avril 2010).
Toujours en 2008, Tebo dessine 8 pages pour le tome 6 de la série de science-fiction Les Chroniques de Sillage écrit par Jean-David Morvan.
Pendant le festival d’Angoulème 2009, Nicolas Kéramidas lui demande (humblement) de lui écrire un scénario à tomber par terre, Tebo accepte. Le 1er tome de la série Alice au pays des singes sortira en mai 2012.
En 2010, Olivier Vatine l’invite à publier tout un tas de ses meilleures illustrations, roughs et crayonnés pour les sortir dans un Sketchbook de la collection Comixburo ( Sketchbook Tebo ).
En 2010, Samson et Néon devient une série animée diffusée sur France 3, Canal J et Gulli (la série est produite par Toon factory). Ainsi que la série Captain Biceps diffusée sur France 3 et produite par Futurikon. Le même producteur lance la série animée de Comment dessiner ? sur France 3 en septembre 2012.
Angoulème 2011, Lewis Trondheim et sa bande de L’ATELIER MASTODONTE (Alfred, Bianco, Julien Neel, Pedrosa et Yoann) supplient Tebo de venir les rejoindre pour remonter le niveau de leur série qui passe toutes les semaines dans le journal de Spirou .

Nicolas Keramidas est né à Paris en 1972. Après un Bac A3 de dessin à Grenoble, il retourne à Paris pour deux ans d’études aux Gobelins (section animation). En 1993, il est embauché au sein de Walt Disney Studios à Montreuil. Parallèlement, il effectue divers travaux publicitaires pour la ville de Grenoble. Fin 2000, il présente chez Soleil un projet mettant en scène les aventures d’une petite fille, Luùna , durant l’ère préhistorique. Mais à l’issue d’une rencontre avec Didier Crisse, Luùna devient une jeune Amérindienne, et la première série de Nicolas chez Soleil, qui compte neuf tomes. Il a ensuite signé pour le même éditeur Tykko des Sables avec Arleston. Il a aussi réalisé un épisode de la série Donjon écrite par Joann Sfar et Lewis Trondheim. En 2012, il lance en compagnie de Tebo la trilogie Alice au pays des singes chez Glénat. En 2016 et 2018 il dessine les scénarios de Lewis Trondheim sur Mickey’s Craziest adventures (2016) et Donald’s happiest Adventures (2018). Réside à Grenoble.