ALLAN QUATERMAIN ET LES MINES DU ROI SALOMON t.1-2 (Dobbs / Dim D.)

Discutez de Allan Quatermain et les mines du roi Salomon

Diptyque de la collection 1800 par Dobbs et Dim.D. Contrairement aux autres titres de la collection que j’ai pu lire jusqu’à présent, ce n’est pas une libre réinterprétation avec des ajouts d’éléments extérieurs, mais une réelle adaptation du livre en BD.
Et les auteurs n’ont pas voulu édulcoré le discours, les dialogues et la mentalité de l’époque. Et le pire, c’ets que ce n’est pas choquant quand on sait comment cela se passait à cette époque.
Alors les deux tomes ont des rythmes différents de part l’évolution naturelle de l’histoire, mais ça se lit plutôt bien (lu les 2 tomes d’affilé dans la soirée) et puis les dessins sont Dim.D. sont plutôt bons (même si la colo est trop sombre par moment).
En revanche, le lettrage du second tome est trop gras !

Finalement, je l’ai relu et je vois que j’ai également le même avis (ma première lecture ne date pas de mai 2018, mais est plus ancienne).

image

Mais je vais quand même remettre ce que j’ai mis sur FC, parce qu’il y a des choses que je souhaite préciser, surtout après la lecture de quasiment toute la collection.

Ce diptyque se met surtout en quête d’adapter le plus fidèlement possible le livre d’Haggard (si j’en crois la préface, parce que je n’ai pas lu le bouquin). Après, Dobbs n’a pas oublié également qu’il fait de la bande dessinée et donc, l’histoire se lit très, très bien, sans aucune impression d’avoir transféré un livre dans des dessins. L’adaptation concerne surtout la vision des perso qu’avait Haggard à cette époque (regard sur les femmes, les Africains, …). Dobbs n’a pas édulcoré, semble-t-il (on le voit sur certains plans). Après, je n’ai pas vraiment été choqué par cette vision d’époque, je m’attendais quand même à pire (avoir lu le Tintin au Congo quand je savais à peine lire m’avait fait poser plus de question). En tout cas, c’est encore une belle réussite, avec du rythme, une narration qui alterne les récitatifs et les dialogues (de part le choix de départ de Dobbs), un vrai récit d’aventure, avec des moments pour l’ensemble des perso principaux, pas que pour Quatermain.

image

Et les pages de Dim D. sont magnifiques, dans la réalisation, les arrières-plans, les couleurs, … un vrai plaisir pour les mirettes (d’autant plus quand le premier volume a une magnifique dédicace). Les couvertures sont également au diapason.
Chose étrange, le lettrage est plus gras sur le second tome. Mais en soit, rien de dérangeant.

Bien fait de le relire.

image

image