ALLIES (Robert Zemeckis)

[quote]DATE DE SORTIE FRANCAISE

23 novembre 2016

REALISATEUR

Robert Zemeckis

SCENARISTE

Steven Knight (Peaky Blinders)

DISTRIBUTION

Brad Pitt, Marion Cotillard, Lizzy Caplan, Matthew Goode, Jared Harris…

INFOS

Long métrage américain
Genre : guerre/drame
Titre original : Allied
Année de production : 2016

SYNOPSIS

L’agent secret Max Vatan rencontre la résistante française Marianne Beausejour lors d’une périlleuse mission derrière les lignes ennemies en Afrique du Nord en 1942. Réunis à Londres, leur relation se verra menacée à cause des tensions liées à la Guerre. [/quote]

Sacré Brad Pitt, toujours aussi séduisant à plus de 50 balais (félicitations amigo); et quelle classe !

Le premier teaser :

youtube.com/watch?v=HSCQWX-pUSg

Sur les gros plans il commence à accuser son âge tout de même le Brad, mais il reste d’une classe folle.

[quote]
L’agent secret Max Vatan rencontre la résistante française Marianne Beausejour lors d’une périlleuse mission derrière les lignes ennemies en Afrique du Nord en 1942. Réunis à Londres, leur relation se verra menacée à cause des tensions liées à la Guerre. [/quote]

La règle des trois O à Hollywood :

Oh, le script de Casablanca qui traîne par terre.
Oh, une photocopieuse.
Oh, une idée !

Jim

La bande-annonce :

youtube.com/watch?v=0f1_fbdB6RQ

[quote=“Jim Lainé”]

[quote]
L’agent secret Max Vatan rencontre la résistante française Marianne Beausejour lors d’une périlleuse mission derrière les lignes ennemies en Afrique du Nord en 1942. Réunis à Londres, leur relation se verra menacée à cause des tensions liées à la Guerre. [/quote]

La règle des trois O à Hollywood :

Oh, le script de Casablanca qui traîne par terre.
Oh, une photocopieuse.
Oh, une idée !

Jim[/quote]

Quel Casablanca ? Celui qu’on connait tous ou le moins connu ?

[quote=“Le Doc”]La bande-annonce :

youtube.com/watch?v=0f1_fbdB6RQ[/quote]

J’achète.

Bon, alors, comment dire ?
Je suis déçu.

C’est sympa, le pitch est très fort, la construction est ingénieuse (on a le temps sinon de s’attacher aux personnages, du moins de les connaître), les acteurs sont très bien (c’est plein à craquer de seconds couteaux toujours formidables, de Lizzy Caplan à Jared Harris…), y a même quelques grandes images (la voiture dans la tempête de sable, le picnic près de l’épave d’avion…), mais il manque quelque chose.
Ce n’est pas très prenant. C’est un poil mou. Le récit s’y prête : la préparation de la mission, puis la paranoïa galopante. Mais à force de trop donner ce qui a été promis, le scénario se coupe toute voie de sortie, toute possibilité de surprendre son spectateur. Au milieu du film, il y a un instant de doute, qui fait que l’on se prend à espérer une intrigue à tiroir, avec des plans dans les plans et des complots dans les complots.
Sauf que ça n’arrive jamais.
Alors bien sûr, il y a l’émotion, mais elle est à la fois maladroite et prévisible, les jeux de regards étant parasités par l’intrigue d’espionnage, elle-même assez plate.
Rajoutons à cela des séquences à l’étranger (à Casablanca ou à Dieppe) qui sentent lourdement le décor (c’en est embarrassant), une prise de son pas terrible (mais ça, c’est peut-être la copie et/ou la salle dont j’ai eu le loisir de profiter), des ellipses qui raccourcissent l’histoire au point de rendre certains passages un peu acrobatiques (le héros prend l’avion pour aller en France comme d’autres prennent le bus, en pleine période de guerre), et on obtient un film pas vraiment bancal mais quelque peu boiteux.
Et surtout, pas très passionnant.

Je crois que le divorce est consommé entre Zemeckis et moi. Moi qui ai adoré à peu près tous ses films des décennies précédentes, depuis quelques années, je m’ennuie profondément devant son cinéma. J’ai par exemple bien détesté Flight, un récit préchi-précha et cul-bénit qui ne tient pas ses promesses de politiquement incorrect et retombe dans un américanisme béât.
Et comme Alliés, Flight est également assez mou. C’est peut-être le gros reproche que je fais à ces deux films, de la part d’un gars qui rivalisait, avec Spielberg, en matière d’énergie.
Bref : déçu.

Jim