AQUAMAN #49-52 (Dan Abnett / Vicente Cifuentes)

Suite au désistement de Cullen Bunn sur Aquaman, c’est le scénariste Dan Abnett (Titans Hunt) qui reprend en main la destinée du roi des mers avec l’aide du dessinateur Vicente Cifuentes à partir de février 2016.

http://imageshack.com/a/img903/9121/lCR7mq.jpg

[quote]AQUAMAN #49
Written by DAN ABNETT
Art by VICENTE CIFUENTES
Cover by BRETT BOOTH and NORM RAPMUND
Variant cover by NEAL ADAMS
On sale FEBRUARY 24 • 32 pg, FC, $3.99 US • RATED T
Retailers: This issue will ship with two covers. Please see the order form for details.
In the aftermath of the Thule invasion, Aquaman must show the people of Atlantis that he was the target of a conspiracy and earn their trust once more. And no, it’s not going to be easy…[/quote]

Lien
Le site de l’éditeur: dccomics.com

[quote]Aquaman #49

Written by: Dan Abnett
Art by: Vicente Cifuentes
Cover by: Norm Rapmund, Brett Booth
Variant cover by: Neal Adams

In the aftermath of the Thule invasion, Aquaman must show the people of Atlantis that he was the target of a conspiracy and earn their trust once more. And no, it’s not going to be easy…

U.S. Price:
3.99
On Sale Date:
Feb 24 2016[/quote]

Source : www.comicbook.com

[quote]Aquaman #50

Story by
Dan Abnett
Art by
Brett Booth, Norm Rapmund
Colors by
Andrew Dalhouse
Letters by
Tom Napolitano
Cover by
Brett Booth, Norm Rapmund, Andrew Dalhouse, Jose Luis Garcia-Lopez , Moreno Dinisio
Publisher
DC Comics

Cover Price:
$4.99
Release Date
Mar 30th, 2016

Dead Water is a killer and a monster. No matter where you go, he can reach you if there’s even one drop of water present. Pray that Aquaman finds you first! And the most famous oceanic hero on Earth is Aquaman, right? In our gala 50th issue, make way for…Aquawoman![/quote]

Source : www.comicbookresources.com

http://imageshack.com/a/img921/20/MLBDCT.jpg

http://imageshack.com/a/img923/7549/WUMGjM.jpg

[quote]Aquaman #51

Story by
Dan Abnett
Art by
Vicente Cifuentes, Juan Castro
Colors by
Guy Major
Letters by
Tom Napolitano
Cover by
Brett Booth, Norm Rapmund, Andrew Dalhouse
Publisher
DC Comics

Cover Price:
$3.99
Release Date
Apr 20th, 2016

In order to solve the mystery of the rage-monster Dead Water, Aquaman must turn to the only person with any answers: the notorious Scavenger!
[/quote]

http://imageshack.com/a/img924/6484/3rLfE1.jpg

http://imageshack.com/a/img924/1700/Xf8RbW.jpg

http://imageshack.com/a/img923/723/qZuCjS.jpg

http://imageshack.com/a/img922/4320/37VXq8.jpg

http://imageshack.com/a/img921/4128/s6qh2K.jpg

Source : www.comicbookresources.com

[quote]Aquaman #52
Written by Dan Abnett, art by Vicente Cifuentes and John Dell, cover and variant by Brett Booth and Norm Rapmund, variant cover by John Romita Jr.
Aquaman faces his old enemy, Scavenger, who now has seriously upgraded armored tech! And if that wasn’t bad enough, there’s a third party in the fight…the ravening and vengeful Dead Water! Caught in the middle of this brutal free-for-all, Aquaman’s world is about to be rocked!
32 pages, $3.99, in stores on May 18.
[/quote]

Source : www.13thdimension.com

Après le départ de Cullen Bunn, vraisemblablement sous la pression d’un lectorat peu enclin à la patience, c’est Dan Abnett qui reprend les rênes de la série Aquaman, pour les quatre derniers numéros avant la clôture de la sinistre expérience “nioufiftitou”.

Ces quatre chapitres, ainsi que celui qui allait lancer la version “Rebirth”, sont compilés dans le huitième TPB de la série, et franchement, c’est très bien.
Au moment de l’arrivée du scénariste, on aurait pu croire qu’il n’intervenait que pour boucher les trous. Quand la nouvelle série a été annoncée avec Abnett aux commandes, on aurait pu s’imaginer que les choses sérieuses commencent à ce moment. Mais en fait, à relire attentivement ces quatre épisodes, on voit que toutes les choses sont en place : Abnett remet le couple Arthur / Mera dans le phare, et commence à développer l’idée d’une ambassade atlante à la surface. La station en question arrive dès le deuxième épisode (donc le #50), et Mera, surnommée “Aquawoman” donne sa première conférence de presse (avec succès). Dans le même temps, Aquaman enquête avec deux agents du FBI sur les crimes commis par un surhomme, que la presse a baptisé Dead Water. Ces derniers éléments semblent sortir de nulle part aux lecteurs de la série suivante (comme c’est le cas dans l’édition française), et montrent bien qu’Abnett est déjà en train de construire son truc dans ces quatre épisodes.
Question dessin, entre Vicente Cifuentes et Brett Booth, ces chapitres ne bénéficient pas du même talent que la série suivante, mais l’action est au rendez-vous, et les dialogues sont particulièrement réussis.

Jim

Abnett aura vraiment été un très bon auteur sur Aquaman, et un très bon soldat pour DC. L’annulation au #52 paraît une décision précipitée (comme si souvent chez DC, j’ai l’impression), mais il recommence quasiment à zéro sans gêne avec Rebirth, alors qu’il venait de se lancer. On retrouve la même loyauté et la même capacité de se réinventer avec le #25 de la série suivante, quand DC impose une réorientation “atlante” du titre, en faisant d’Aquaman un hors-la-loi révolutionnaire dans une Atlantis fermée sur elle-même.
Quel dommage qu’il soit exfiltré de la série, pour la venue de DeConnick ; qui ne me convainc pas jusque-là, et se perd dans une intrigue molle et sans intérêt.
Quelle honte, surtout, que Dan Abnett parte sur un crossover avec Suicide Squad qui, s’il est bien écrit, n’est pas la conclusion et l’au-revoir dont le scénariste aurait dû bénéficier sur ces personnages qu’il a si bien animés.

J’aime beaucoup l’expression “bon soldat”. Je trouve que ça lui convient très bien. En effet, j’ai l’impression qu’il aborde son travail comme un exécutant, comme un mercenaire, mettant son savoir-faire au service de la série (et de l’éditeur), sans chercher à s’imposer. Le récit prime.
Qui plus est, il parvient à se glisser dans les différents univers sans rien casser, mais en intégrant les données posées par les auteurs qui l’ont précédé, et à donner une sorte de logique aux intrigues, à exploiter le potentiel souvent avec finesse. J’ai un très bon souvenir de sa reprise de l’univers de Terre-2 (avec un jeune Jorge Jimenez qui dépotait déjà pas mal : Earth 2 Society, un truc du genre). C’était impressionnant la manière il parvenait à électriser tout ça, sans rien annuler de ce qui précédait.
À mon avis, il aborde son travail de scénariste avec la volonté de bien faire son boulot mais d’éviter les ennuis. Donc il se fond dans les demandes éditoriales, qu’il fait siennes. Est-ce lui ou les éditeurs qui le tiennent éloigné des plus grosses licences (je rêve de le voir arriver sur X-Men, par exemple, je pense qu’il saurait en faire quelque chose), je ne sais pas. Si ça se trouve, il ne fait pas pression pour obtenir de gros titres. Continue-t-il à écrire des romans dans le monde de Warhammer ? J’imagine que oui, et j’imagine que c’est dans cet univers qu’il fait le gros de ses revenus. Donc pourquoi aller batailler dans le petit monde des comics ?

Jim

Il a 5 bouquins Warhammer prévus d’ici début 2020…

En soi, je ne sais pas si Abnett, sur son seul nom, fait suffisamment vendre pour obtenir de grosses séries, dès le début, et les tenir.
Bien sûr, il a eu du succès sur le cosmique avec Andy Lanning, mais après le succès surprise (et mérité) d’Annihilation ; et ça a été croissant, avec d’abord Nova post-Annihilation, puis Annihilation Conquest, puis Guardians of the Galaxy déclenchés grâce à Conquet, etc.
Abnett poursuit sur Aquaman à la période Rebirth sûrement parce qu’il avait été lancé avant la fin du volume précédent, et son orientation devait “calmer” les fans, irrités par Cullen Bunn. Il arrive sur Justice League Odyssey parce que le lancement de Williamson est une catastrophe. DC lui confie Titans, parce que Titans Hunt a plu, et parce que ces personnages vendent de principe, au moins au début, avec la hype de Rebirth.

Dan Abnett est un auteur de talent, un bon soldat (j’aime aussi cette expression), mais pas forcément un gros vendeur.
Sur les X-Men, ce serait une bonne idée de lui confier non pas la série principale, mais une série secondaire ; qui suit le gros scénariste, gère un pan de l’univers, et essuie peut-être les plâtres de la série principale.

C’est dommage mais, un peu comme Peter David (que j’estime beaucoup, mais qui ne m’intéresse plus, ces dernières années), il n’est malheureusement pas considéré comme “taillé” pour être sous les protecteurs. Triste, car il les supporterait sûrement bien mieux que certaines stars.

Oh bah je ne me fais pas de souci pour lui, alors !

Jim

Oui, et c’est dommage, ce manque de confiance, parce qu’il aurait très bien pu écrire la série dès le début. La rédaction de DC doit regarder les chiffres et pas lire les épisodes, j’ai l’impression.
Je suis d’ailleurs en train de découvrir sur travail sur Odyssey, et c’est très bien.
C’est un auteur qui mériterait d’avoir un pan de l’univers DC à lui.

Jim

Oui. D’avoir surtout la liberté d’y faire ce qu’il veut, en fait, comme il a pu le faire avec Lanning sur le cosmique Marvel. Où tout ne fut pas bon, mais où tout était personnel.

Ce qui ne me semble pas le cas chez DC, en fait.
Parce que Dan Abnett a été chargé de donner du sens à la première génération des Titans à la fin du New52 et au début de Rebirth (une Mission Impossible digne de Tom Cruise), et a pu gérer Aquaman dans les grandes largeurs. Notamment en gérant le titre, mais en faisant une mini-série Mera, et en gardant sous le coude Tempest, dans Titans.
Dans les deux cas, Dan Abnett était à la tête d’un pan entier du DCU, en fait.
Mais, dans les deux cas, DC ne lui a pas laissé l’opportunité de faire ce qu’il voulait : dans les deux cas, DC a imposé une réorientation du titre. Aquaman première version est une série de super-héros, avec des intrigues géopolitiques pour qu’Arthur intègre Atlantis au monde ; avant une réorientation en série centrée sur Atlantis, avec Aquaman en révolutionnaire. Titans a d’abord été une série sur des laissés-pour-compte traumatisés par des passés difficiles ou modifiés (Arsenal et son historique de drogues, Tempest en fuite de son passé atlante, Donna Troy qui ignore son vrai passé, Wally…) ; avant une réorientation post-Metal sur des pseudos X-Men gérant de nouveaux Métas.

En fait, Dan Abnett n’a pas la pleine confiance de son éditeur. Qui, en fait, veut bien le laisser sur des titres, mais s’il suit les changements quand ça arrange DC.
Sauf que DC n’hésite pas à le bouger, quand la formule ne vend pas (la piteuse réorientation de Titans) ou quand l’éditeur veut faire du buzz (mettre DeConnick au moment du film ; alors même que son orientation est plus éloignée du film que celle d’Abnett, un comble).
C’est bien dommage.

PS : pour Williamson, il semble copain ou proche de Snyder. Il avait notamment signé un one-shot sur un Evil Batman, et a participé à l’écriture de Justice League : No Justice. Snyder devenant boss de la franchise JL, et plaçant les copains, Williamson a eu sa série, comme Tynion la sienne. Sauf que Williamson ne semble capable d’écrire qu’un personnage chez DC, Flash, et ça n’a vraiment pas pris pour JL Odyssey. Qui souffre de son auteur, mais aussi d’un casting peu emballant, et d’une orientation vraiment faiblarde. Ca ne durera plus longtemps.

Ce qui devrait générer de la confiance auprès de l’éditorial, et pourtant non : quel dommage.

J’avais suivi son Captain Midnight chez Dark Horse : la série, sans être réellement mauvaise, balançait énormément d’idée cools mais jamais exploitée, avec un sentiment de fuite en avant et de thématiques jamais résolues. Comme pour Flash (qui reste lisible sans être une bonne série).

Jim

Bon, la fuite en avant, ça a du sens, pour Flash. :wink:

Héhéhé

Jim

Je ne connais pas du tout l’univers Warhammer, mais là j’ai jeté un oeil aux sorties et sa production est importante, de l’ordre de plusieurs livres par an. ll a également écrit le scénario d’un film d’animation Warhammer sorti en 2010…

Je discutais beaucoup avec le boss de Bibliothèque Interdite, la société qui a introduit les romans Warhammer en France (avant que la licence ne soit reprise par l’éditeur anglais lui-même…), et j’ai vu des chiffres de vente qui étaient vraiment impressionnants. Donc j’imagine que ça continue, et que ça met Abnett à l’abri du besoin.

Jim