Arata volume 8 (Kurokawa)

Malgré les passages très intenses des volumes précédents, dans ce tome la tension retombe à peine. Pour commencer, on va voir Kanate décider de suivre sa propre voie, différente de celle d’Arata. Ses motivations sont très liées à son histoire et ses sentiments, ce en quoi on retrouve avec délice le soin accordé à la psychologie des personnages. L’aventure se poursuit ensuite dans une veine plus légère, ce qui fait du bien et permet de souffler, mais ce n’est pas pour autant que l’histoire en devient moins passionnante, bien au contraire. La mangaka a un don pour surprendre le lecteur ; chaque identité d’un nouveau protagoniste est une vraie surprise et en l’occurrence, Kugura s’affiche comme un personnage bien différent de ce à quoi on s’attendait, mais il s’annonce charismatique et attachant ! Dans le même temps et tout du long, on apprend aussi à mieux connaître Mikusa, une fille qui a du chien ! Action, aventure et humour se mêlent très talentueusement dans cet opus, même s’il est un poil moins intense que certains volumes précédents, ce n’est pas un mal au contraire, et le style est si excellent que la lecture est un plaisir permanent.
8/10