ASTÉRIX t.1-39 (Goscinny, Ferri / Uderzo, Conrad)

Sienkiewicz :

image

Double référence en prime (l’effet kiss cool) :

frazetta_warrior

Tu fais bien !

Tiens, je l’avais vu il y a bien longtemps, cet Astérix, sans me souvenir où, et je n’en avais qu’un vague souvenir (et ne me souvenais donc pas qui en était l’auteur).

Tori.

Ponticelli :

image

1 « J'aime »

Un clin d’œil dans Phénix, d’Osamu Tezuka :

Tori.

La vraie couv’ ?
image

Apparemment.

Je préférais la provisoire.

Tori.

Pareil ! Entendu sur France Info en rentrant du boulot : ils se sont inspirés d’un western avec Robert Redford pour la couverture, mais je n’ai pas bien entendu le nom (Jeremiah Johnson ?).

Le dossier de présentation de l’album sur le site officiel est plutôt intéressant, il donne quelques pistes sur le ton de l’album, avec l’ambition de proposer un véritable « eastern » plongeant Astérix et Obélix dans un environnement et une ambiance sortant de nos habitudes, tout en présentant le peuple des Sarmates qui seront à l’honneur dans cet album.

Ah, marrant : ça me faisait penser à du Lucky Luke (mais je pensais à Les Dalton dans le blizzard… Et la couv’ n’y ressemble pas du tout).

Mais Jeremiah Johnson est une inspiration possible, en effet.

Tori.

Au détour d’une brocante, j’ai pu enfin mettre la main sur La fille de Vercingétorix, histoire de me tenir à jour pour la sortie du prochain tome. C’est assez sympa dans l’ensemble, Astérix et Obélix passent un peu au second plan pour laisser de la place à la caractérisation d’Adrénaline qui me plait beaucoup, et on a même droit à une place plus développée importante qu’à l’accoutumée pour les pirates ! Pour une fois, ils ne se contentent pas de se faire couler le navire, et j’espère sincèrement qu’on aura un jour un album où, à l’image d’Astérix légionnaire pour l’armée romaine, les Gaulois passeront un peu plus de temps à leurs côtés. Les autres jeunes Gaulois, Letitbix notamment, auraient par contre gagner à être un peu plus développés, mais les rejetons de figures emblématiques qui sont introduits ici ravirons ceux qui aiment les univers étendus (et qui seront aussi ravis de voir un petit caméo d’un très ancien personnage).

Concernant l’humour, il y a à boire et à manger, mais tout n’est pas aussi appétissant qu’au traditionnel banquet final. Quelques répliques et situations m’ont quand même donner le sourire, des répliques « beattlesques » de Letitbix (du pur Astérix pour le coup !) au quiproquo du centurion importuné pour une mission dont il ne comprend pas tous les termes. L’album est aussi marqué par quelques dialogues et situations renvoyant à l’époque de son écriture qui risquent de ne plus forcément avoir la même résonnance dans quelques années (je pense par exemple au terme « gaulos » en lieu et place de « boloss »), mais c’est le jeu de l’exercice qui, heureusement, reste ici basé sur des thématiques intemporelles de choc des générations. On notera la présence d’un duo paternel qui a des airs de couple homoparental qui fonctionne plutôt bien dans le contexte historique et culturel de cet univers à la fois fictif et tellement actuel.

Un album de bonne facture qui respecte l’esprit d’Astérix mais qui ne s’élève pas plus haut que les bons signés par Uderzo tout seul, et qui ne détrône pas pour moi Astérix chez les Pictes, mon préféré du duo Ferri/Conrad pour le moment.

Totalement d’accord, Goudurix est davantage un « menfoutiste » doublé d’un trouillard, alors qu’Adrénaline est une véritable rebelle qui n’a pas froid aux yeux !

ce que j’ai aimé le plus ce sont les blagues méta sur Astérix. Genre un album sur 2 ils partent en vadrouille tandis que l’autre est au camp…

Eh eh eh, ça t’a agacé/navré, la discussion sur Hawkeye ?

Pas tant, mais je me suis dit qu’il fallait quand même éduquer les masses. Un peu.

Jim

Les masses, ça s’étalonnent !

Ma mémoire déconne;lequel?

C’était déjà le cas pour quelques jeux de mots/références dans les albums écrits par Goscinny.

Tori.

Le brave
marchand phénicien Epidemaïs, déjà rencontrés par nos héros moustachus dans Astérix gladiateur et L’Odyssée d’Astérix.
image

Oui, il faudrait sans doute des invocations aux dieux des références Jimlainès ou Alexnikolavix pour accéder à tout le savoir contenu dans les anciens albums !

En effet.