ASTRAL PROJECT t.1-4 (Marginal / Siyûji Takeya)

Quatrième et dernier tome pour ce manga plutôt atypique. Et je dois dire que la fin m’a globalement satisfait.

Une fin qui se veut très psychologique et philosophique, en abordant des thèmes comme le matérialisme, la capitalisme, la volonté de fuir la réalité, et beaucoup d’autres choses.
Mais ce dernier tome n’oublie pas nos personnages, et apporte également de ce côté-là une conclusion satisfaisante.
Au niveau des dessins, malgré quelques imperfections minimes au niveau des proportions, on constate que ça s’est vraiment amélioré depuis le tome 1. C’est plus détaillé, le trait est mieux maîtrisé, et certaines pages sont vraiment fascinantes et magnifiques à regarder.

Au final, grâce à un scénario intéressant, un traitement original et des personnages travaillés, Astral project a réussi à me captiver d’un bout à l’autre. Un petit ovni, qui est sûrement l’une des plus belles surprises de 2007. Cela dit, je conseillerais tout de même ce manga à un public assez mature, qui sera capable d’en savourer toute la portée.

J’ai vraiment beaucoup apprécié tout comme toi ce dernier volume qui conclut avec brio cette série. Le ton était vraiment poétique et philosophique, et même si les thèmes abordés étaient durs, on pouvait ressentir une douceur assez chaleureuse en comparaison avec les premiers tomes qui dégageaient plus de froideur.

Pour ma part, je suis très contente d’avoir acquis cette série et j’espère avoir de nouveau une série de cette qualité entre les mains.

Astral Project est un manga assez atypique, voire unique en son genre. Il traite de sujets très sérieux, comme la société de consommation, le matérialisme, le capitalisme, les otakus, en passant par le biais du surnaturel. Et je dois dire que c´est vraiment très réussi.
Côté scénario, le lecteur rentre très vite dans l´univers particulier du manga, et suit avec passion l´évolution du héros. Marginal maîtrise de bout en bout sa mise en scène, très précise et bien pensée. Ainsi, au fil des tomes, le suspens va grandissant, et l´interêt du lecteur pour cette série aussi. Bref, le génie narratif de Marginal, déjà entrevu dans “Old Boy”, ne fait plus aucun doute.
Les dessins, eux, sont magnifiques. Malgré un coups de crayon peu sûr dans les premiers chapitres, Syuji Takeya prend très vite de l´assurance et, dans son style particulier, dessine des planches époustouflantes, tant au niveau des personnages que des décors. Les lecteurs friands de grande cases, voire de cases prenant une page entière seront aux anges.
De plus Sakka, comme à son habitude, a fait du très bon boulot pour cette série. Le prix est très acceptable pour un livre de cette épaisseur, et la rapport temps de lecture / prix est très bon, vu qu´en moyenne j´ai mis entre 1 heure et 1 h 30 pour lire un tome (les dialogues sont nombreux).
La fin, elle, est à l´image de toute la série. C´est à dire très bien pensée. En y réfléchissant, je ne pense pas qu´il y avait de meilleures fins possibles.
Je suis vraiment heureux de m´être procuré cette perle, qui sera dans top 10 seinen pour longtemps, je pense.
9/10