ATELIER / WORKSHOP (Laurent Lefeuvre)

Non, Jul.

Plus précisément, Silex and the City, de Jul (contre le Lucky Luke de Jul ?).

Tori.

Je me dois d’ajouter une explication à cette minute de match supplémentaire, autorisée à titre exceptionnel, après l’arrêt officiel des « combats célèbres… » :

En effet, suite à la vague de pression exercée sur le net par la société qui gère les droits de centaines de personnages de manga - dont celui que vous aurez tous reconnu ici - je me vois contraint de ruser avec un bandeau noir, et de supprimer son nom.

Les infos ici : https://fr.ign.com/…/dragon-ball-ne-postez-plus-de…

Entre lui et la momie de chez Tintin… autant dire que je joue ma PEAU ! 😃

La bise à tous et la bonne année bien sûr !

En droit français, on a le droit de citation et (ce qui s’applique ici) le droit de parodie…

Purée, heureusement que j’ai changé mon avatar (du coup, ce n’est plus Shueisha le détenteur des droits, mais Square Enix)… ~___^

Tori.

Ouais, je trouve ça malsain.

Et d’un autre côté, on voit fleurir ce genre de tee-shirt (qui sont vendus, donc faits dans un but lucratif, contrairement à notre cas présent) :

Tori.

Ben, c’est rigolo. Je préfère porté un t-shirt avec un couv’ originale, mais pour les fans, je trouve ça rigolo.

Oui, mais je veux dire que ça part du même principe : c’est de la parodie.
Et ça passe, alors que là, le détenteur du copyright pourrait estimer qu’on fait du fric sur son dos, contrairement aux parodies du défi des combats de l’espace inter-iconique, qui sont gratuites.

Tori.
PS : En l’occurence, je le trouve plutôt sympa, celui de mon exemple.

Je ne vais pas t’apprendre ce qu’on dit des cons.

Je ne suis pas sûr qu’il existe de manière formelle, ce droit. Il est appliqué, il est reconnu, mais il me semble (sans avoir bien creusé la question, hein…) qu’il s’agit plus d’une tolérance, notamment à l’égard des chercheurs et des étudiants, ainsi que des critiques. Un peu comme le « fair use » américain, qui me semble un peu plus encadré.

Jim

Lorsque l’œuvre a été divulguée, l’auteur ne peut interdire : […]
3º Sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l’auteur et la source :
a) Les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d’information de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées.

Code de la Propriété Intellectuelle, art. 122-5 :
https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000037388886/2021-01-08

Tori.

Voilà, c’est une définition par défaut : si on fait ça, personne ne nous l’interdit. Ce n’est pas une définition du fait qu’on ait le droit de le faire. Tu vois l’astuce ?

Jim

Oui, je vois la nuance… N’empêche que dans le cas rapporté ici, Shueisha l’interdit, mais l’article que j’ai cité l’en empêche.
Ils peuvent attaquer, porter plainte (et dans ce cas, la légitimité sera étudiée), mais pas interdire.

Tori.

Ca ne m’étonne tellement pas… Sacré Jap…

Après, l’article dit bien qu’il s’agit peut-être d’un bot un peu trop zélé…

Tori.

Un pote juriste m’a expliqué un jour que même si on est dans son droit, même si on a un dossier en béton, même si on est irréprochable, on n’est jamais à l’abri de quelqu’un qui veut entamer une procédure.

Jim

image

image

Échauffement du matin.
Un des personnage du jeu Zelda, dont mon fils est fan, et ça s’appelle un Gardien.

Ne m’en demandez pas plus : je n’y connais RIEN ! 🙂

C’est un monstre relou XD

Je n’ai pas joué aux derniers Zelda… Ce monstre ne me dit rien.
J’ai cru que c’était le tentacule de Day of the tentacle qui aurait piqué ceux de Doc Oc’ !

Tori.