AVENGERS #1-11 (Jason Aaron / collectif)


(Jim Lainé) #61

Bon, très sympathique, ce premier épisode.
Il embraie directement sur le contenu de Marvel Legacy, reprenant plusieurs éléments (les Vengeurs préhistoriques, le combat entre Star Brand et Ghost Rider…) de sorte qu’il vaut mieux l’avoir lu, même si Aaron s’arrange pour que ça soit facilement abordable.
Les dialogues sont plutôt pas mal, le scénariste parvenant à trouver un ton très “cinéma” pour son Tony Stark. C’est marrant tout en posant les éléments nécessaires à l’intrigue. L’histoire s’ouvre sur une scène dans le passé, puis continue avec celle dont on voit les planches ici, avant d’alterner les séquences consacrées aux autres personnages destinés à rejoindre l’équipe. C’est rythmé, chouettement dessiné par McGuinness qui s’amuse à mettre en scène des mimiques amusantes sans négliger l’aspect action.
L’arrivée de créatures bien connues des amateurs de Kirby donne une dimension colossale au récit, qui fleure bon le “sense of wonder”.
Après, ce début est bien, musclé et vigoureux, mais pas non plus renversant. Mais Aaron, parfois, démarre ses prestations de manière assez calme. Ou plutôt, dirions-nous, les promesses de grandes envolées viennent plus tard, de manière progressives, dans une sorte d’accélération. On peut donc imaginer que ça sera encore le cas : ça roule déjà vite, on peut sans doute s’attendre à des pointes de vitesse assez étourdissantes.

Jim


(Jim Lainé) #62

À voir aussi de quelle manière la discussion de la “trinité” est une note d’intention ou pas : leur conversation au bar tourne autour du fait qu’ils doivent recruter et passer le flambeau, tandis que l’intrigue amène un regroupement de héros selon un schéma déjà éprouvé dans la préhistoire, revêtant pour le coup une fonction prophétique. La première question est donc de savoir si ce groupe va rester stable au-delà de la première intrigue, et si cette formation verra les trois piliers piquer la vedette. Rien n’est moins sûr.

Jim


(Le Doc) #63

AVENGERS #2

Written by: Jason Aaron.

Art by: Ed McGuinness.

Cover by: Ed McGuinness.

Description: Black Panther and Dr. Strange battle for their lives deep within the earth. Captain Marvel battles death and destruction raining down from the skies, while Thor, Iron Man and Captain America lead the valiant (yet hopeless) fight against the Final Host of Dark Celestials. And Ghost Rider and the Savage Hulk make brutal war against…each other? Plus, you can’t have a gathering of Avengers without a certain Prince of Lies, now can you?

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: May 16.

Source : www.comicscontinuum.com


(Ben Wawe) #64

Pif, paf, punchline, bim, bang, punchline, pif, paf, sacrifice, bing, bong, pif, paf, révélation prévisible.
Voici le résumé d’Avengers #2, un numéro qui est tout sauf original, qui se lit plutôt vite, mais qui n’en est pas pour autant mauvais.
Après un #1 intéressant, qui finissait sur une attaque gigantesque, Jason Aaron enchaîne avec… une baston ; prévisible, mais surprenant de placer aussi vite ce combat total, qui se concentre essentiellement sur une partie du futur groupe, laissant carrément de côté le duo Dr Strange & Black Panther. Si on enlève la montée en puissance de Ghost Rider et She-Hulk, c’est un épisode centré sur la Trinité, avec un peu de Captain Marvel, en tapisserie.
Ca n’est pas une mauvaise lecture, mais le soufflé retombe un peu - moins à cause de la baston, bien menée et dialoguée, que par le final, si prévisible. Dommage, car la voix-off, si reconnaissable, était bien faite, et ça se lisait agréablement, même si McGuinness est parfois un peu figé.
Rien de grave, mais le positif retombe un peu. Je suis curieux de voir ce que la suite peut encore donner.


(Pseudo-X) #65

Ed Mc Guiness que c laid, je préférais c dessins d’avant… il s’est cassé une patte?


(Jim Lainé) #66

Je ne vois pas trop de différence avec ce qu’il produisait genre il y a dix ans sur Hulk. C’est peut-être un changement d’encreur ?

Jim


(Blackiruah) #67

Perso, je suis très client d’Ed Mc Guiness


(Jim Lainé) #68

Moi aussi, et là, il n’y a rien qui me choque.

Jim


(victor newman) #69

Certains ont une drôle de définition du mot laid…


(Jack!) #70

Ah, quand même. Je trouve que son trait se fait un poil moins anguleux ; un brin moins exagéré aussi dans les musculatures.


(Jim Lainé) #71

Ah, je l’aurais trouvé moins rond, pour ma part.
Et les têtes trop grosses pour le corps sont plus fréquentes, aussi.
Mais autrement, j’ai toujours autant de plaisir à regarder ses pages.

jim


(KabFC) #72

Pareil Mc guinness c’est bon.


(Oncle Hermes) #73

Pareil ici.


(Pseudo-X) #74

sincèrement les têtes de perso sont horribles. les visages sont froids et sans vie.
l’encrage gras et peu précis n’aide pas. ça sent quand mm le travail vite fais.
les dessins cartoons (Formes pulpeuses et rondes) ont fait place à une saturation d’ombre et d’une Mise en scène sans originalité.
je trouve aussi la mise en couleur vraiment ratée mais la c pas la faute a McGuiness.
ed_mcguinness_hulk_art_by_herorulk-dav8z4w


(FC powaaaa) #75

Je me demande si ce n’est pas le choix des plans qui me gêne un peu, mais c’est peut être voulu de la part du dessinateur.
Pas de me gêner, hein, mais de donner l’impression que les persos sortent des pages. Alors, ça me gène un peu parce que j’ai l’impression que ça remplit les pages et que ça ralentit l’action (enfin, pour moi, c’est sûrement pas raisonné comme impression) et surtout, j’ai l’impression que ça “attaque” mon espace vital !


(Le Doc) #76

Avengers #7, dessiné par Sara Pichelli, révélera les origines du premier Ghost Rider.

Premier aperçu :

Source : www.comicscontinuum.com


(sylvain cordurié) #77

Sans être aussi hard que Pseudo-X, je suis plutôt sur sa ligne.
McGuiness mise à fond sur le punchy pour compenser son absence d’intérêt (ou de talent ?) pour la gestion des décors.

Il y a d’autres dessinateurs qui font dans le light niveau décor. Je pense par exemple à Olivier Coipel. Mais il y a une telle force/justesse dans son dessin et ses compositions que ça passe.

Là, perso, j’ai beaucoup de mal. Il y a un côté “désincarné” qui m’emmerde dans cette approche.
J’ai le même problème avec Bagley. Mais bon… il est quand même largement plus généreux que McGuiness sur ce point.


(Pseudo-X) #78

je ne suis par Hard.

c’est moche quand mm. et les couleurs saturées cache misère n’aident vraiment pas.
de la part d’Ed je suis déçu. tant mieux si ça plait au plus grand nombre. mais ce dernier est capable de bien mieux.
la petite Sara s’en sort mieux.
Jim parle de l’encreur, je ne suis pas sur que ce soit encré. d’où la saturation


(Le Doc) #79

AVENGERS #3

Written by: Jason Aaron.

Art by: Ed McGuinness, Paco Medina

Cover by: Ed McGuinness.

Description: Fate has once again brought together Earth’s Mightiest Heroes to face their greatest challenge yet. But with Captain America now taken prisoner by Loki, what hope do these new Avengers have to defeat the Final Host of Dark Celestials? And what startling secrets are still left to be uncovered that will rewrite everything we know about the origin of the Marvel Universe?

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: June 20.

Source : www.comicscontinuum.com


(Ben Wawe) #80

Jason Aaron poursuit sa relance avec Avengers #3, un épisode moins orienté sur l’action, et qui fait office de pause, de moment de dialogues qui permet surtout de réunir les personnages éclatés partout, et d’ainsi préparer la constitution définitive de l’équipe ; des instants toujours “difficiles”, car très classiques et clichés, mais qui sont bien menés ici.
Le scénariste gère bien ses personnages, et j’apprécie de voir que Stark & Danvers n’ont pas encore pleinement retrouvé la paix entre eux ; même si l’intervention de Thor, drôle, permet de rapidement faire cesser ça, pour se concentrer sur le reste… qui correspond, grosso-modo, à la préparation des révélations à venir.
Un épisode de pause, pas désagréable et qui donne surtout envie de lire la suite. L’ensemble se tient, est cohérent et solide. Dommage que Ed McGuinness ne puisse pas tout assurer, et que Paco Medina doive l’aider - c’est gênant, au #3 et en plein story-arc.
Toujours client de cette proposition.