AVENGERS #1-50 (Jason Aaron / collectif)

Aperçu du #50/750 :

aven2018050_a

image

aven2018050_c

Est-ce que Galactus peut devenir un Rider ?
Il n’aurait plus besoin de héraut.

avengers50a

Written by: Jason Aaron, Christopher Ruocchio.

Art by: Aaron Kuder, various.

Covers by: Ed McGuinness, Carmen Nunez Carnero, Stefano Caselli, Arthur Adams, Rob Liefeld, Marcos Martin, Ron Lim.

Description: Commemorating Legacy #750! Supersize extravaganza of Earth’s mightiest action and surprises! Witness the jaw-dropping conclusion of « World War She-Hulk! » Learn the true purpose of the prehistoric Avengers! Uncover the shocking secret of the Iron Inquisitor! Behold the most powerful collection of super-psychopaths that any Earth has ever seen! Watch the Avengers recruit some shocking new members! And follow the Ghost Rider on a quest for vengeance across the Multiverse that will spark an all-new era in Avengers history! Plus: A bonus story featuring Thor by Christopher Ruocchio and Steve McNiven!

Pages: 80.

Price: $9.99.

In stores: December 1.

avengers503

avengers504

Moi, j’ai tendance à dire qu’il a regardé la JLA de Grant Morrison d’un peu trop près et qu’il ne cherche pas forcément à palier aux erreurs de son prédécesseur.

Le Mallrat faisait une remarque similaire.
Je dirais surtout qu’Aaron rajoute des erreurs au modèle morrisonien (que je trouve nettement moins chargé d’âneries). La répétition des idées, la super-vilainisation de tas de héros, la transformation des membres à répétition, la réduction de grands vilains au rôle de méchants d’opérette…

Jim

1 « J'aime »

Si je peux voir le lien entre jla de momo et avengers de aaron qui ne sont pas des series articulées sur le développement de perso, difficile par contre d approuver la comparaison tant l écossais à fait preuve d un talent de « characterisation » qui a fait date.

Par petite touche et avec son talent pour les ellipses, morisson a marqué la représentation des persos, notamment avec l uberbatman mais pas que. Le superman électrique, Green lantern, aquaman, atom, martien manhunter, ont tous au court de la série des répliques ou des scènes mémorables qui definissaient parfaitement leurs caractères.

Très éloigné de la réussite d aaron, il me semble.

Aaron nous assure que son run va quelque part. Hormis le mash up je ne vois pas bien ce que serait le fil rouge de sa prestation. On a pu croire à un moment que ce serait une sorte de géopolitique super héroïque fun. Mais il semble d après les retours que cela ait fait flop.

1 « J'aime »

1 retour, nuance.

De mémoire, je ne suis pas le seul à être critique, Victor.

Ho tu sais c’est pas parce que certains s’expriment pas ici qu’ils n’en pensent pas moins

Un team-up (comme l’alliance des 3 Thors face à Gorr & Malekith) et/ou un lien de plus en plus renforcé entre l’équipe du lointain passé et celle du présent ?

R99H8H4NzPDoD2T1MoPsRvNQ5p65aBMkvAfhh3ka41Y

  • un Ghost Rider dans chaque équipe (l’un en voiture, l’autre sur un mammouth)
  • un Starbrand dans chaque équipe (le primitif hulkien et le bébé orphelin)
  • un Black Panther dans chaque équipe (T’Challa et son ancêtre)
  • un asgardien digne de Mjolnir dans chaque équipe (Odin & Thor)
  • Un hôte du Phénix dans chaque équipe (la rouquine & Maya Lopez)
  • Un sorcier suprême dans chaque équipe (Agamotto et Stephen Strange dans le premier arc)
  • reste encore le cas d’Iron Fist (le remplaçant de Danny va-t-il intégrer les rangs de l’équipe ?)
1 « J'aime »

Même si je n ai pas adhéré vraiment au premier arc, les idées autour du céleste étaient sympathiques, tout comme cette histoire de première équipe de vengeur.

Mais ce fut bien trop dilué pour que je m accroche.

Bah ça dure trop aussi, hein, les Prehistoric Avengers. Et ils deviennent trop « présents » dans l’Histoire Marvel pour que l’ignorance que les personnages et lecteurs avaient sur eux jusque-là demeure acceptable.

Oui je sais pour ce qui est du run en général mais pour le point précis de la géopolitique, et sauf erreur de ma part, tu es le seul a avoir donné un avis tranché sur la question.

Je ne sais pas… Morrison était plus concentré et donc son approche semblait plus coherente mais je suis plus dans l approche de jack. Ses avengers sont moins bons que la JLA de Morrison pour l instant mais y a des erreurs semblables.
Bendis et Hickmann rajoutent pleins d erreurs aux.

Il serait temps, quand même…

Jim

Morrison ne se répétait pas, il rendait ses personnages sympathiques, il intégrait la continuité et semblait s’intéresser au boulot des copains…

Jim

1 « J'aime »

Ben précède la vague.

Clin d’œil

1 « J'aime »

Je suis d accord sur le 1er point mais pas sur les autres… je trouvais justement que les personnages étaient un peu froid chez morrison et il le sont pas plus chez Aaron, il y a un courant qui passe qui est semblable pour moi. Certes la JLA de Morrison est pour l instant un peu meilleure mais…
La continuité est intégrée (Krakoa recemment, les changements de Shanna…) et le boulot des copains en partie aussi (Thor de Cates, immortal She-Hulk)… le souci est avec le iron Man de Slott (qui était lui même coupé) ou le Cap de Coates (mais là il faudrait que Cap soit absent puisque toute l histoire de Coates est continue… il faut donc la situer entre 2 arcs des avengers… et c est un peu compliqué à placer)

Sur la geiopolitique c est sur que ca fait flop mais autant que les xmen de hickmann…
Y avait vraiment un truc à faire là avec toutes ces nations, Sword, les GoG et la nouvelle alliance kree/skrulls… pour l instant ce ne sont que des touches… pourtant là il y a clairement un bon truc à faire dans l optique aussi d un Avengers Vs Xmen qui changerait des précédents…

Mais Wally et Kyle faisaient passer plein de choses, les héros secondaire (Huntress, Steel…) étaient là pour injecter de la vie, un regard externe confinant au commentaire. Si le cœur de l’équipe restait le même, il y avait plein d’invités.
Et surtout, il y avait un sentiment positif, de victoire allais-je dire.
Chez Aaron, on a l’impression que les personnages et le groupe vont de défaite en défaite. Bien sûr, ils l’emportent, redressent la situation, mais ils semblent perdre à chaque fois un petit quelque chose, et la grosse menace ne semble pas s’arrêter. C’est intéressant, cette idée d’un groupe qui ne réussit pas, mais c’est trop long. Et mal branlé.

Jim

1 « J'aime »