AVENGERS #1-52 (Jason Aaron / collectif)

Ca c est amélioré alors batman death metal à ce numero !

(W) Jason Aaron (A) Juan Frigeri, David Curiel (CA) Javi Garron, Logan Lubera
THE ALL-NEW MASTERS OF EVIL ARE HERE!
The Death Hunt continues as super-psychopaths the Black Skull and Ghost Goblin invade New York City to slaughter Deathloks and anyone who gets in their way, including Captain America and Captain Marvel. But the bad guys didn’t plan on having to face the world’s most dangerous young Avenger. Believe us - no one’s ever seen anything like the Starbrand unleashed!

RATED T+
In Shops: Jan 19, 2022
SRP: $3.99

Pas mal, comme si souvent. Avec le risque que ce début de saga retombe, comme si souvent.
Ici, Jason Aaron poursuit l’attaque des Multiversal Masters of Evil, en se concentrant ici sur Captain Marvel et la jeune Starbrand qui accompagnent Cap’ à l’enterrement d’un vieux camarade soldat. Mais Cap’ veut surtout emmener la petite Brandy, qui grandit « vite » mais demeure concentrée sur sa mission de Starbrand, dans la maison qu’occupait sa mère avant son départ dans les étoiles. On a une petite origine de sa mère, donc, et un moment touchant pour Brandy… mais le Ghost Goblin (Norman Osborn avec des pouvoirs de Ghost Rider) et le Black Skull (Red Skull avec Venom) attaquent. Grosse bagarre, les Deathloks passent avant et révèlent que Starbrand est destinée à devenir « la meilleure des Avengers ». Brandy en prend acte, prend les choses en main mais vieillit en utilisant ses pouvoirs, et semble être désormais pré-ado’.
Ca se lit bien. Les interactions Cap’/Brandy/Carol sont bonnes. Les rebondissements sont pertinents. Le Ghost Goblin et le Black Skull sont des menaces bourrines, mais efficaces. Le cliffhanger est lui aussi réussi.
Ca se lit bien, oui, et Juan Frigeri livre de belles planches, assez dynamiques et fluides.
C’est donc bien… mais je suis devenu prudent avec Jason Aaron ici. J’attends la suite, même si les pistes sur les futurs nouveaux membres m’intriguent.

Je retrouve une vraie curiosité pour la série, et la menace multiverselle me fait sourire. C’est déjà beaucoup.