AVENGERS #1-59 (Jason Aaron / collectif)

Ca c est amélioré alors batman death metal à ce numero !

(W) Jason Aaron (A) Juan Frigeri, David Curiel (CA) Javi Garron, Logan Lubera
THE ALL-NEW MASTERS OF EVIL ARE HERE!
The Death Hunt continues as super-psychopaths the Black Skull and Ghost Goblin invade New York City to slaughter Deathloks and anyone who gets in their way, including Captain America and Captain Marvel. But the bad guys didn’t plan on having to face the world’s most dangerous young Avenger. Believe us - no one’s ever seen anything like the Starbrand unleashed!

RATED T+
In Shops: Jan 19, 2022
SRP: $3.99

Pas mal, comme si souvent. Avec le risque que ce début de saga retombe, comme si souvent.
Ici, Jason Aaron poursuit l’attaque des Multiversal Masters of Evil, en se concentrant ici sur Captain Marvel et la jeune Starbrand qui accompagnent Cap’ à l’enterrement d’un vieux camarade soldat. Mais Cap’ veut surtout emmener la petite Brandy, qui grandit « vite » mais demeure concentrée sur sa mission de Starbrand, dans la maison qu’occupait sa mère avant son départ dans les étoiles. On a une petite origine de sa mère, donc, et un moment touchant pour Brandy… mais le Ghost Goblin (Norman Osborn avec des pouvoirs de Ghost Rider) et le Black Skull (Red Skull avec Venom) attaquent. Grosse bagarre, les Deathloks passent avant et révèlent que Starbrand est destinée à devenir « la meilleure des Avengers ». Brandy en prend acte, prend les choses en main mais vieillit en utilisant ses pouvoirs, et semble être désormais pré-ado’.
Ca se lit bien. Les interactions Cap’/Brandy/Carol sont bonnes. Les rebondissements sont pertinents. Le Ghost Goblin et le Black Skull sont des menaces bourrines, mais efficaces. Le cliffhanger est lui aussi réussi.
Ca se lit bien, oui, et Juan Frigeri livre de belles planches, assez dynamiques et fluides.
C’est donc bien… mais je suis devenu prudent avec Jason Aaron ici. J’attends la suite, même si les pistes sur les futurs nouveaux membres m’intriguent.

Je retrouve une vraie curiosité pour la série, et la menace multiverselle me fait sourire. C’est déjà beaucoup.

AVENGERS #53

  • JASON AARON (W) • Juan Frigeri (A/C) • X-Gwen Variant Cover by LEONARDO ROMERO
  • BLACK HISTORY MONTH VARIANT COVER BY JOSHUA « SWAY » SWABY
  • ASSAULT ON AVENGERS MOUNTAIN!
  • The Avengers’ impenetrable headquarters is under attack, by the most supremely powerful version of Dr. Doom in existence and a wildly murderous Young Thanos, still wet with his mother’s blood. The Black Panther fights to defend the mountain alongside his surprising new teammates, King Namor of Atlantis and Jane Foster, the mighty Valkyrie.
  • 32 PGS./Rated T+ …$3.99

Efficace.
Pas brillant, pas révolutionnaire ; assez classique, voire automatique. Mais efficace.
Jason Aaron poursuit sa saga où les Maîtres du Mal Multiversels attaquent les Avengers. Voici donc le Doom Above-All et Kid Thanos qui s’en prennent à l’Avengers Mountain. T’Challa, acculé, sollicite Valkyrie et Namor. Jane Foster est maltraitée par ce Doom super-magicien, alors qu’un Deathlok tente d’éveiller le Céleste mort qui forme la montagne. Et Namor est salement touché par Kid Thanos, alors que T’Challa injecte à son armure le sang du Céleste pour devenir « Red Panther ». Mais le Deathlok semble échouer, alors que les Maîtres partent parce que ils réussissent à faire exploser la montagne !
Bon, ça ne révolutionne rien, mais ça fonctionne. Je suis un peu déçu car Namor est en sous-régime, alors que Valkyrie brille et est bien animée ; mais ce n’est pas choquant, vu comment Jason Aaron l’a forgée. Là, elle est valorisée, T’Challa a un ajout un peu cosmétique, mais bon… tout ça se lit agréablement, mais sans emporter forcément.
Tout ça est efficace, bien dessiné par Juan Frigeri. La saga est bonne, les Maîtres Multiversels sont un peu bourrins et limités, mais restent de bons adversaires.

Espérons que Jason Aaron réussisse une bonne saga, du début à la fin ! Ca changerait…

THE AVENGERS #54

Written by: Jason Aaron.

Art by: Juan Frigeri.

Covers by: Javier Garron, David Nakayama, Greg Smallwood, Rob Liefeld.

Description: Doctor Doom and his Multiversal Masters of Evil have come hunting Deathloks. And now there’s only one Deathlok left, trapped inside the rubble of a besieged Avengers Mountain. Just in time for a new group of Avengers to rise from the ruins, with new members and at least one Avenger having been wildly transformed. And just who is the cosmic general who commands the Deathloks, the mysterious Avenger Prime?

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: March 16.

C’est officiellement très con, mais ça reste rigolo.
Je crois que Jason Aaron « assume » désormais de faire une sorte de fan-fiction débile et bourrine, ici. Ca a l’avantage de n’avoir plus de faux-semblant, et c’est fun car bête et méchant. Mais bon, ça reste limité, hein.
Ici, on a le final de la bagarre des Avengers, éclatés en petits groupes, contre les Maîtres du Mal Multiversels, qui veulent tuer tous les Deathloks envoyés par le mystérieux Prime Avenger, pour avertir les Avengers de la menace. Bon, pour faire court, les Deathloks se font tous fumer, sauf un, en sale état, sauvé par Jane Foster / Valkyrie, et qui semble fusionner avec ce qui reste de la Montagne des Avengers ; oui, le Céleste mort. En parallèle, on voit un Mephisto sous forme de chien récupérer l’oeil du Gardien pris par Orb dans Original Sin ; un Orb tué par Doom Supreme, qui « croque » un bout de l’oeil, pour avoir des connaissances, alors que le chien Mephisto fait de même ; dégueu’. Oh, et on a confirmation que Thor est bien fils de la Phénix Préhistorique, car du feu cosmique sort de ses mains quand il est en danger. Il est « God of Firestorm », évidemment. Peuh.
Dieu que c’est con, mais c’est agréable à lire. Je n’ai plus d’espoir, ici, mais j’admets que cette saga bête et méchante m’a plu. Ca se tire dans les pattes, Namor est un sale con mais fonctionne bien comme ajout imposé. Bien plus que la petite Starbrand, qui vieillit quand elle utilise trop ses pouvoirs, et est ainsi passée de bébé à pré-ado’ en quelques épisodes. Le coup des Deathloks ne rime à rien, les Maîtres du Mal Multiversels ne sont que des concepts qu’on peut sortir après avoir trop bouffé ou bu, mais… mais c’est rigolo, en fait.
Bête et méchant, je le redis, mais rigolo. C’est déjà ça, d’autant que Juan Frigeri livre des planches efficaces, jamais brillantes mais qui font le job.

Une fan-fic délirante, qui abuse sur Thor mais bon, ça se lit vite, avec un rire un peu gras et moqueur, mais complice aussi.

Peut-etre qu aaron ecrit pour un public jeune, en fait ?

Ce qui ne serait pas stupide forcément.

1 « J'aime »

Mais quels jeunes peuvent payer 18 épisodes par an (je crois qu’on est encore à ce rythme) à 3,99 $ pièce ?

Oui le marketing du produit laisse à desirer.

À la différence de Brian Bendis où Namor est aussi un sale con mais ça ne fonctionnait pas bien (Les Illuminatis) …

Oh sur le peu qu’il l’a utilisé, ça ne m’a pas choqué !

Jeune dans sa tete alors.

Le rythme s’est réduit depuis la pandémie, mais la double dose à chaque mois continue avec Avengers Forever.

1 « J'aime »

Ben voyons…

AVENGERS #55

  • JASON AARON (W) • JAVIER GARRÓN (A/C) • Variant Cover by PEACH MOMOKO
  • SPIDER-MAN VARIANT COVER BY TBA
  • THE COMING OF THE NIGHTHAWK
  • Last seen during the events of HEROES REBORN, Nighthawk of the Squadron Supreme of America returns to the scene with a dark and mysterious purpose. Is he friend or foe to the Avengers? Nobody’s sure. But there are no such questions about the deadly new incarnation of the Serpent Society!
  • 32 PGS./Rated T+ …$3.99

Un argument pertinent de la part de Busiek à propos de la « JLAification » des Vengeurs du côté du forum de CBR (où pullulent les anti-Slott & anti-Aaron) :

gurkle : « (Editor-in-chief and former Avengers writer Bob Harras reportedly said he wanted the 1998 run to be like « Melrose Place. ») »

Kurt Busiek : "While Bob is a soap fan, from what I’ve heard, it was me – after Bob’s time on the book – who described the Avengers as « Earth’s Mightiest Melrose Place. »

That was rooted in my reading of the Silver age Roy Thomas years, where the Big Three came into and out of the book (Roy used them as often as Stan would let him) while the ongoing character continuity was provided by the less-well-known characters who were there every issue, and the Bronze Age Englehart years, where the Big Four (Steve included the Panther in that, since he had his on book) kind of set policy for the team, and the character dynamics were about, again, the less-known characters who were living at the Mansion and there every month to do character stuff.

Out of all that came the extended Pym Family – Hank and Jan begat Ultron, who begat the Vision and Jocasta, who link to Wonder Man and Mockingbird as siblings, and Mockingbird connects to Hawkeye who connects to the Black Window, and the Vision connects to Wanda, daughter of Magneto and brother of Quicksilver, and so on. That core « family » romances and feuds and spends time together and creates all kinds of interesting drama.

That’s a flavor the Avengers has for me that other books don’t – the FF is a family, the X-Men are minority-rights crusaders (with lots of family within), the Inhumans are both family and a ruling clique, etc., but the Avengers are colleagues with that family stuff creating a lot of the interest within. It doesn’t need to be all about the Pym family (though there’s lots of good stuff there to be used), but that sense that they’re all colleagues and there’s that soap churning at its heart is what feels essential to me.

Whereas, say, the JLA doesn’t (usually) have that same sense of family at most of its most successful points. They’re a league of equals, most of whom have their own « territory, » but they join together as needed to handle the bigger threats, but they feel much more like colleagues than they do like family, and the relationships that happen in the team (Superman-Batman, GL-GA-Canary, etc) seem to come from their other books more than happening in JLA.

So, oddly, it sometimes feels to me like Giffen, DeMatteis and friends successfully turned the JLA into the Avengers for a while, and Bendis and crew very successfully turned the Avengers into the JLA.

But that’s comics for you. Anyway, I think I’m the guy who first brought in Melrose Place (a show I’ve never watched) as a comparison."

kdb

1 « J'aime »

Je trouve déjà que la JLA de Conway/Perez était trés Avengers avec un coeur constitué de Red Tornado et sa famille, Elongated man et Sue, Zatana… EM lié à GL lié à Flash et toutes leurs familles rapportées…

Et c est là où je reconnais quelque chose à Bendis: quand il desassemble les avengers: il tue Vision, Hawkeye et rend folle Wanda à cause d’une conversation avec Janet… Il s attaque au coeur et vire aussi She-hulk ou le valet de coeur qui aurait û faire « vivre » le titre.
Disassembled est bien pensé en terme d objectifs… apres le contenu…

Moi en tout cas c est, je pense, ce qui m a attiré avec les FF et les Avengers… les FF c etait la famille en plus de la SF et Avengers c etait les collègues en plus d etre l coeur ed l univers Marvel.
J aimais bien xmen ou Defenders… mais ca ne se rattachait as a grand chose pour moi.
Les gens que je connais issus de minorités ne trainent pas qu entre eux… sinon je les connaitrais pas :wink:
Y a un coté artificiel.

Enfin si j ai commencé avengers avec le squadron supreme mais surtout la guerre Kree/Skrulls puis d un autre coté avec Byrne et Gyrich…
Et les liens bons ou mauvais avec le gvt m ont paru plus logique… si bien que je me demandais comment spidey ou les xmen n avaient aps été débusqués par un satellite espion ou quelque chose comme ca… ca m a vite paru « moins realiste » (et puis Parker était moins fauché que le Cap de Gerber… je trouvais… bref je trouvais que parker en rajoutais… on sait d ailelurs si sa tante est propriétaire ou pas? dans le queens ca doit pas etre donné :wink: )