AVENGERS FOREVER #1-13 (Jason Aaron / Aaron Kuder, Jim Towe)

Ah je comprends, hein. Mais j’ai détesté car c’est un épisode trop facile et décompressé, au point que j’y vois la fainéantise de Aaron et une approche cynique générale.

AVNFOR2021008_Preview-1

AVENGERS FOREVER #8

  • JASON AARON (W) • AARON KUDER (A/C)
  • Predator variant COVER
  • by Juan Jose Ryp
  • THE FISTS OF THE UNWORTHY THOR!
  • Meet the most broken Thor in the Multiverse. One who watched Asgard burn, watched Midgard be defiled and was helpless to stop it, as he’s a Thor who cannot lift his own hammer. In desperation, Thor will turn to another of the Earth’s great powers, becoming a pupil of the Thunderer of mystical K’un-Lun, the guardian of the immortal Iron Fist.
  • 32 PGS./Rated T+ …$3.99

AVENGERS FOREVER #8

Written by: Jason Aaron.

Art by: Aaron Kuder.

Covers by: Aaron Kuder, Juan Jose Ryp.

Description: The Fists of The Unworthy Thor! Meet the most broken Thor in the Multiverse. One who watched Asgard burn, watched Midgard be defiled and was helpless to stop it, as he’s a Thor who cannot lift his own hammer. In desperation, Thor will turn to another of the Earth’s great powers, becoming a pupil of the Thunderer of mystical K’un-Lun, the guardian of the immortal Iron Fist.

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: August 24.

Ah, sympa’ !
Jason Aaron me réintéresse ici avec un numéro sur un Thor divergent, où Mjolnir s’est refusé à lui quand les Maîtres du Mal Multiversels attaquèrent Asgard puis la Terre. Le monde est ravagé, Thor s’abandonne dans l’alcool et le rejet de Mjolnir, qui le suit où qu’il aille. Thor finit par être trouvé par le Thunderer de K’Un-Lun, qui lui propose de le former pour prendre le Feu de Shou-Lao. Thor s’entraîne à la dure, devient capable des meilleurs coups directs, mais découvre que Shou-Lao est mort. Thor devient, en un sens, le Dieu des Poings, et est recruté par Robbie, Deathlok et Tony « Ant-Man » Stark.
Ca se lit bien. Jason Aaron écrit très bien un Thor brisé, certainement parce qu’il l’a déjà bien rôdé dans son run. Le lien avec Iron Fist est surprenant mais bien montré, bien exécuté ici, avec de bons moments avec Thunderer. C’est « juste » un numéro de présentation et de recrutement, mais c’est efficace et bien fichu.
Notamment parce que Aaron Kuder livre de très bonnes planches, vraiment solides et intenses, où l’on ressent la dureté des événements et des drames.

Un bon épisode, et qui me plaît, c’est top.

(W) Jason Aaron (A/CA) Aaron Kuder, Cam Smith, GURU-eFX (CA) Chase Conley, Leonardo Romero
CALL IN THE CORPS!
Earths lay in ruin all across the Multiverse. Avengers are assembling from every corner of creation as never before, knowing that the war of all wars is looming. And when there’s war, you know it’s time to call in the Corps. The most hard-hitting special ops squadron of elite high fliers and photon-armed commandos ever called to service. The Carol Corps.
RATED T+
In Shops: Sep 21, 2022
SRP: $3.99

Nouvel épisode de présentation des « troupes Avengers » de Ghost Rider, Deathlok et Tony / Ant-Man, avec ici un focus sur le Carol Corps. Plus particulièrement une Carol Danvers d’un monde dominé par la Dark Phoenix des Maîtres du Mal Multiversels, qui interdit que quiconque sauf elle puisse voler, et encourage ses sbires (des sortes de nobles anglais déviants) à tirer sur tout ce qui vole.
Cette Carol ignore pourquoi elle résiste mieux aux bastonnades que les autres, et agit souvent pour protéger les animaux qui volent, après avoir essayé elle-même. Finalement, elle se rend compte que ces épreuves ont « préparé » son corps à avoir la capacité de bondir / planer, et elle s’acharne sur l’ennemi avant d’être récupérée par… un Héliporteur rempli de Carols alternatives, le Carol Corps guidé par la voiture de Ghost Rider.
Sympathique, sans plus. Jason Aaron livre un bon portrait d’une Carol esclave qui refuse de demeurer soumise, et ça se lit bien. Ca manque par contre de construction de ce monde alternatif, avec notamment des éléments sur les pouvoirs de Carol (liés au retcon récent ?) et la société de cette Dark Phoenix. C’est bien, mais un peu timide.
Aaron Kuder reste lui solide et divertissant, avec des planches travaillées et dynamiques. C’est bien.

Un nouvel épisode de recrutement / présentation. Sans surprise, mais agréable à suivre.

(W) Jason Aaron (A) Jim Towe, GURU-eFX (CA) Aaron Kuder, Simone Bianchi, NetEase Games
ANT IN A BOTTLE! The pillars are in place. The most important Avengers from throughout the Multiverse have been assembled. All but one. A Tony Stark is needed. But the only one who’s available is a man the size of an ant who comes with a very large problem.
Rated T+
In Shops: Nov 02, 2022
SRP: $3.99

Les couvertures alternatives de Phil Jimenez pour Avengers Forever 12 et Avengers 63 :

1 « J'aime »

Sa veuve noire me dit quelque chose.

J’adore Phil Jimenez, c’est vraiment un super artiste et en plus un gars hyper sympa

Rapport à sa forte influence George Pérez ?

Et il fait quoi, lui, en ce moment ?

Jim

Une série publiée en numérique sur la plateforme Zestworld

https://www.zestworld.com/PhilJimenez/the-wild-choir-vol-1-she-used-to-be-me

Il enseigne aussi…et il a fait de la muscu, dis donc…

Avant

Philjimenez

Maintenant

images

Non, un dessin qu il aurait repris.

Jean grey ? Wonder woman ?

Peut-être, juste cela

s-l500

Purée, il a changé physiquement !
Je l’avais rencontré à Strasbulles, un gars formidable.

j’aimerais bien le revoir sur une série d’envergure.

Les Avengures ?

j aime toujours cette série… petite emotion sur un numero consacré a stark, il faut le faire même si c est attendu (y compris en méta)

Oui, je suis d’accord, je ne m’y attendais pas.
Nouvel épisode de recrutement de la « super-équipe des super-Avengers du Multivers », avec ici la quête du Tony Stark parfait. Par le Tony/Ant-Man, alcoolique et paumé qui croise des Tonys… tout autant voire plus paumés que lui. Ca le mène à prendre conscience que c’est lui le Stark qu’il faut. Après une rencontre avec un Tony vieux et en paix, qui a passé sa vie à « simplement » réparer des choses, il décide de réparer les autres Tonys, et de les aider en s’aidant lui-même.
C’est bien. C’est simple. C’est juste. C’est beau.
Jason Aaron retrouve son talent pour un portrait fort réussi d’un Tony qui refuse de voir la vérité, et finit par l’accepter face à la perte de quelqu’un en qui il se projette, à son corps défendant. C’est bien fait, les divers portraits sont pertinents et l’ensemble fonctionne vraiment.
Jim Towe copie bien Aaron Kuder, et son trait joue bien le jeu, aussi. C’est efficace et réussi.

Une bonne surprise.