Avengers universe # 1-23

[quote]NOUVEAU

AVENGERS UNIVERSE 1

Marvel NOW!, c’est parti !
Édition collector de Daniel Acuña disponible en librairie – 7,50 EUR

mensuel, 4,80 EUR, 112 pages

AVENGERS UNIVERSE débarque avec cinq séries flambant neuves : Captain America de Remender/Romita Jr, Thor: God of Thunder de Aaron/Ribic, Indestructible Hulk de Waid/Yu, Avengers Assemble de DeConnick/Caselli et Fearless Defenders de Bunn/Sliney. Immanquable !

(Contient les épisodes US** Avengers Assemble 9** ; Thor God of Thunder 1 ; Captain America (2013) 1 ; Indestructible Hulk 1 ; Fearless Defenders 1)

SORTIE LE 2 JUILLET ![/quote]

Première cover que je trouve pas terrible

oui la moins belle de marvel now panini actuellement^^

Thor : God of Thunder tranche avec ce qui se faisait précédemment sur le personnage, en éloignant le dieu du tonnerre de la Terre et de son rôle de vengeur pour se focaliser sur son statut de divinité. En résulte une approche mêlant science-fiction, pour la découverte de nouveaux panthéons et populations extraterrestres, et ambiance guerrière viking pour les affrontements de Thor contre les agents de Gorr le massacreur de dieux à travers différentes époques, qui rappellera sans doute Conan aux connaisseurs du Cimmérien. Un mélange détonnant qui fonctionne parfaitement, Jason Aaron déployant des variations appropriées pour différencier Thor aux différents âges de sa vie, du jeune loup insouciant et guerroyeur des débuts au vieux roi solitaire et fatigué en fin de vie. Esad Ribic est autant à l’aise visuellement dans la description de mondes et de personnages exotiques que dans les combats, ce qui donne un cachet certain à cette série qui démarre efficacement.

J’approuve totalement. Jason Aaron m’impressionne beaucoup, sur le coup. Il joue sur plusieurs tableaux et fait mouche à tous les coups, caractérise Thor de manière un peu “couillue” (j’aime bien le côté bourru et ripailleur, assez Conan en effet), maîtrise comme d’habitude sa narration chronologiquement bouleversée, et fait naître une belle tension autour du bad guy. Le tout sublimé par la splendide partie graphique.
Et puis Aaron a toujours des idées fortes et / ou belles, comme ici l’idée de la prière…

J’ai également adoré le Cap’ de Remender, qui n’a pas tant que ça soulevé l’enthousiasme des foules, me semble-t-il. Pourtant c’est un excellent titre en devenir. J’attends de me prononcer sur certaines idées ambitieuses mais potentiellement casse-gueules (l’enfance difficile de Steve…), mais pour le reste c’est tout bon.
J’adore la tonalité avouée de Remender qui s’exprime déjà dans le premier épisode, c’est à dire le recours à l’influence du Kirby des années 70 (j’ai une vénération pour l’arc “Mad Bomb” du King, publié par Artime / Arédit à l’époque) ; un choix judicieux après des années de barbouzeries polardeuses (ce n’est pas péjoratif) avec Brub’. Et puis, bon, c’est dense comme d’habitude avec ce mec : un nouveau Crâne, le retour de ce perso complètement barré qu’est Zola avec un peu de superbe en prime, de l’intensité, un chouette cliff (sa spécialité…). Le pied.
Faut voir pour Romita Jr sur la longueur : j’aime toujours sa griffe, mais il se fait chier de moins en moins on dirait. Le design de certains bad guys fait un peu peine, je trouve. Et il profite bien de la colorisation…

Enfin, comme ça a été relevé sur le thread VO, un mec qui cite un disque de Mogwai subliminalement (pas vraiment : “I’m Jim Morrison. I’m Dead” et “The Hawk is howling” sont des références directes au groupe écossais) a d’emblée toute ma sympathie.

Je suis également très satisfait du Captain America de Rick Remender et John Romita Jr, qui délaisse l’ambiance de thriller / espionnage dans lequel Ed Brubaker l’avait plongé pour retrouver un ton plus super-héroïque (la séquence qui relate l’affrontement avec Crâne vert et la déviation de l’avion offre un suspense au cordeau), mâtiné de science fiction avec la création d’une dimension parallèle comme les aime Remender. Comme à son habitude, le scénariste apporte un soin particulier à la voix off du personnage, qui va servir de repère au lecteur pour découvrir ce nouveau monde en même temps que le héros à la bannière étoilée. Et le mélange annoncé de survival combiné à la thématique du rôle difficile de parent me fait espérer beaucoup de cette reprise (surprenant cliffhanger d’ailleurs). C’est juste dommage que John Romita Jr laisse parfois l’impression de ne pas être très impliqué, en témoigne le travail de design sur les assistants monstrueux d’Arnim Zola, qui est pour le moins minimaliste.

Bien aimé le Hulk version Mark Waid aussi. Son travail de caractérisation sur Banner est assez épatant, amorçant une nouvelle dynamique de génie bienveillant œuvrant à l’amélioration du monde sans toutefois renier ce qui a été fait avant avec les périodes plus troublées du personnage. Le face-à-face entre Banner et Maria Hill est adroitement géré, Waid étant toujours un fin dialoguiste, et promet un mixe improbable entre un Hulk agent du S.H.I.E.L.D. et un Banner aussi intelligent qu’imprévisible. Un petit regret toutefois sur le fait que la menace de l’épisode soit un peu trop rapidement expédiée, mais ça permet aussi d’imposer rapidement la note d’intention sur la direction que va prendre la série. Je ne suis pas un grand amateur de Leinil Francis Yu, mais il livre des planches impressionnantes lorsque Hulk fait son entrée. J’attends avec beaucoup d’impatience le passage de Walter Simonson au dessin.

Ah tiens, j’ignorais que Simonson viendrait faire un tour sur le titre, j’espère qu’il s’en tirera mieux que sur “Avengers” récemment…
Sinon, oui, un premier épisode très efficace, dense, bien dialogué et illustré. Je m’étonne même de la réception un peu tiède du titre, mais bon, faut voir sur la longueur. La comparaison avec le stratosphérique DD du même Waid joue peut-être en sa défaveur.

mais pourquoi fearless defender ??

edit : et pourquoi deconnick gâche ainsi son talent ?

Il me manque Fearless Defender à lire, pour toutes les autres séries sont très bonne, ça fait longtemps que je n’avais pas été aussi emballé par autant de série chez Marvel.

[quote=“Photonik”]Ah tiens, j’ignorais que Simonson viendrait faire un tour sur le titre, j’espère qu’il s’en tirera mieux que sur “Avengers” récemment…
Sinon, oui, un premier épisode très efficace, dense, bien dialogué et illustré. Je m’étonne même de la réception un peu tiède du titre, mais bon, faut voir sur la longueur. La comparaison avec le stratosphérique DD du même Waid joue peut-être en sa défaveur.[/quote]

Il est bien au dessus sur Hulk qu’il ne l’a été sur Avengers avec Bendis. Comme quoi, avec un bon scénariste, y a pas à tortiller du cul, il peut encore nous sortir le grand jeu, le père Simonson.

Les délais ne sont peut être pas les mêmes ! Parce qu’au delà des cadrages et de la mise en page, il y a tout simplement le coup de crayon qui était plus brouillon, moins fignolé ! (si je puis dire)

Ça faisait longtemps que j’avais pas prit un tel pied en lisant du thor, je développerais pas plus Benoît et photonik en ont dit assez. Pareil pour hulk qui part dans une direction intéressante. Je suis plus réservé sur les autres titres, j’espère que les prochains mois me donneront tort. En tout cas une chose est sûre, romita est vraiment en mode je me fais pas chi#& la bi¤~ et c’est vraiment dommage.

Je lis la série en V.O et je trouve ça pas mal du tout pour l’instant.

Egalement très enthousiasmé par les débuts des nouvelles séries de Cap, Thor et Hulk, avec une grosse préférence pour le Dieu du Tonnerre qui a rarement connu un départ aussi fulgurant ces dernières années, autant au niveau du scénario, avec une construction en 3 actes qui fonctionne parfaitement, que de la superbe partie graphique.
J’ai apprécié l’humour et la légèreté d’Avengers Assemble…même si j’ai toujours un problème avec le Hulk de cette série qui ne me semble pas tellement raccord avec celui du titre solo.
Bonne mise en place également pour Fearless Defenders…je ne suis pas très fan des dessins, un peu plus du pitch et j’attends ce voir ce que va donner cette équipe exclusivement féminine…

A peu près du même avis que vous tous. Seul les defenseurs version “girls powers” ne trouvent, pour l’instant, grâce à mes yeux.

Un peu plus que dans le run précédent tout de même.
C’est bizarre, parce que pour une fois, je trouvais justement bien foutu de la part de Waid, pour raccrocher les wagons avec cette série !

Ca me semble tout de même encore un peu en décalage…mais bon, ce n’est que le début des nouvelles séries, donc wait and see…

Sauf erreur de ma part, ce numéro d’Avengers Assemble est sorti 1 mois avant le premier numéro de Waid sur Hulk.

http://img22.imageshack.us/img22/7572/db0g.jpg

[quote]AVENGERS UNIVERSE 2

mensuel, 4,80 EUR, 112 pages

Hulk contre Iron Man ! Captain America perdu dans la Dimension Z… avec un enfant ! Thor contre le terrifiant Massacreur de Dieux ! Dani Moonstar se joint aux Défenseurs ! Plus une nouvelle aventure des Avengers ! Par Waid, Remender, DeConnick, Aaron, Bunn, Romita Jr, Yu, Ribic, Caselli et Sliney.

(Contient les épisodes US Avengers Assemble 10 ; Thor God of Thunder 2 ; Captain America (2013) 2 ; Indestructible Hulk 2 ; Fearless Defenders 2)

SORTIE LE 2 AOÛT ![/quote]

AVENGERS UNIVERSE #1:

**
AVENGERS ASSEMBLE #9:** Une bonne surprise. La dichotomie posée entre Stark (science optimiste) et Banner (science négative) est plutôt bien vue, et permet un échange assez hilarant dans la cuisine des Vengeurs. Entre ça et un recrutement express, ça pourrait ressembler à du sous-Bendis, mais en fait, on embraye assez vite sur la mission. L’épisode est assez léger, essentiellement porté sur la caractérisation, les dialogues, l’humour. Les personnages ne se prennent pas au sérieux. Du coup, la dernière page n’en est que plus forte. Comme le dit Iron Man très justement face à un monceau de cadavres, “Ce n’est pas drôle du tout, ça !”. A voir sur la longueur, mais si De Connick arrive à tenir aussi bien l’équilibre entre l’humour et le drame, on tient peut-être un nouveau JUSTICE LEAGUE façon Giffen/DeMatteis. Par contre, déçu par les dessins de Stefano Caselli, qui nous avait habitué à bien mieux sur ses AMAZING SPIDER-MAN.

**THOR, GOD OF THUNDER #1: **Comme son titre l’indique, cette nouvelle série s’intéresse plus au dieu qu’au super-héros. On est plus dans la mythologie que dans le fightage de vilains. Jason Aaron utilise une construction en trois temps: au temps des Vikings où Thor était un jeune dieu impétueux, buveur et bagarreur, dans notre présent où Thor le héros sauve une planète sans dieux et dans le futur où Thor a pris la place d’Odin sur le trône d’Asgard. Ces trois époques ont en commun de le faire confronter à Gorr, le Massacreur de Dieux. Avec ce premier épisode, on est dans les prémisses, mais c’est déjà diablement bien écrit et surtout, les dessins d’Essad Ribic sont magnifiques !

CAPTAIN AMERICA #1: Après les ambiances polar/espionnage de la précédente série, Rick Remender et John Romita Jr opèrent un virage à 180° avec ce nouveau volume des aventures du héros à la bannière étoilé. Après une mission réussie face à un nouveau vilain, le Crâne Vert, Cap doit enquêter sur une mystérieuse rame de métro fantôme qui va l’emmener dans une autre dimension. Comme d’habitude avec Remender, le rythme est trépidant, pas le temps de souffler pour le héros et le lecteur. Malgré tout, le scénariste arrive à aborder le coté intime de son personnage notamment par un flash-back concernant son père et en évoquant son possible mariage avec sa fiancé de toujours, Sharon Carter. Bref, le scénariste sait parfaitement dosé tous les aspects d’un comic-book. Aux dessins, Romita Jr fait renouer la série avec son époque Jack Kirby, avec une ambiance très SF. Il est en plus parfaitement secondé par Klaus Janson à l’encrage et Dean White aux couleurs.
**
INDESTRUCTIBLE HULK #1:
Où l’on retrouve un Hulk bien différent de celui qu’on avait quitté dans la précédente série de Jason Aaron. A la fin de cette dernière, Banner et Hulk était en effet parvenu à un accord permettant à l’un et à l’autre de co-exister. Avec cette nouvelle série, on se retrouve avec un dispositif plus classique où Hulk n’intervient qu’en cas de stress et ne semble plus aussi intelligent qu’auparavant. Pour autant, le scénariste Mark Waid semble vouloir marcher sur de nouvelles voies. Banner souhaite en effet s’associer au SHIELD. Lassé d’être poursuivi et surtout piqué au vif par les réussites scientifiques de Tony Stark et Red Richards, Banner voudrait redevenir le scientifique numéro un et qu’on s’en souvienne comme tel. Il propose donc au SHIELD un deal. Un labo suréquipé contre les services de Hulk lorsque le besoin s’en fait sentir. L’accord se fait sur le dos du pauvre Penseur Fou qui voit sa base secrète envahit par des agents du SHIELD et un colosse vert qui n’était pas prévu au programme. L’avenir dira comment Waid va gérer ce nouveau statu quo, mais force est de constater que ça démarre sur de très bonnes bases. C’est excellemment bien écrit, notamment autour du *gimmick *de l’heure qui tourne et d’un compte à rebours qui sous-entend que ça va forcément mal tourné. Aux dessins, un Leinil Francis Yu diablement inspiré que je n’avais pas vu aussi précis depuis… ben, jamais en fait. C’est très beau en tout cas.

FEARLESS DEFENDERS #1: La série outsider du mag. Des personnages peu connus (Valkyrie et Misty Knight), des auteurs encore moins (Cullen Bunn et Will Sliney), la série ne part avec tous les atouts en mains. Pourtant, cette équipe entièrement composée de super-héroïnes fait ses débuts de façon relativement sympathique. Ça va vite, il y a de l’action et de bons dialogues, bref, ça démarre pas mal. Il n’y aurait pas ce baiser lesbien qui tombe un peu comme un cheveu sur la soupe et qui fait un peu placé là pour choquer le bourgeois, ça serait de très bonne augure pour la suite. Par contre, le dessin est un peu faiblard. Pas moche, mais pas transcendant non plus.

Pour terminer sur une note générale, il faut avouer que cette opération Marvel Now recèle plus de bonnes surprises que le New 52 de DC, qui n’a fait que coller des numéros 1 partout, tout en continuant à produire exactement les mêmes séries qu’auparavant. Chez Marvel, il semble que, pour une fois, on est laissé le champ libre aux auteurs pour explorer de nouvelles voies et partir dans d’autres directions. A voir cependant sur la longueur, comme d’habitude. En revanche, mauvais point à Marvel pour nous coller leur logo AR (la Réalité Augmentée accessible par smartphone) dans tous les coins de cases. C’est la première fois que je les croise réellement, et je sens que ça va vite me gonfler (en fait, non, pour tout dire, ça me gonfle déjà).