AWAKE (Saison 1)

*Les vies parallèles et simultanées d’un policier, Michael Britten, qui n’a jamais réussi à se remettre d’un tragique accident de voiture qui a décimé sa famille. Depuis il vit entre deux réalités : l’une où son fils est encore vivant, l’autre où est encore vivante sa femme.
*

[quote]CREATEUR

Kyle Gillen

DISTRIBUTION

Jason Isaacs, Laura Allen, Dylan Minette, Steve Harris…

INFOS

Série américaine
Genre : drame/policier
Format : 13x42 minutes[/quote]

Hum le synopsis donne envie. Et ça a le mérite d’être original en plus, et puis j’aime l’acteur principal, à voir. Après j’ai encore pas mal de retard sur d’autres séries, donc je laisse de côté pour le moment, mais ça m’intéresse pas mal.

AWAKE

Pas vu de thread consacré à cette excellente série, donc je me lance…

Victime avec sa femme et son fils d’un tragique accident de voiture, le policier Michael Britten vit depuis dans deux réalités parallèles, l’une où sa femme a survécu et son fils a péri, et l’autre où le policier élève seul son fils après la mort de sa femme. Auprès de deux thérapeutes (un pour chacune des deux réalités), Michael tente un travail de deuil impossible, tout en enquêtant d’une manière inédite sur les affaires dont il a la charge : il résoud ses enquêtes en glanant des indices dans “l’autre” réalité…

CREATEUR :
Kyle Killen

DISTRIBUTION :
Jason Isaacs, Laura Allen, Dylan Minette, Steve Harris, P.D. Wong,…

INFO :
Série américaine
Genre : Drame, policier
Format : 42 minutes

https://www.youtube.com/watch?v=2AoSM4UzyX8

Au temps pour moi, je viens de réaliser qu’un thread consacré à cette série existait déjà…
Bon, si ça peut permettre d’en reparler un peu, tant mieux car à mon sens, c’est une série qui mérite qu’on s’y attarde.

Au rang des points forts, le pitch imparable et très alléchant bien sûr, mais aussi une interprétation au top et surtout une réalisation (signée David Slade pour le premier épisode, par exemple) aussi sobre que soignée, et reposant sur une idée aussi simple que brillante, même si loin d’être inédite : subtilement jouer sur l’éclairage et l’étalonnage de l’image pour différencier les deux réalités, l’une aux tons chauds et réconfortants, l’autre froide et inquiétante.

Et surtout, l’intrigue donne aux auteurs l’occasion de jouer avec des concepts comme l’expression de l’inconscient, la synchronicité jungienne, quelques paradoxes savoureux liés aux rêves et leur côtés divinatoires, avec beaucoup de brio. Le tout sans insister sur la fibre SF qui irrigue forcément le projet à la base, même si la fin du deuxième épisode laisse à penser qu’un changement de braquet va s’opérer de ce côté-là…

Au rang des points faibles, un rythme beaucoup trop pépère pour certains (pas pour moi), et surtout une saison 2 avortée, nous n’aurons donc jamais le fin mot de l’histoire !

Malheureusement, la qualité de la réalisation n’est pas constante, et baisse d’ailleurs régulièrement par la suite. Il faut dire que le scénario s’éloigne très vite du traitement intimiste du héros avec ses proches pour naviguer dans les eaux plus balisées du feuilleton policier classique.
Assez curieusement, les épisodes finaux tentent de conclure l’histoire en commettant l’erreur de vouloir justifier le pitch de départ et de boucler l’affaire d’une manière expéditive et très banale. Je dis curieusement, car l’intérêt du bazar me semblait justement dans la non-explication de cet univers partagé, ou, disons, sa non-résolution.

Ca me fait peine ce que tu dis là (mais tu n’es pas le seul à avoir eu cette impression, d’après les échos glanés ailleurs sur le Net), parce qu’au vu des deux premiers épisodes (que j’ai adorés), je pensais qu’on tenait une grande série…
Dommage !
Je vais quand même regarder ça jusqu’au bout, à plus forte raison s’il n’y a qu’une seule saison.