BABYLON 5 : THE ROAD HOME (Matt Peters)

Voici la première image de Babylon 5 : The Road Home, le long métrage d’animation qui fait suite à la série télévisée des années 90. J.M. Straczynski, le créateur de Babylon 5, a écrit le scénario de ce film qui sera disponible cet été en VOD et sur galettes numériques.

blob

Travel across the galaxy with John Sheridan as he unexpectedly finds himself transported through multiple timelines and alternate realities in a quest to find his way back home. Along the way he reunites with some familiar faces, while discovering cosmic new revelations about the history, purpose, and meaning of the Universe.

Jamais testé la série originale, j’avoue.

Je ne suis pas sûr de l’avoir vue en intégralité mais j’ai regardé pas mal d’épisodes à l’époque de la première diffusion sur Canal +

1 « J'aime »

C’était bien ?

Oui. Ca fait longtemps (plus de 20 ans, hein…^^) mais j’en garde un bon souvenir, avec des personnages très intéressants…

1 « J'aime »

Merci !

Lord est un grand fan :

1 « J'aime »

Je suis en train de plancher à une réécriture de texte sur la série en commençant par le pilote. Faut que je me motive un peu pour le terminer

Jamais testé la série originale, j’avoue.

Faut dire que c’est un peu compliqué pour la mater aujourd’hui même en SVOD

Je ne suis pas sûr de l’avoir vue en intégralité mais j’ai regardé pas mal d’épisodes à l’époque de la première diffusion sur Canal +

Diffusion sacrement compliquée vu que durant les trois premières saison, la série n’avait pas vraiment de case horaire attitré.

Oui. Plus que très bien même c’est, sans exagérer, une des séries les mieux écrites de toute la production télévisée de son époque. Il y a des choses qui ont du mal à passer le cap des années comme des décors assez resserré et la patine des SFX numériques mais c’est de la gnognotte pour une série qui a repoussé les limites de ce qu’on pouvait faire en terme d’écriture à la télé.

C’est à dire d’arriver à concevoir une œuvre sur un temps long avec cette idée de structure littéraire (prologue, développement, conclusion) pensée pour la télévision à une époque ou celle-ci construisait des arcs scénaristiques sur quelques épisodes (et pour le space op on en parle pas). Cela a permit, notamment, à JMS d’avoir de multiples portes de sortie en cas de problème de production et il en a eu. Résultat c’est l’une des séries les plus cohérente de la télévision. Une série qui dissémine des indices en saison 1 qui prendront une importance capitale en saison 3, une série qui te présente un personnage de méchant et un autre de bouffon au début de son récit et qui, à la conclusion, ont changé de tout au tout dans une cohérence parfaite. Une série au croisement du Seigneur des anneaux, de Dune et de Fondation qui offre une des batailles spatiales fantastiques, une réflexion sur la manière dont une démocratie sombre dans la dictature et une des fin les plus puissantes que j’ai pu voir.

Une série méconnue du grand public et de la critique en générale et qui, pourtant, fut une pionnière en beaucoup de chose et dont beaucoup d’œuvre post 2000 lui doivent beaucoup. De Lost à House of Dragons. Sans elle pas de DS9 et donc pas de Galactica. Pas de Lost aussi. Lindeloff et Moore ayant souvent cité la série et le travail de Straczynski comme référence essentielle pour la structure de leurs créations et la manière dont la série a permit de penser une histoire sur un temps long.

J’ai beaucoup à redire sur le travail de Straczynski en tant que scénariste de comic-book et surtout chez Marvel et DC mais pour Babylon 5 je n’hésite jamais, c’est définitivement l’une des séries les plus importantes de la télévision.

2 « J'aime »

Several cast members from the 1990s series will be returning to voice their animated counterparts including Bruce Boxleitner as John Sheridan, Claudia Christian as Susan Ivanova, Peter Jurasik as Londo Mollari, Bill Mumy as Lennier, Tracy Scoggins as Elizabeth Lochley and Patricia Tallman as Lyta Alexander.

Choix attendu et confirmé donc (punaise le retour de Susan Ivanova :heart_eyes:). Je serais plus curieux de voir comment la dure tache de passer derrière le travail d’Andrea Katsulas et Mira Furlan va être effectuer.

Je lis dans l’article que le commandant Sinclair et David Sheridan seront de la partie. Intéressant.

Yep, notamment à partir de l’entrée en scène de John Sheridan (la raison du départ de Michael O’Hare, remplacé Bruce Boxleitner, a longtemps été gardée secrète par JMS, conformément au souhait du défunt acteur).

Faut préciser que Sheridan devait de tout de manière arriver au début de la saison 2. C’est le fait qu’il remplace Sinclair qui est une modification du plan initial

Merci !

J’aurai pas dit mieux.

2263

A la suite de la guerre contre les Ombres et la guerre civile terrienne, le capitaine Sheridan est élu président de la nouvellement crée Alliance Interstellaire destinée à maintenir la paix entre les peuples de la galaxie. Ayant quitté Babylon 5 et habitant depuis peu sur Minbar avec sa femme Delenn, il va être victime d’un accident à la suite de l’explosion d’un nouveau type de réacteur. Le voila alors naviguant dans le temps mais également dans d’autres réalités à la rencontre de ses anciens camarades et en tentant de retrouver le chemin de sa maison

Babylon 5 : The Road Home est un gros biscuit pour les fans. Si on ne connait pas la série, inutile de s’attarder à regarder ce film car malgré le résumé très grossier qui ouvre l’histoire, le néophyte sera rapidement perdu tant les interactions se passent de mise en contexte et de présentation.

Un gros biscuit pour les fans donc qui use d’un ressort inédit pour la série mais qui est maintenant bien usé, à savoir le voyage dans les mondes parallèles, pour offrir une histoire bien rythmée mais sans réel enjeux. Soit l’éternel obstacle que l’on rencontre quand on revient dans un univers dont les bases géographiques et temporelles sont délimités clairement.

Si l’ensemble n’est pas désagréable notamment dans sa cohérence avec le reste de la série et un casting vocal très bon et qu’on est heureux de retrouver (j’y reviendrais), on doit quand même faire face à une animation assez passable voire franchement laide lors des séquences spatiales. Il y a également un humour malvenu concernant le personnage de Sheridan et certaines situations, dommage car la série réussissait à mieux utiliser cette corde.

Un téléfilm classique de la franchise donc qui n’arrive pas à la hauteur de In the begining mais qui n’est pas aussi soporifique que d’autres. Le choix de l’animation permettant surtout de revoir les personnages que l’on aime sans user d’artifices grossiers et c’est surement en cela que ce film touche juste. Dès sa belle ouverture, dans la lignée des autres, The Road Home se pose comme un hommage aux acteurs et actrices qui ont construit la série et qui nous ont quittés depuis. Revoir Franklin, Sinclair, Garibaldi, G’Kar et Delenn alors que leurs interprètes sont mort, voir comment les personnages sont bien traités et voir le très bel hommage final justifie l’existence de ce film. Un hommage qu’on pourrait voir aussi comme la possible base d’une relance de la série d’ailleurs mais je pense que JMS a bien conscience de cette impossibilité sous cette forme et son manque d’intérêt.

Au final Babylon 5 : The Road Home est un bel au revoir de Straczynski à ses compagnons fictifs et réels. Un au revoir sur une variation d’un sentiment qui a toujours porté la série : l’amour