BADGER #1 (Mike Baron / Fern, Akins, Mayerik)

Le vétéran Mike Baron relance Badger chez le petit éditeur Devil’s Due sous la forme d’une mini-série en 5 numéros avec l’aide des dessinateur Jim Fern (sur le 1er numéro), Tony Akins (2ème numéro) et Val Mayerik (le reste de la mini).

Badger est l’un des nombreux titres indépendants lancés dans les années 80. Ce héros atypique a été imaginé par le dessinateur Rick Burchett et le scénariste Mike Baron suite au succès rencontré par ce dernier sur Nexus (co-créé avec Steve Rude). Après la disparition successive de Capital Comics et First Comics, le personnage est apparu dans diverses mini-séries chez Dark Horse, Image Comics et, dernièrement, IDW Publishing entre 1983 et 2008.

L’histoire se situe dans le Wisconsin et suit Norbert Sykes, un vétéran de la guerre du Vietnam qui souffre d’un trouble de la personnalité multiple. Parmi ces personnalités se trouve le Badger (littéralement: Le Blaireau), un justicier urbain doué de la capacité de converser avec les animaux.

Ci-dessus, la couverture de Paul Pope pour le premier numéro qui sortira en février 2016.

Lien
Le site de l’éditeur: newsarama.com

Ah, punaise, ça fait bien plaisir. J’aimais beaucoup cette série, qui avait un côté complètement foutraque et méritait bien sa place à côté des TMNT ou Flamming Carrot de la même époque.

Voici la couverture variante du premier numéro par Val Mayerik :

Source: bleedingcool.com

J’ai lu ce premier numéro, je ne connaissais la série publiée par First (puis d’autres éditeurs) que par ouï-dire, et si ce premier numéro est à la fois intéressant et un peu inhabituel il souffre, à mes yeux du moins, d’une partie graphique peu attrayante.
Notamment les décors qui semblent tirés à la règle, et la colorisation qui se compose d’une palette assez restreinte et pas très attractive.
Il se dégage des cases une impression de vide, ou plutôt de vacuité.

Ceci dit un deuxième numéro s’impose pour se faire une idée un peu plus précise de l’histoire, ça va sans dire.

[size=150]INTERVIEW DU SCÉNARISTE MIKE BARON[/size]