BARRACUDA t.1-6 (Jean Dufaux / Jérémy)

La critique par damss est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

Au dos de ce trente-neuvième tome de la collection Barbe-Rouge en kiosques, ils annoncent des suites, avec L’Épervier, Barracuda et, surprise (en tout cas, je trouve), Long John Silver (de Dorison et Lauffray).

Couv_115029

Jim

Ce sont des séries plus courtes, c’est ça ? Elles seront publiée dans la même collection ?

Oui, genre quatre ou six tomes.

C’est ce que je crois comprendre en lisant la quatrième de couverture de ce tome.
Et si c’est bien le cas, j’imagine que chacune d’elle aura sa propre frise sur le dos (à l’exemple des Idées Noires ou de Modeste & Ponpon, qui n’avaient pas, je crois, les mêmes motifs visuels que Gaston Lagaffe).

Je connais Long John Silver, mais les autres, ce sera une découverte pour moi.

Jim

Ok, je surveillerai ça et comme d’hab je prendrai au moins les premiers numéros…

Ah, j’avais mal compris, je pensais que ça pouvait être une nouvelle collection qui prendrait la suite de Barbe Rouge et en fait ça continue la numérotation de celle de Barbe Rouge avec des albums à 12,99 EUR donc. Bon, tant pis…

S’ils l’annoncent au dos, là où est toute la collection « de base », ça veut dire qu’ils la font durer avec un autre matériel. Après, moi, L’épervier et Barracuda, je n’ai jamais lu. Donc je suis preneur.

Jim

Je suis un peu en retard, mais ce numéro est sorti :

M3928-47_cache_47s472019

Tori.

Je l’aurai sans doute demain chez mon épicier.
Qui a toujours les trucs en décalage.
Faut que je lui précise bien que c’est la même collection (j’ai failli me faire avoir sur le dernier de L’Épervier, qu’il avait mis en rayon).

Jim

Hop, il est arrivé.
C’est assez joli, au premier regard.
Je me méfie de Dufaux, mais bon, je vais découvrir ça avec curiosité.

Jim

Bon, j’ai donc lu le premier tome, dans la collection kiosque qui suite à Barbe-Rouge (même numérotation, autre série). Et j’y trouve tous les défauts ou presque que je vois dans les quelques productions de Jean Dufaux que j’ai lues. À savoir une certaine complaisance, qui me semble aussi évidence qu’inexcusable, envers la violence, surtout quand celle-ci est subie par des femmes.
Ici, il est question de piraterie, de prise d’otage et de revente d’esclaves. Or, celles-ci sont trois femmes, une adulte et deux adolescentes (l’une d’elles est en fait un garçon déguisé, qui sans cela n’aurait sans doute pas survécu au massacre). Et l’enfilade (si j’ose dire) de sévices et de douleurs (vente, menace de viol, coups de fouets, maladie) ressemble à un catalogue pour voyeurs. Alors certes, l’histoire a besoin de faire couler les héros afin qu’ils remontent à la surface ensuite, mais tout de même…
Je sens que je vais aborder le tome suivant avec une méfiance redoublée…

Jim

Deuxième tome sorti en kiosque la semaine dernière.

Jim

Or donc, je viens de lire le deuxième (dont la couverture est montrée ci-dessus, dans son édition kiosque), et si toute l’intrigue du duel entre Flynn et Morkam est intéressante, le reste me laisse dubitatif.

Couv_136857

L’action se déroule quelques années plus tard. Les enfants vendus au marché à esclave ont grandi, l’une d’elles devenant une ambitieuse qui manipule et torture son époux, l’autre étant devenue l’amant (ou maîtresse, pour les observateurs) de Flynn, qui lui enseigne l’escrime. Là encore, Dufaux joue sur la figure féminine qui, si elle devient actrice de l’intrigue, n’est pas grandie pour autant : dans les deux cas, c’est une figure féminine négative.

L’intrigue développe un nouveau fil, à savoir la quête d’un joyau qui sera essentiel aux négociations entre la couronne espagnole et les indigènes. Moi qui viens de relire le premier cycle de Croisade, je décèle des schémas communs aux deux séries : le joyaux est réputé diabolique, ceux qui le détiennent y voient ce qu’il ne faut pas voir, et l’objet devient le « macguffin » d’une course-poursuite en préparation. Les hasards de ma lecture rendent l’astuce un brin redondante.

Ici, le dessin de Jérémy évolue un peu. Et si l’on sent une influence de Marini (les premières pages, à la cour d’Espagne, en attestent), on note aussi une influence manga, notamment dans les visages pointus, ornés de grands yeux aux cils kilométriques, des plus jeunes personnages.

Jim

Troisième livraison, le 14 décembre dernier, de la série Barracuda version kiosque :

Jim

Il y a eu deux numéros, depuis :

M3928-50

M3928-51

Tori.

J’ai récupéré « Révoltes », mais pas encore « Cannibales ». Je l’aurai jeudi prochain, je pense. Et j’en ai deux de retard (sans compter celui-là) en termes de lecture.

Jim

Bon, j’avais testé à nouveau de mettre des images depuis journaux.fr… Manifestement, ça ne marche toujours pas.
Elle s’affichent, mais finissent par disparaître.
Merci de les avoir remises, Jim.

Tori.

De rien.
Mon « drag n drop » semble fonctionner, pour l’instant.

Jim

Nouveau numéro (du coup, je prends les images ailleurs que sur journaux.fr … En plus, comme ça, il n’y a pas leur « petit » logo) :

image

Tori.