BATMAN FORTNITE (Gage, Mustard / Brown, Duce) + SPECIAL

Un d’entre vous ne vous a pas mis la puce à l’oreille ? Urban Comics, DC Comics, Marvel Comics, … - il y a toujours un « s ». Sur Wikipedia, ce n’est pas considéré comme une faute (Comics — Wikipédia) - franchement, moi je m’y perds, j’essaye encore de comprendre si c’est vraiment une erreur ou si c’est une « évolution » de la langue française (ce mot est apparu dans les années 80, ce n’est pas si récent que ça…)

C’est pourtant simple (un comic-book, des comics).

Oui ce n’est pas ce problème dans ce que j’ai écris : juste le fait de mettre « comics » au singulier… comme s’il y avait une règle…

Parce que c’est, ici, considéré comme un PLURIEL.

Ah effectivement, si on prend la Wikipédia comme source fiable, je ne réponds plus de rien.

Précisément :

un comic book, des comic books.
un comic strip, des comic strips.
un comic, des comics.

Mais comme toi, Marko, à l’oral, je fais souvent ce distinguo, afin d’être bien compris des interlocuteurs tout en essayant de rester vigilant.

Ça s’appelle l’orthographe.

Jim

Voila… Tant qu’il n’y pas de « un » ou « le » ou quelconque marqueur du singulier, rien ne vous permet de dire que le mot est au singulier (hein @barney_stinson :wink: - ouioui j’avais compris ta boutade xP )

Mon maitre :heart_eyes_cat:

Ni plus ni moins…

Voilà, il le dit mieux que moi, le chat à béret.

Jim

Je n’ai jamais dit que wikipédia est une source fiable, je précisais juste de ce qui est écrit :wink: Et je ne mets en doute personne, j’ai moi-même l’habitude d’écrire un comic, des comics. C’est juste que je suis surpris de cet existence (ce mot comics, écrit ainsi que ce soit au pluriel ou au singulier…) - il est écrit nulle part dans les dictionnaires des années 80 jusqu’à 00, mais sur les années 10, on le trouve ce mot… Et si j’interviens, c’est pour comprendre pourquoi et comment ce mot « comics » est venu…
image

Dans mes bras. Continue, mon frère.

Les dictionnaires attestent des usages. C’est ainsi que « geek » est rentré dans la langue française où il a le sens de « nerd », plus ou moins.
Très bien.
Ensuite, il convient aussi de savoir LIRE un dictionnaire. On voit dans l’image que tu nous montres un truc visiblement abscons pour beaucoup : n. m. pl. Ce qui veut dire, répétons-le, « nom masculin pluriel ». Pluriel. Plu ! Riel ! PLURIEL !
Donc oui, on peut dire « les comics ». Non, on ne peut pas dire « le comics ».

La langue française a toujours absorbé des mots étrangers (n’en déplaise aux paranoïaques du grand remplacement et autres hordes infréquentables). Le jour où il faudra bannir toute trace culturelle arabe, je gage qu’on va se marrer avec une langue amputée de « zob », « bled » ou… « zéro ».
Mais bref, oui, comme tu le dis, les mots apparaissent au fil des éditions. Car les rédactions des différentes dicos (calées ou pas sur l’Académie, dont l’avis est tout de même écouté en grande partie, mais donc la souplesse croît au fil du temps) attestent des usages. Il convient aussi de remarquer que des mots disparaissent, parce que leur usage est tombé en désuétude voire s’est éteint (il me semble qu’il y a un dictionnaire anglais - Oxford ? Sais pas… - qui ne bannit aucun mot, ce qui fait dire aux Anglais qu’ils ont une langue plus riche que la nôtre. Personnellement, je serais favorable à garder un max de vieux mots, mais bon, c’est moi, hein…). Donc les dicos sont, à leur manière, et avec un peu de décalage, le reflets des pratiques langagières.

(Tiens, une anecdote : il y a dix ans, en faisant de la relecture, j’ai constaté, entre deux éditions séparé d’une vingtaine d’années d’un dico - j’utilise en général un Larousse et un Robert, pour ma part, histoire d’avoir deux sons de cloche dans les cas extrêmes… - que la plus vieille ne mettait pas d’accent sur le mot « allô ». Vers 1980 - j’ai la flemme d’aller vérifier la date exacte - le Robert écrivait « allo », mais vers 2004, il écrivait « allô ». L’accent est arrivé quelque part entre-temps.)

Le pourquoi est simple : il s’emploie facilement, couramment, médiatiquement, donc il faut en rendre compte.
Le comment est plus complexe : l’étymologie dans l’extrait que tu cites est quand même simplifiée à l’extrême. Oui, ça vient des comic strips (qui étaient les premières bandes dessinées historiquement, en Amérique, publiées dans les journaux, phénomène qui a connu des parallèles en Europe, au Japon…). Celle-ci étaient à l’origine humoristiques (voire satiriques). Et comme c’était des bandes (trois ou quatre cases par jour), c’était donc des « strips ». Des bandes amusantes ou humoristiques : des funny strips ou comic strips. Dès lors, l’appellation a évolué et les connaisseurs / lecteurs / usagers ont rapidement parlé de « funnies » ou de « comics » (l’adjectif, invariable en anglais, devenait donc un nom, qui s’accorde en prenant un « s » au pluriel). Funnies et comics sont restés dans les pratiques langagières, parce que c’est plus court, même si les gens parlaient toujours de strips.
OK. Mais dans les années 1920, on a vu émerger les premières bandes d’aventures, dont le propos n’était plus de faire rire mais de faire évader. Sauf que ces bandes étaient publiées au même endroit dans les journaux, à savoir dans la rubrique des funnies, ou comics. L’expression étant déjà bien installée, elle s’est appliquée aux bandes d’aventures (Scorchy Smith, Tarzan, Buck Rogers, Flash Gordon, Prince Valiant, tu vois le topo…).
Dans les années 1930, les éditeurs de pulps ont commencé à acheter les droits de ces bandes non pas pour pour les publier dans les journaux en feuilleton mais pour les compiler afin d’offrir de grosses rasades de lecture. Parmi les premières compilations (et dans le désordre), on trouve des titres comme Funnies On Parade, Famous Funnies puis More Fun Comics : le lecteur américain de l’époque savait très bien que les mots funnies et comics lui indiquaient la présence de bédés dans le sommaire.
Mais alors, comment appeler ces recueils de bandes ? Les bandes, ce sont les comic strips, mais les fascicules ? En Amérique, tout ce qui est imprimé puis relié pouvant revendiquer le terme « book », on a donc inventé l’expression « comic book », à savoir « livre / recueil / fascicule de bande dessinée ».
Et là encore, le caractère humoristique n’était pas obligatoire.

Je ne sais pas si ça t’éclaire, mais ça peut te donner une idée de l’évolution du terme.

Un jour, on parlera des comix underground, voire du komik philippin…
:wink:

Jim

1 « J'aime »

Et de l’utilisation par les Japonais des mots komikku et komikkusu (respectivement comic et comics) pour désigner des mangas ?

Ce que je remarque de cet extrait de dictionnaire, c’est que le singulier n’est pas reconnu… Il n’existerait donc, en français, qu’au pluriel, comme décombres, gravats, obsèques, funérailles, ébats, sévices, entrailles, rillettes ou victuailles…

Tori.

1 « J'aime »

C’est exactement cette remarque, comme si ça n’existait pas en singulier… Bon j’arrête, j’ai mal à la tête ! :wink: C’est fou tout ça…

Mais si ça n’existe pas au singulier, on ne peut pas plus dire « un comics » qu’« un comic » : il n’y a que « des comics », « les comics », etc.

Tori.

J’ai écrit trois fois que l’utilisation du terme « le comics » s’applique AU GENRE, à un SECTEUR d’un marché quand on parle du marché de la BD, mais vous persistez à parler de l’objet bande dessinée alors que j’ai précisément explicité que ce n’était pas le cas. Il y a le dictionnaire d’un côté, et il y a l’utilisation d’un mot dans son contexte, le français est une langue vivante et quantité d’usages ont été courants des années avant qu’un dictionnaire se décide d’en valider l’utilisation. Faut vraiment être borné pour vouloir absolument appliquer à un vocabulaire d’un secteur hyper spécialisé la définition commune d’un dictionnaire.

Franchement quand je lis que c’est de « la fainéantise », ça donne vraiment pas envie de discuter avec vous. D’autant plus Jim, que tu te braques sur le « n.m.p » du dico avant d’expliquer que les dicos sont, à leur manière, et avec un peu de décalage […]". Y a pas un moment où tu te dis que le décalage, on est en plein dedans ? (et que ça se manifestera sûrement pas dans un dictionnaire de toute façon puisque seuls les médias spécialisés du secteur BD font cet usage).

1 « J'aime »

Oui mais @Arno_Kikoo on te dit juste que même dans ce contexte : c’est faux. C’est tout, ça va pas plus loin. Qui que ce soit qui utilise ce terme fait une faute : c’est tout.

1 « J'aime »

C’est un peu comme si on disait « le jeux vidéo » pour parler du secteur, par exemple…

Tori.

image

CV1FR_BATMAN-FORTNITE-SPECIAL_00-1

Batman/fortnite spécial

La suite de Batman / Fortnite - Zéro Point arrive ! Urban Comics, DC Comics et Epic Games sont aujourd’hui fiers d’officialiser la publication de Batman/Fortnite Spécial. Rendez-vous en librairie pour découvrir ce nouveau numéro de 48 pages au format souple et suite directe de l’album de Batman / Fortnite Zéro Point au prix mini de 4,90 € ! Bonus : le comics contiendra un code débloquant un costume Fortnite inédit ( activable dans le jeu Fortnite à partir du 26 octobre, et ce, simultanément partout dans le monde! )

Âge : 9+

Collection : URBAN GAMES

INFOS

SCÉNARISTES : CHRISTOS GAGE, DONALD MUSTARD, SCOTT SNYDER - DESSINATEURS : JOSHUA HIXSON, REILLY BROWN
  • Date de sortie : 22 octobre 2021
  • Pagination : 48 pages
  • EAN : 9791026828693
  • Contenu vo : Batman/Fortnite One-Shot
  • Prix : 4.9 €