BATMAN VS. ROBIN #1-3 (Mark Waid / Mahmud Asrar)

ALL ROADS LEAD…TO LAZARUS ISLAND. Batman has been on a breakneck journey throughout the DC Universe, from Wayne Manor to the House of Secrets and back again…but where there are clues there is a trail, and the qworld’s greatest detective has followed this particular trail back to where he and Superman began this journey: Lazarus Island. With an entire island and army at Damian Wayne’s disposal, does Batman stand a chance? We’ll give you a hint: NO!

Written by: Mark Waid
Art by: Scott Godlewski, Mahmud Asrar, Jordie Bellaire
Covers by: Mahmud Asrar, Alex Maleev, Mateus Manhanini, Carlo Barberi, Mario Fox Foccillo, Tony S. Daniel

U.S. Price:
5.99
On Sale Date:
Nov 8 2022
Page Count:
48

Très bon épisode.
Mark Waid hausse le niveau ici, en proposant un numéro très réussi. On a d’abord des éléments sur Nezha, qui semble avoir été un héros mystique avant d’être corrompu par le Liquide de Lazare, et il agit ainsi en voulant anéantir le monde pour « vaincre » sous peu son ennemi, son propre fils, alors que Mère Lazare veut profiter de cette apocalypse pour reconstruire un monde « sain ». Damian apprend tout ça avec des signes qu’il essaye de résister, mais Nezha le reprend. Le même Damian envoie Nightwing, Red Hood, Spoiler et Red Hood contre Batman avec des armes magiques, et Bruce doit les vaincre en affrontant aussi leurs colères et indignations face à son attitude. Alfred aide mais Bruce le « blesse » volontairement pour révéler qu’il est bien un traître. Le Démon de Lazare s’enfuie, mais Nezha a dû prendre une partie de l’âme du vrai Alfred pour faire ça ; et le vrai Alfred dit quelques mots touchants à Bruce, pour qu’il se pardonne lui-même et aille sauver son fils.
C’est très bien, oui. Pas excellent, mais très bien car c’est la première fois que Mark Waid me fait « croire » à son intrigue et aux réactions réelles des personnages. Les révélations sur Nezha sont bonnes, Damian est mieux écrit, mais c’est surtout Batman qui bénéficie de très bons moments, notamment psychologiques. Son échange final avec Alfred est superbe, et « booste » autant le personnage que le lecteur.
Une réussite, bien illustrée par un Mahmud Asrar inspiré et qui propose des planches avec une belle atmosphère.

Ca semble enfin démarrer, mais ça rend très bien, ici.

Je ne vais pas te paraphraser. Ton avis me semble tout à fait acceptable et juste. :wink:

1 « J'aime »

Entre les projects de Waid et ceux de Geoff Johns, ça va m’en faire des séries DC à suivre.

Oui c est une bonen série mais le bémol est quand même que tout est attendu… le discours dont tu parles reste quand même trés classique… les indices laissés quand à la nature du personnage étaient téléphonés…
Waid manque quand meme en général de subtilité… c est comem sur Champions où son discours « politique » était tellement naif… que la série me tombait des mains.
Alors là la série est trés plaisantes à suivre mais franchement les seules surprises sont dues à mon inculture des démons qui sont utilisés plus que de l habilité du scenariste.

1 « J'aime »