BEASTARS t.1-16 (Paru Itagaki)

Sur le campus de Cherryton, herbivores et carnivores vivent dans une harmonie orchestrée en détails. La consommation de viande est strictement interdite, et les dortoirs sont séparés selon le régime alimentaire. Tout pourrait aller mieux dans le meilleur des mondes… mais la culture ne peut étouffer tous les instincts. Quand le cadavre du lama Tem est retrouvé déchiqueté sur le campus, les méfiances ancestrales refont surface !

Legoshi est la cible de toutes les suspicions. Parce qu’il était proche de Tem, parce qu’il est une des dernières personnes à avoir été vue en sa compagnie, et surtout… parce que c’est un loup. Pourtant, sensible et timide, il fait son possible pour refouler ses instincts au plus profond de lui. Mais ses efforts sont vains face au vent de discrimination qui engouffre l’école.

Le seul qui pourra apaiser ce climat de terreur est le Beastar, leader de l’école.
Pour l’heure, les candidats se préparent, les élections approchent… Le favori n’est autre que le cerf Louis, étoile incontestée du club de théâtre dont fait partie Legoshi. Bien décidé à remettre les carnivores à leur place, il fait mine de ne pas craindre les crocs acérés du loup gris. Mais peut-être ferait-il mieux de ne pas le
sous-estimer !

Tome 16

Prix : 6,90 €
EAN : 9791032708002
Date de parution : 06/05/2021

Tori.

L’un des meilleurs manga actuel. Une tuerie à tous les niveaux j’adooooooooore. Surtout que la série évolue et sors très vite du cadre unique de l’école pour s’en affranchir totalement après le premier cycle.

Oui, une très bonne série.

Dommage que certains soient rebutés par le graphisme.

Tori.

J’aime beaucoup cette série également.
Les thématiques sont très intéressantes et j’ai beaucoup aimé comment Paru Itakagi a envoyé promener le côté « whodunit » initial pour partir vers autre chose.
@Tori, sais-tu ce qui déplaît graphiquement ? Je trouve ça très sympa personnellement.

Moi aussi, et j’aime bien les auteurs qui ont un trait bien à eux (Kazuhiro Fujita, par exemple).
Ce qui déplaît, je dirais que c’est justement que ça ne soit pas le graphisme « standard ».
Je ne sais pas trop comment l’exprimer.
Mais je ne connais pas beaucoup de gens qui ont été déçus après avoir tenté malgré leurs réticences.

Tori.