BELIEVE (Saison 1)

NBC a officialisé les commandes des nouvelles séries qui intégreront les grilles de programme de la chaîne pour la saison 2013/2014.

Parmi elles 2 dramas, dont** Believe**, série co-créée par Alfonso Cuaron (Les Fils de l’Homme) et produite par J.J. Abrams.

Bo, à 10 ans, est dotée de pouvoirs mystérieux. Orpheline, elle assiste au meurtre de ses nouveaux parents adoptifs. La femme qui les a assassinés avait pour mission de récupérer la jeune fille. Traquée, elle doit désormais se cacher. Elle est protégée par un homme qui vient de s’évader de prison, aidé et recruté par une organisation secrète. Ensemble, ils parcourent les Etats-Unis…

Le pilote de Believe est co-écrit et réalisé par Alfonso Cuaron.

[quote]CREATEURS

Alfonso Cuaron et Mark Friedman

DISTRIBUTION

Johnny Sequoyah, Jake McLaughlin, Kyle MacLachlan, Delroy Lindo, Sienna Guillory, Jamie Chung…

INFOS

Série américaine
Série en production - 1 saison
Genre : drame/fantastique
Début de la diffusion : 10 mars 2014 sur NBC
Format : 42 mn[/quote]

Décidément, Cuaron est partout tout à coup, on va pas s’en plaindre ceci dit.

Ouais, ça peut le faire ce pitch, et je suis fan du toujours impeccable Kyle MacLachlan (mon avatar en atteste !).

Ah c’est lui?! Celui qui a joué dans Desperate Housewives? Je ne l’aurais jamais reconnu.

[quote=“Benoît”]
Ah c’est lui?! Celui qui a joué dans Desperate Housewives? Je ne l’aurais jamais reconnu.[/quote]

Oui c’est lui, mais vingt bonnes années avant “Desperate Housewives”.
Il fut l’acteur fétiche de David Lynch, presque son double à l’écran un peu à la Scorcese / De Niro toutes proportions gardées : “Dune”, “Blue Velvet” et bien sûr le film et la série “Twin Peaks” (mon avatar sort de là) où il campe l’inoubliable agent spécial Dale Cooper, un des persos de fiction les plus beaux qui soient selon moi.
Entre autres choses plus ou moins intéressantes, il a joué au ciné dans les “Doors” d’Oliver Stone (il interprète le rôle du claviériste Ray Manzarek), et dans le mal-aimé et pourtant génial “Showgirls” de Paul Verhoeven.
Après un gros passage à vide au tournant des années 2000, sa carrière a rebondi à la télévision via des appartitions plus ou moins régulières à des shows de qualité très variable malheureusement.

[quote=“Photonik”]

:open_mouth:

:laughing:
Elle était bonne Photonik, j’ai failli marcher!

(sinon, je suis d’accord avec tout le reste)

Non, non, mec, je persiste, “Showgirls” est un grand film.
Je suis un peu déçu, Silver, je pensais que tu ne te laissais pas dicter tes goûts par la doxa cinéphilique… :wink:

je me les laisse surtout guider par mes yeux, c’est une cata ce film, a part les seins de Gina Gershon et à la rigueur de l’autre qui jouait dans Parker Lewis (ou Sauvé par le gong je me souviens plus?)
Bon, va plutôt nous parler un peu de cette saison finissante de GOT sur le trid consacré! :stuck_out_tongue:

:smiley:
J’y vais de ce pas, mon brave.
Pour le reste, tout en tombant d’accord avec toi sur la beauté plastique du cast féminin de “Showgirls” (mais pas que, Gina Gershon est une excellente actrice et Elisabeth Berkeley, Lisa dans “Sauvés par le gong” effectivement, s’en sort plus que bien pour son premier et unique malheureusement grand rôle), je ne saurais être plus en désaccord sur le film, qui certes a de très mauvaises critiques sur des trucs à la “Rotten Tomatoes” mais qui pour le reste, est en fait une sorte de remake dans un contexte décalé de son déjà superbe “Katie Tippel”, de sa période hollandaise.
D’ailleurs, une partie de la carrière américaine de Verhoeven est une sorte de relecture de ses films antérieurs : il suffit de comparer son “Quatrième Homme” et “Basic Instinct” (sur lequel je serais moins élogieux, par contre) pour le constater.

J’y vais de ce pas, mon brave.
Pour le reste, tout en tombant d’accord avec toi sur la beauté plastique du cast féminin de “Showgirls” (mais pas que, Gina Gershon est une excellente actrice et Elisabeth Berkeley, Lisa dans “Sauvés par le gong” effectivement, s’en sort plus que bien pour son premier et unique malheureusement grand rôle), je ne saurais être plus en désaccord sur le film, qui certes a de très mauvaises critiques sur des trucs à la “Rotten Tomatoes” mais qui pour le reste, est en fait une sorte de remake dans un contexte décalé de son déjà superbe “Katie Tippel”, de sa période hollandaise.
D’ailleurs, une partie de la carrière américaine de Verhoeven est une sorte de relecture de ses films antérieurs : il suffit de comparer son “Quatrième Homme” et “Basic Instinct” (sur lequel je serais moins élogieux, par contre) pour le constater.[/quote]

Sa période américaine est également un jeu de déconstruction des grands mythes américains : le super-héros, le flic, le soldat… jusqu’au héros de littérature populaire (anglais, certes, mais bon…) avec sa relecture de l’Homme Invisible. Dans cette perspective, Showgirls s’attaque au spectacle, au rêve américain, au mythe du self-made-man (enfin, de la self-made-woman), à l’imaginaire de la scène. Et ça dépote.
Là-dessus, on rajoute un jeu filmique genre “exercice de style”, où Verhoeven s’ingénie à décortiquer la manière de filmer des chansons, des danses et des salles de spectacle, comme avant il s’était amusé à singer la narration polar ou la narration guerre.
Rajoutons enfin deux acteurs formidables, à la fois parce qu’ils sont beaux et charismatiques et parce qu’ils jouent bien, à savoir Kyle McLachlan et Gina Gershon (qui n’a jamais été aussi belles, et dieu sait qu’elle m’envoûte, elle), et on a un film qui piétine plein de codes purement américains et toute une vision de la société. N’oublions pas qu’une partie du fond thématique de ces films qui présente des p’tits gars qui vont faire carrière à la grande ville répète les structures de clanisme et de répudiation sociale dont parlait R-Vey à propos de Veronica Mars… et que Verhoeven expose ce genre d’univers pour ce qu’il est : quelque chose de dégueulasse, entre l’usine à gaz et le pot de pus. Il explique à l’Amérique que son rêve de réussite personnelle n’est qu’un engrenage d’endoctrination (c’est le même discours dans Starship Troopers, et c’est pas étonnant qu’il ait adapté du Philip K. Dick : l’idée même d’un monde trompeur et d’un lavage de cerveau lui va si bien !)
N’oublions pas aussi qu’une grande partie des critiques négatives à l’encontre de ce film vient des États-Unis, qui n’ont pas particulièrement apprécié Starship Troopers non plus (alors que les Français, si, beaucoup…). Et qu’une partie de la critique hexagonale a répété bêtement.
Ce n’est pas un film à la gloire de la réussite personnelle. C’est un film qui en dénonce les turpitudes et les compromissions, en tirant un humour cynique de la moindre des situations, fût-elle teintée de sentiment (la scène du “j’ai aimé ton regard” en est un bon exemple…).

Jim

[quote=“Jim Lainé”]
Sa période américaine est également un jeu de déconstruction des grands mythes américains : le super-héros, le flic, le soldat…

Jim[/quote]

Oui, et d’ailleurs, même si c’est aussi un film comic-book et un décalque SF du polar, Verhoeven a beaucoup insisté sur le fait que pour lui Robocop, c’est “American Jesus”. D’où le thème de la résurrection, mais aussi la façon (trash) de filmer la mise à mort de Murphy, qui s’apparente à une crucifixion (le sort de ses mains…), et ce plan incroyable à la fin où Robocop semble marcher sur l’eau.

Sinon complètement d’accord sur ta lecture de “Showgirls”.
Le malheur de Verhoeven, c’est que son arme narrative, c’est l’ironie (je dirais ironie et non cynisme). Non que les américains soient totalement imperméables à cette notion, mais à mon avis ça explique la réception désastreuse de certains de ses films, comme “Starship Troopers”.

[quote=“Jim Lainé”](c’est le même discours dans Starship Troopers, et c’est pas étonnant qu’il ait adapté du Philip K. Dick : l’idée même d’un monde trompeur et d’un lavage de cerveau lui va si bien !)

Jim[/quote]

Absolument, tellement que pour moi “Total Recall” est un des ses meilleurs films (tout en étant un des plus accessibles) car la thématique dickienne se fond parfaitement dans ses préoccupations de “mondes falsifiés”, si j’ose dire.
Et sur la notion de réalité et d’illusion, il existe une lecture très intéressante de “Starship Troopers” où le personnage de Rico est en fait mort au moment de sa méchante blessure à la jambe, et où la suite du film sont les dernières images qui lui viennent à l’esprit (on y vient par le biais d’une vue subjective quand il est dans le caisson régénérateur, où on lui présente son certificat de décès d’ailleurs…), où il fantasme la victoire des militaires et son avènement en tant que héros. Incidemment son rival en amour se fait aspirer la cervelle par une grosse gloumoute…

Nous sommes de plain-pied dans le HS, en effet !!

C’est très intéressant, les H.S. sur Verhoeven… :wink:
(et puis, les discussions sur Believe ne commenceront vraiment que dans 5 ou 6 mois, donc no problemo)…

[quote=“Photonik”]

Ironie plutôt que cynisme : c’est sans doute effectivement plus juste.

Jim

C’est ça : il “ironise” sur le statut de messie, voire de héros.
Au sujet de la thématique messianique, son utilisation abondante de l’imagerie religieuse pourrait induire en erreur, mais Verhoeven est un athée farouche et militant. En interview il aborde ouvertement cette question. Je me demandais un temps s’il n’était pas un authentique “catholique déçu” à la Abel Ferrara, mais c’est bien plus marqué que ça.

Le film qui distille le mieux la virulence de sa charge, c’est “La Chair et le Sang” que j’ai découvert il n’y a pas si longtemps, et qui est un film de malade (le plan du baiser sous l’arbre du pendu…waouh)

La scène où “la nana refuse de faire la chose en raison de ces cacahuètes et le mec vérifie derrière” restera une scène culte. :mrgreen:

Pas de saison 2 pour Believe.

JJ Abrams commence à se prendre de sérieuses gamelles (Almost Human, Believe, Revolution, etc…).

Et quelqu’un l’a testé du coup cette série de Cuaron ?

C’est un peu grisant de la voir déjà arrêté quoiqu’il en soit.

moi je suis la série toute les semaines et je suis déçus qu’elle ne soit pas renouvelée mais le problème c’est les réécritures systématique sur la série depuis le pilote qui ont du avoir raison d’elle.

le plus gros changement c’est la nature même de Bo la petite fille qui est décrite comme un messie dans l’épisode pilote suivit par ses fidèles croyant (d’ou le titre me semble t’il) pourchassé par des scientifiques à la morale douteuse alors que dés l’épisode 2 elle est présentée comme une expérience de laboratoire et n’est plus la seul à avoir des pouvoirs.

autre exemple skouras veut la mort de bo dans l’épisode 1 alors que dés l’épisode 2 il veut la récupérée vivante et la considère dans sa folie comme sa fille ou sa chose

le côté religieux à du refroidir la chaine qui a demandé une réécriture complète dés le 5eme épisodes réalisé et changer le showrunner, il me semble qu’ils en parlent sur wikipedia.

bien dommage ça partait bien