BENJAMIN & BENJAMINE (René Goscinny / Albert Uderzo)

Discutez de Benjamin & Benjamine

Je signale une réédition « récente » aux éditions Albert René.

Couv_309725

Je viens de la prendre, je ne peux en dire guère plus, à part que les commentaires ont l’air copieux.

PlancheA_309725

Jim

J’ai lu récemment le tome 6 de Benjamin et Benjamine, Le Grand Boudtchou, qui date de 1958 et qui correspond au troisième épisode de la reprise par Goscinny et Uderzo d’après ce que j’ai compris. Là encore, ma connaissance de la BD franco-belge est telle qu’il s’agit de ma première expérience de lecture avec ces personnages…et j’ai trouvé ça sympa comme tout. Ca démarre très vite : l’aventure bouscule carrément Benjamin dès la troisième case. Le jeune homme devient par hasard le leader d’une secte riche et puissante, en guerre depuis des siècles avec une autre secte pour des raisons totalement stupides. Le début d’une série de gags et de quiproquos qui rythment une aventure délirante, aussi naïve qu’amusante, avec des répliques savoureuses et de très chouettes dessins.

Oui, c’est ça (en tout cas, d’après ce que j’ai compris moi aussi).
:wink:
La série a été créé par Ric en 1952 pour l’hebdomadaire belge Benjamin. Elle a été ensuite reprise par des gens comme Christian Godard ou Reger Lécureux, et Goscinny et Uderzo arrivent en 1958. Leurs deux premiers albums s’intitulent Les Naufragés de l’air et Pigeon vole.

Jim

J’ai récemment lu Benjamin et Benjamine chez les cow-boys, quatrième et dernière aventure signée Goscinny et Uderzo dans laquelle les héros héritent d’un ranch qui appartient en fait à un gangster (détail qu’ils ignoraient). Et je me suis encore bien amusé : j’aime beaucoup le dessin, dynamique et détaillé, avec des expressions impayables et le récit enchaîne les situations croustillantes, l’humour étant principalement amené par ce grand benêt de Lambert Jules, le soi-disant garde du corps de Benjamin et Benjamine dans leur séjour en Amérique…

Je poursuis la lecture des Benjamin & Benjamine avec Les Naufragés de l’air. C’est la première aventure des deux ados par Goscinny et Uderzo, qui ont repris la série en 1957. Comme dans les deux autres histoires que j’ai lues, les deux compères ne perdent pas de temps pour plonger Benjamin & Benjamine dans les ennuis jusqu’au cou (faut dire qu’ils sont très, très naïfs ces deux-là) et on reconnaît bien là leur sens du rythme, du dialogue croustillant et du gag bien placé. Très chouette !