BIRD BOX (Susanne Bier)

(Le Doc) #1

V1_SY1000_CR0%2C0%2C674%2C1000_AL

DATE DE SORTIE PREVUE

21 décembre 2018 (Netflix)

REALISATRICE

Susanne Bier

SCENARISTE

Eric Heisserer, d’après le roman de Josh Malerman

DISTRIBUTION

Sandra Bullock, Sarah Paulson, Rosa Salazar, John Malkovich…

INFOS

Long métrage américain
Genre : thriller/horreur
Année de production : 2018

SYNOPSIS

Alors qu’une mystérieuse force décime la population mondiale, une seule chose est sûre : ceux qui ont gardé les yeux ouverts ont perdu la vie. Malgré la situation, Malorie trouve l’amour, l’espoir et un nouveau départ avant de tout voir s’envoler. Désormais, elle doit prendre la fuite avec ses deux enfants, suivre une rivière périlleuse jusqu’au seul endroit où ils peuvent encore se réfugier. Mais pour survivre, ils devront entreprendre ce voyage difficile les yeux bandés.

La bande-annonce :

#2

Après “Sans un bruit” c’est “Sans image”.

(Ben Wawe) #3

Ca fait répétition, oui.

(Le Doc) #4

La nouvelle bande-annonce :

(sylvain cordurié) #5

Si ça donne un bon film, je prends quand même.

(Jean-Marc Lainé) #6

Ça me fait penser qu’il y a quelques années, un film est sorti racontant une épidémie, durant laquelle les victimes tombaient aveugles, je crois. Et il me semble que je ne l’ai jamais vu, je n’arrive même pas à retrouver le titre. Si quelqu’un a une idée…
Ah, en cherchant un peu, je crois que c’est Blindness. Diable, Julianne Moore, Danny Glover, Mark Ruffalo, et je n’ai pas vu ça ???

Jim

(sylvain cordurié) #7

Rhooooo…

(Photonik) #8

L’accueil critique avait été étonnamment mitigé à l’époque ; pour les uns c’était le pire film de son auteur, l’excellent Fernando Meirelles (révélé par l’incroyable “La Cité de Dieu”), pour les autres c’était un brillant exercice de mise en scène, Meirelles explorant toutes les voies possibles pour représenter la cécité, ou son amorce en tout cas, à l’écran (jeux sur la mise au point, sur la notion de hors-champ, etc…).
Toujours pas vu, mais faudrait que j’y remédie pour me faire ma propre opinion.

(Ben Wawe) #9

Tu peux : c’est bien.
Au-delà de cette impression de copie/cousin de Sans un bruit/A Quiet Place, le phénomène porté par le couple John Krasinski/Emily Blunt, Bird Box est un bon film. Pas un grand film, mais un film très agréable et efficace.
Racontant l’histoire de Mallory, qui doit gérer sa grossesse et surtout une terrible attaque ou épidémie, qui pousse au suicide tous ceux qui voient “quelque chose” qui rôde à l’extérieur, Bird Box a plusieurs bonnes idées, que le film utilise au maximum.
Déjà, la narration : alternant temps présent intense basé sur une quête impossible et la survie d’une femme et de deux jeunes enfants, et flashback expliquant comment Mallory en est arrivée là, Bird Box ne révolutionne rien, mais tire bien parti de ce procédé classique, mais efficace. En soignant chaque zone temporelle, par la sécheresse intense du défi de survie en milieu ultra hostile sur la base d’une discipline sans chaleur et sans douceur, et par le basculement progressif et terrible dans l’apocalypse avec les quelques survivants du départ (qui disparaissent peu à peu, évidemment), le film de Susanne Bier tient bien sa durée de 2H, et donne suffisamment de rebondissements et de moments chocs pour tenir en haleine.
Surtout, le film regorge d’idées malignes : Mallory est très bien caractérisée, son rapport aux autres est bien expliqué et détonne dans ce type de production ; la gestion des survivants est classique, mais l’apparition d’acteurs connus comme John Malkovich fonctionne bien ; le film est moins imaginatif que Sans un bruit sur la vie sans un sens (la gestion du silence imposé était un atout de Sans un bruit), mais les quelques idées entraperçues sont plutôt bonnes ; enfin, le final, la révélation de la destination finale, est bien vue, vraiment.
Mais, surtout, c’est bien la personnalité de Mallory, son rapport aux autres, sa gestion des enfants, et sa grande scène sur la fin, qui font beaucoup. C’est simple, mais ça sonne juste, c’est fort, et c’est bien fait. Sandra Bullock assure dans son rôle, elle porte complètement le film, et livre une partition très sobre, mais intense dans la partie de la survie.

En bref, Bird Box est-il un grand film ? Non.
Mais c’est un bon film dans sa gamme, notamment grâce à une narration efficace, une bonne gestion de ses informations (limitées, à hauteur d’homme on va dire ; il y a bien un type qui veut expliquer, mais comme dirait Malkovich, “c’est un ramassis de conneries”), et surtout une Sandra Bullock inspirée.
Un bon moment, que je recommande !

(sylvain cordurié) #10

Pareil.
Faut juste qu’elle arrête la chirurgie ou elle va nous faire une Meg Ryan.
Ce serait dommage, parce que c’est devenue une excellente actrice. Très juste dans le jeu.
La scène qui m’a le plus bluffé, c’est l’expression de sa détresse dans le fauteuil (je ne peux pas dire pourquoi).

(Ben Wawe) #11

En effet, très forte. Et elle n’en fait pas trop dans la scène finale dans la forêt, ce qui serait arrivé pour d’autres actrices.

(sylvain cordurié) #12

45 millions de vues.
Difficile de faire la comparaison avec un accueil en salle, mais ça a l’air pas mal…

(Lord-of-babylon) #13

Tu as choppé le chiffre où ?

(ALEXA) #14

C’est Netflix qui, pour une fois, à communiqué le chiffre. Ils ont parlé de “45 millions de comptes” ayant vus le film.
Et encore, 45 millions de vues, ça doit être bien en deçà du chiffre réel, vu le nombre de comptes partagés et le fait que l’on puisse être plusieurs devant le film, contrairement au cinéma où une entrée = une vue.
Netflix a aussi précisé qu’il considérait un film vu à partir du moment où il a été visionné à 70%.

(sylvain cordurié) #15

Ce serait intéressant de convertir les entrées en salles en millions de vue, tiens.
Ça m’intéresse plus que le compte en dollars.

(Lord-of-babylon) #16

Non mais ce monde part vraiment en couille

TONY STARK : IRON MAN #1-11 (Dan Slott, Jim Zub / Valerio Schiti)