Black Bird volume 7 (Pika)

Ce volume renoue avec le côté plus mièvre de la série, le souffle retombe donc, à moins de vraiment adhérer à ce genre… Le dénouement du suspens sur lequel on avait refermé le tome précédent tombe un peu à plat car trop facile et s’achève trop rapidement. Le coup du nutella est d’un sirupeux presque écoeurant… Et on retombe encore et toujours dans les mêmes questionnements sur les rapports charnels, si cet aspect-là n’évolue pas bientôt ça va vraiment devenir indigeste. Par contre, l’arrivée de l’exorciste amène une situation plus intéressante, même si le traitement n’est pas très original cela ne pouvait faire que du bien à l’histoire, et à la fin du tome son intervention ne paraît pas finie, loin de là. Pour le style, le dessin est toujours très sympa sans être fameux, et la lecture fluide grâce à de grandes cases et une mise en scène faite avec clarté.