BLAKE ET MORTIMER (Jacobs / Van Hamme, Sente / Julliard…)

Bon, mon oncle m’en avait que du bien, et en le feuilletant, il donnait envie, ce bouquin. Je crois qu’il va passer dans la liste, lui aussi !

La couverture du tome 25, prévu pour le 22 novembre :

Entre Gibbons de Tintin qui apparait ici
et Stephen G.Dundee de Largo Winch qui fait partie de la Fondation Mayflower dans XIII,c’est la foire aux crossovers.

Edit:
n’oublions pas Muller(l’ennemi de Tintin)dans « le mome vert de gris »,un album de Spirou.

Je crois que c’est le « problème » de ces reprises : à trop vouloir faire du Jacobs, est-ce que les auteurs et dessinateurs ne font pas que le singer ?

C’est pour cela que je suis plus client d’un Lucky Luke de Bonhomme, d’un Valérian & Laureline de Lauffray ou d’un Spirou de Féroumont.

Jim

Et le B&M de Schuiten devrait être pas mal aussi.

Oui, bien sûr. Selon moi, en tout cas. Un chouette équilibre entre le respect et la personnalité.

Jim

Tiens, puisqu’on en parle :

Cohérent jusqu’au bout. C’est exactement ce qu’il dit dans la longue interview donnée pour les Cahiers de la BD.

Sur son compte LinkedIn, Ramon Rosanas a posté quelques essais qu’il a faits pour Blake et Mortimer. Apparemment, ça n’a pas abouti. Dommage.

Jim

C’était pas mal du tout, quand même !

Plus souple et moins fidèle au modèle, tout en restant aussi élégant.
J’aurais été grave preneur.

Jim

Tu vois, après la lecture de l’interview de Schuiten, je me dis vraiment que c’est lui qui a raison sur la manière d’approcher la ressemblance graphique avec celle de Jacobs. Et donc, ouais, Rosanas rentrait dans cette logique !

Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu un B&M, et je peux dire que j’ai littéralement avalé cette BD. Il y a un paquet de trucs à dire sur celle-ci (et je ne vais pas arriver à dire les 50%, je pense), mais en tout cas, pour moi, elle respecte totalement l’univers de Jacobs, même en prenant peut être des libertés (de prime abord : moins de récitatifs, peut être, vieillissement des persos). Tous les ingrédients qui font l’ambiance de la série y sont bien présents (sauf Olrik peut être. Cela dit, Schuiten et ses amis arrivent à faire référence à un perso d’une autre histoire, mais je n’en dit pas plus). C’est Mortimer le perso principal, ici, mais Blake n’est pas loin. Le fait d’avoir situé l’histoire « plus tard », si je puis dire, explique aussi cela. Je trouve quand même le scénar assez chiadé, et avec un rythme plutôt soutenu, surtout pour un papy (ce qui n’est pas oublié, même s’il aurait pu peut être se casser une hanche ou deux), tout en étant très fluide. La fin est assez particulière, à se demander si les auteurs n’ont pas prévu cette fin comme étant ultime. En tout cas, je me demande si ce n’est pas une fin politique.
Question dessin, je n’ai pas pu profiter de la couleur (pour le coup, c’est dommage, mais je ne vais pas critiquer un cadeau qui portait d’une très bonne attention, la version N&B limitée et numérotée), mais j’en ai pris plein les mirettes. Précision monstrueuse (et architecturale) avec un scénario qui a peut être pu mettre encore plus en évidence Schuiten sur quelques demi-splash-pages.

Même après la lecture de l’interview lue dans les Cahiers de la BD, avec les notes d’intention, je ne suis pas déçu. Bien au contraire, je trouve que ce qui a été annoncé est bien présent, sinon plus.

Lu aussi.

Beaucoup aimé.

Sinon,dans le second"la vallée des immortelles",on y croise un petit jeune nommé…TCHANG!

Ah, marrant.

Jim