Bleach volume 5 (Glénat)


(jinfuushen) #1

Alors alors… je reste sur ma faim, quelque peu circonspect quant au contenu de cet opus. De bonnes choses c’est sur, mais certains choix de l’auteur restent contestables sur la mise en avant des pouvoirs des protagonistes en devenir.

Arrêtons nous d’abord sur un problème qui était omniprésent à la genèse de cette série: le découpage des cases. Cela semble définitivement être un lointain mauvais souvenir, ce qui en soit est une bonne nouvelle.

Second point qui me gênait à chaque lecture, l’humour au travers de scènes improbables et totalement inutiles à l’avancée du manga. Tite Kubo s’est calmé, c’est une évidence, finit les “gamineries” vide de sens pour la bonne marche de l’intrigue. Mais comme on chasse difficilement ses vieux démons, on retrouve quand même de temps à autres quelques dialogues à l’humour potiche qui me dérange tout particulièrement -sans doute que c’est parce que je me fais vieux pour lire ce genre de manga :smiley: il ne fait pas bon vieillir-.

Je tenais particulièrement à aborder ces deux points compte tenu du fait que ça a énormément contribué au fait que j’ai eu du mal à me fondre dans cette histoire.

Venons en à ce fameux “Rightarm of the giant”. On commence par une vive altercation entre Quincy et ichigo, altercation qui avait clôturé au sommet la fin du tome 4. Et bien c’est reparti pour une introduction à une nouvelle classe de personnage dans l’intrigue de Bleach. Attention, cette fois ci, le mangaka s’en sort bien mieux que précédemment, on a beaucoup moins l’impression d’ouvrir un guide de montage Ikea.

La deuxième partie du tome s’attarde sur un rebondissement plus ou moins attendu. Quelques protagonistes secondaires j’ai nommé Yasutora Sado alias Chad et Orihime Inoue s’étoffent tout deux. C’est pour moi là que le bas blaisse, pour l’un on peut dire que c’est réussit pour l’autre… je n’ai pas compris l’auteur dans son choix, je vous en laisse juge.

La fin quant à elle reste une énigme, et on s’attend à une nouvelle révélation dans le début du sixième volume.

Des progrès sur certains aspects du manga, mais des choix de scénario contestables.