BLOCK 109 (Vincent Brugeas / Ronan Toulhoat)

L’écriture.

Jim

L’écriture des persos ?
(alors que je t’ai souvent vu râler après les dialogues de Kirkman … mais peut être sur une autre série)

C’est le premier travaille de Ronan et Vincent, il faut donc être indulgent.

Oui : là, dans la troupe du petit commando qui survit à Marienburg, je ne sais pas qui est qui. Ils n’ont pas tellement de personnages, et servent surtout à remplir les scènes d’action et à mettre en valeur Steiner.
Le modèle de ça, c’est le scénario de Cameron pour Aliens : on sait qui sont les membres du commando (certes, plusieurs font de la figuration, mais on identifie Vasquez, Gorman, Apone, Hudson, pas seulement Hicks) et on s’attache à eux. Là, j’ai eu un mal fou à m’attacher aux soldats allemands. Même chose pour ceux qui entourent Zytek, et qui sont pourtant nommés.

Non non, sur Walking Dead, il a du mal à écrire de vrais dialogues, il rédige plutôt des monologues déguisés. Mais du coup, ses personnages ont une certaine présence, leurs motivations sont claires, même si leurs interactions en souffrent.

Je crois que si j’avais lu ça en premier, je n’aurais pas lu Le Roy des Ribauds.

Jim

Je vois très bien ce que tu veux dire. Bon, à part la nana, j’ai pris assez rapidement les persos comme de la chair à canon, donc c’est vrai que ça m’a moins gêné. Mais on ne peut pas te donner tort, c’est sûr.

Mais c’est dommage : tu as un récit de guerre doublé d’un récit de monstre, et dans ces cas, on aime s’attacher aux personnages.

Jim

C’est vrai qu’il y a essentiellement 3 ou 4 persos qui sortent du lot (dont un vilain et demi)

Et c’est d’autant plus dommage que, justement, les personnages qui sortent du lot sont très réussis, dans l’ensemble.

Jim