BODYCHECK ! (Michaël Espinosa / AnK)

La critique par Miawka est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

Un volontaire, pour descendre Yazata (sorti il y a un peu plus longtemps, c’est vrai) ? ~____^

Tori.

Et pourtant, j’étais partie sans a priori avec la volonté d’être gentille. Ma volonté n’a pas tenue plus de deux pages…

Après la critique de Chris pour Returner Blast R, j’ai voulu me faire mon avis, mais je n’ai même pas réussi à lire la moitié du volume… Du coup, je n’ai pas eu le courage de m’essayer à Bodycheck T___T

Tori.

Mince, ça va passer pour de l’acharnement. Enfin, si c’est aussi mauvais que ça aussi, ça incitera peut-être l’éditeur à investir dans de meilleurs titres…

C’est déjà pas mal du tout, vu le niveau.

C’est exactement ce que je me suis dit. Mais je n’allais pas non plus jeter des fleurs à un titre qui ne le mérite absolument pas. :confused:

Ce titre m’attirait (au passé car la critique m’a vraiment refroidit pour le coup o_O) par son sujet à savoir le Hockey, sport peu mit en avant.
Mais dommage que la critique fait passer le scénario au second plan. Je ne pense pas que le graphisme dispensait totalement d’un quelconque avis plus poussé sur celui-ci ?
J’aurais bien voulu un avis sur l’histoire, même si le graphisme peut rebuter c’est quand même le plus important et faut passer outre à un moment. :confused:

j’ai donné mon avis sur le scénario.

Le problème est que tu ne peux profiter du scénario, quand bien même tu essaie de faire fi des dessins. Le hockey est bien traité mais l’histoire ne laisse pas de souvenir marquant. Après, concernant sa construction, elle reste basique, c’est la même que dans tous les manga de sport.

Pas d’inquiétude, pour cette série nous nous attendions à avoir un accueil mitigé des gros lecteurs de manga, car c’est un titre dont le graphisme n’est pas joliment kawaï, ni traditionnellement shônen avec une ligne très claire et beaucoup de blanc. Dans Bodycheck, le graphisme est mixte mais il penche plus vers le côté européen, et il est volontairement très dynamique, avec des scènes de vitesse poussées à l’extrême et dont l’énergie est renforcée par les traits de vitesse. Cet effet est d’autant plus frappant que le dessinateur a choisi d’ombrer avec des hachures et non de tramer. Ca donne un style “gravé” qui ne sera sans doute pas du goût de tout le monde, mais qui est techniquement intéressant et très personnel, c’est ce qui donne à ce manga son originalité. En fait, Yazata était le plus classique dans le lot. Bodycheck et Returner Blast R ne le sont pas, chacun dans leur style, c’est normal qu’ils suscitent des réactions très tranchées, mais la critique nous étonne moins sur celui-ci que sur Returner Blast R, qui est assez esthétisant et donc plus grand public.
Pour ce qui est du scénario, il est assez classique de ce qu’on trouve dans les mangas de sport pour ce premier tome, c’est l’histoire d’un apprentissage (se découvrir et se dépasser à travers les liens qu’on noue avec les autres), et d’une évolution (en quoi ce sport et la constitution d’une équipe confrontée à des difficultés va transformer les personnages principaux en changeant le regard qu’ils portent sur leur vie). Il est plutôt tendu vers l’action. Mais il y a des pistes qui sont ouvertes sur quelques ombres énigmatiques dans le passé de Wayne et qui seront creusées dans le tome 2.
On vous laisse un répit avant notre prochaine sortie ^^

Il est clair que nous n’avons pas la même définition de dynamique. On sent bien que l’auteur a voulu donner cet effet, mais le résultat est bien trop sombre, les traits bien trop nombreux pour que l’on puisse y voir quoi que ce soit. J’ai même eu par moment, l’impression que le personnage restait sur place…

Bonjour,
Je ne peux m’empêcher, en lisant cette remarque, de m’interroger sur le sens de votre stratégie éditoriale : pourquoi sortir un livre sous le format manga tout en sachant qu’il ne plaira pas aux amateurs de manga ?..
D’après d’autres remarques de votre message, il semblerait que le scénario soit composé “à la manga” donc qu’il ne plairait pas non plus totalement aux amateurs de BD européenne ; à ce moment-là, pourquoi prendre le risque de sortir un “hybride” avec la possibilité non négligeable, qu’en fin de compte il puisse ne trouver son public ni d’un côté ni de l’autre ?

bonjour.

je rejoins l’ensemble après la bataille.
pour avoir lu le manga bodycheck, je comprends dans les faits, qu’il y ai encore un trait trop epais, et une surcharge d’informations dirons nous…
et pour avoir discuté avec le dessinateur pendant le festival d’angouleme, il s’avere que c’est sur ces points précis qu’il veut travailler (visiblement).
la nescessité d’etre franc dans la critique pour un auteur, est capitale. c’est ce qui le poussera a avancer, et plus vite, ou a s’effondrer.
je pense donc que, si face a une telle critique (de miawka), on ne veut pas l’acheter de suite, il faudrait attendre comme coup final, le tome 2.

Je ne suis pas pour “c’est un manga français, défendons le, laissons lui une chance…”.
Mais je pense que, pour beaucoup de manga japonais, (soyons serieusement objectif), on leur laisse la chance d’un tome deux : critique digéré, c’est le tout pour le tout.

apres, outre le fait que le trop d’informations soit effectivement parfois dur a lire, le dessin en lui meme n’est pas si mal. Il y a nombre de manga, japonais ou non, qui sont vraiment pire, mais que, parce que japonais, on pardonne plus facilement… (c’est vrai, reconnaissons le… quand on voit les débuts de Oh great, moi qui adore ce qu’il fait a présent, je trouve le début infect… mais on le pardonne : il est japonais (1) et on lui a donner le temps d’évolué(2) )

au final, moi, j’ai bien aimé, et les perspectives d’ouverture du scénario a visiblement, autre chose que le sport, ça me branche bien !

le tome 2 sera je crois, l’ultime challenge !
il faudra le lire, pour alors retourner sa veste et dire “ok, tu as bien progressé, et là, c’est vraiment bien”, ou au contraire “non, ça passe pas !”

a voir avec impatience.

je rajouterai à ça que bien entendu, les styles ne plaisent pas a tous (bien que l’objectivité commune permette, meme si on aime pas un style, de dire que la, c’est trop surchargé, trop étrange trop disproportionné…)
mais qu’il ne faut pas l’oublier dans sa critique.
je dis ça parce que je constate que miawka a detesté le graphisme (finalement, plus pour les surcharges excessives que le dessin en lui même…?), alors que j’ai bien aimé (ça change), or elle semble adoré les manga “type shojo à la chaine”, comme je les appelle (un trait qui d’un bouquin à l’autre, se ressemble quand meme énormément)…or personellement, je déteste ces types de dessins (genre life et compagnie).

malgré tout, dans le fond, il y a du vrai (pas le style, le traitement) dans ce qu’elle peut vouloir communiquer (d’une maniere tranchée, et c’est son droit).

mais c’est aussi pour ça que je me permet de dire : attendons le deuxieme tome. :wink: