Broken Blade en arrêt de commercialisation !

Et voilà qui douche tous les espoirs ...

[Lire l'article sur Manga Sanctuary](http://www.manga-sanctuary.com/news/17017/broken-blade-en-arret-de-commercialisation.html)

Ce n’est pas une série que je suis, mais honnêtement, ce genre de comportement me gave, pour rester poli ; avec tout ce qui nous rebat les oreilles en rapport aux problèmes, notamment les coûts, sur les acquisitions des droits d’édition, je trouve que, par simple respect envers le lectorat, ces contrats d’acquisition devraient comporter une clause permettant au minimum de continuer les séries déjà en cours d’édition lors du changement de politique de l’éditeur national…

Sauf que là le problème c’est que l’éditeur japonais a été racheté donc tous les contrats étaient à refaire. Le nouveau propriétaire ne souhaitant pas continuer c’était compliqué tout de même.

C’est dommage car j’aimais bien la série. Ça me fera une série de plus qui a été abandonnée pour le même genre de cause.

Bon ben j’avais toujours eu envie de commencer cette série, heureusement que je remettais toujours ça à plus tard… Rien de pire qu’avoir une série dans sa bibliothèque en sachant qu’elle se finira sans doute jamais.

@dame*polgara : c’est une première le cas Broken Blade. Elle ne peut donc pas être une “série de plus qui a été abandonnée pour le même genre de cause”. ^^

Sinon, ce n’est que la suite logique et ce n’est finalement pas plus mal : il n’y aura plus d’acheteurs qui se feront avoir en achetant la série et en ignorant que la suite ne peut être publiée chez nous et avec la fin des droits pour Doki Doki, cela permet de libérer totalement la série pour le jour où l’éditeur nippon changera d’avis.

Au passage, Doki Doki aura tout de même gratter presque 7 mois avec le titre, attendant un mois avant l’arrêt de comm’ pour annoncer quelque chose qui, apparemment, était su depuis longtemps (puisque l’on parle d’obligations contractuelles, passées donc avec l’ancien éditeur japonais…)

Moi qui malgré tout espérais et gardais espoir, sniff…
Doki doki doit être le premier dégouté ceci dit. En espérant que l’éditeur japonais change d’avis un jour, car c’est vraiment une excellente série.

@Ivan on peut prendre le problème dans l’autre sens aussi en se disant qu’ils ont attendu le dernier moment en espérant pouvoir publier la suite. De toute façon ils avaient acheté une licence donc faut forcément la rentabiliser au maximum surtout si tu sais que tu vas la perdre derrière

onizula-sensei : Dans les marchés publics, quand il y a repreneur d’un titulaire, il récupère aussi les marchés en cours, s’il veut renoncer, il y a une procédure, ce n’est pas un simple “j’ai plus envie, donc on stoppe tout” ; je trouve que ça serait un minimum d’imposer le respect du client final tant que ça ne remet pas la santé financière d’une entreprise en jeu, d’autant que, à moins que je ne me trompe, c’est quand même le lectorat qui permet à une société d’édition de vivre, alors je veux bien qu’une société japonaise ne se soucie pas plus que ça du lectorat étranger, mais se foutre du monde comme ça, particulièrement au Japon, où le respect est une valeur primordiale, j’appelle ça se foutre du monde, ni plus ni moins !

Les japonais n’en ont rien à foute, voilà ce qu’il fallait lire entre les lignes.
Les contrats d’éditions sont plus que vicieux avec les japonais et là c’est le pire des cas puisque c’est un rachat de l’éditeur. On ne connait pas les conditions de rachat de l’éditeur et on n’est pas dans un marché public (que je connais très bien d’ailleurs).

On avait appris ça il y a plusieurs mois déjà. Dokidoki a bien dit que le tome 11 en français était déjà finalisé, et qu’il ne manquait que la résolution de ce problème. Finalement, c’est le contrat qui aura été résilié :frowning:
Après, il restera le scantrad, mais quand même :frowning:

et, avec un comportement pareil, voila le résultat… les fans de la série vont se diriger vers le scantrad, comme ça les éditeurs auront tout gagné !

Je suis contre le scan-trad (contre tout ce qui est illégal, d’ailleurs…), mais pour le coup, quand je vois le respect apporté à ceux qui ont déjà investi dans une série, et qu’on leur coupe l’herbe sous le pied, je me dis quand même que je comprend les réflexions du genre de celle de Shadax…

Holysh***

Merci les japs, franchement j’espère que le nouveau proprio de la licence va se ramasser. Aucun respect pour les clients. Et comme dit plus bas on voit bien aussi que les contrats sont faits à la mords-moi le nœud car il n’y a aucune assurance que les dits contrats continuent à être viables si changement de mains. Hallucinant vu tout le pognon que leur rapporte la France en terme de mangas. Bref, je suis écœurée, et pourtant j’avais pas encore dépensé mes sous dans les premiers tomes.

Faut aussi se mettre à la place du repreneur, non issu du milieu de l’édition et qui a repris une boite qui ne faisait pas que de l’édition de mangas… On est dans un cas particulier, il est préférable d’essayer de le comprendre plutôt que de réagir de manière excessive et inappropriée. Ce n’est pas “les méchants japonais” contre les pauvres lecteurs français, c’est bien plus complexe et cela dépasse le cadre de Broken Blade (même si Doki Doki en rajoute des tonnes en prétendant que plusieurs éditeurs français sont concernés alors que l’éditeur nippon était loin d’être prolifique).

Bref, un peu de mesure svp. :slight_smile:

J’ai bien fait de me pas me lancer dans cette série. Je compati avec la frustration de tous les fans de la série. Mais ce sont des choses qui arrivent malheureusement, et Doki-Doki n’est pas la première à êcte confronté à cette situation

@ivan isaak. Je ne vais sûrement pas les plaindre et encore moins me montrer conciliante à leur égard. Tu critiques en sous-entendus mais aisément tout de même doki-doki, certes, mais laisse-nous le droit de dire ouvertement ce qu’on pense des japonais dans son genre. Chacun sa manière d’expression tant qu’on reste correcte il me semble.:wink:

C’est bien dommage. Je voulais commencer cette série… Et bien, ce ne sera pas le cas. Dommage pour tous ceux qui la suivaient!

Etant donné que personne ne connait l’ensemble de l’affaire, notamment les conditions de rachat de l’éditeur japonais, se permettre d’émettre des critiques est un peu audacieux. Par contre, le contrat signé avec le précédent éditeur, Doki Doki le connaissait parfaitement. Et savait donc très bien, depuis longtemps, quand ils devraient arrêter la publication des anciens volumes, c’est à dire à l’échéance du contrat. ça, ça ne fait pas le moindre doute.