BUGALED BREIZH - 37 SECONDES (Pascal Bresson / Erwan Le Saec)

Discutez de Bugaled Breizh - 37 secondes

image

  • Album: 144 pages
  • Editeur : LOCUS SOLUS (7 octobre 2016)
  • Collection : BANDE DESSINEE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2368331379
  • ISBN-13: 978-2368331378
  • Dimensions du produit: 28,8 x 1,7 x 20,6 cm

Le Bugaled Breizh (“enfants de Bretagne”) est ce tristement chalutier breton coulé en janvier 2004 avec à bord ses 5 marins. A travers cette BD, on découvre les nombreux rebondissements et non-dits autour de cette affaire non résolue et qui a causé la mort de son équipage au complet et plongé leur famille dans le désarroi total après de nombreuses années de procédure. “Bugaled Breizh, 37 secondes” revient sur les 2 années qui ont suivi la disparition du chalutier et ses marins, depuis l’alerte, puis les premiers éléments de l’enquête dont la poursuite d’un cargo philippin “Seattle trader”, un temps soupçonné, le renflouement du bateau et les analyses techniques et sous-marines. A ce jour, c’est toujours l’omerta après un long procès en France, alors que l’hypothèse d’un sous-marin militaire a été évoquée. La chalutier et ses 5 marins ont coulé en 37 secondes selon les rapports, seule une force puissante a pu provoquer cela d’après les rapports et pourtant la Justice ne valide pas complètement cette hypothèse. Une procédure en Grande-Bretagne a pris désormais le relais

Je dis souvent pour déconner à la famille, des amis, des collègues, des clients, … que quand je ne comprends pas, faut me faire un dessin (évidemment, ça fait marrer ceux qui me connaissent). Ici, cette histoire qui mélange fiction (le vieux journaliste bourru est inventé pour l’histoire) et réalité, retrace bien le parcours judiciaire de l’affaire jusqu’en 2016 et met en avant les différents éléments et rebondissements de l’affaire. C’est assez bien documenté, sans être pour autant trop lourd d’informations et compliqué à suivre. Parce que Pascal Bresson est un auteur de BD et qu’il n’oublie pas qu’il a un équilibre à avoir dans la narration et qu’il y a des Homes à faire interagir. Il n’en fait pas trop dans le pathos avec les familles et amis des victimes (néanmoins, il ne les cache pas pour autant) ou avec son personnage principal qui est un peu plus complexe qu’on pourrait le penser. Il est évident aussi qu’il a choisit son camp, mais c’est tellement étayé par des faits objectifs (et venant de tierces parties) qu’on peut aller que dans son sens (et puis bon, ce ne serait pas la première fois que l’armée tairait un incident).
Donc, ici, on a un assez bon résumé de l’affaire, vraiment bien raconté, et très agréable à l’œil en plus. J’ai lu ailleurs qu’Erwan Le Saëc avait dessiné ce livre en 5 mois, et quand on le regarde, on se dit que le gars est sacrément efficace. Les persos ont expressifs, bien différenciés (alors, JC, j’ai eu du mal à le reconnaître, mais je me demande si ce n’est pas une volonté des auteurs), y a un bon rythme (alors que ce n’est pas une enquête à l’américaine), on ne s’ennuie pas (j’ai lu le bouquin d’une traite). Le choix du noir en blanc est une bonne idée (même si je me doute que les délais et le coût de production sont aussi des facteurs importants dans ce choix), et renforce encore plus la couleur (moins flashy en vraie) de la couverture (très efficace, elle aussi - non, Jim, ce n’est pas un requin).

Bref, une bonne BD, liée malheureusement à une tragédie. Cela dit, en parler, c’est aussi rendre hommage aux victimes et leurs familles.

A noter que mon édition est la quatrième. C’est que ça se vend bien quand même.

Ah, zut.

Jim

oui c’est un gros succès pour Pascal (et son Simone Veil marche bien aussi)