BUZZ & BELL t.1-2 (Sergio Aragonés)

image

Série de gags en une page totalement inconnue pour ma part, signée Sergio Aragonés, et que j’ai découverte la semaine dernière, par hasard (il a vraiment forcé le destin, celui-ci, le week end dernier). Ce qui est rigolo, c’est de les avoir trouvés en pleine période anniversaire du premier pas de l’homme sur la Lune. Bref, deux albums de gags sans bulle sur deux astronautes, l’homme appelé Belle et le singe dénommé Bell (évidemment, il s’avère souvent plus perspicace ou observateur que son compère), très efficace, bien tordants, et aux situations assez variées. Et même quand un gag semble revenir, bah non, c’est une nouvelle itération, par moment légère, mais toujours aussi drôle.

Et je les ai lus assez rapidement, ces deux albums, donc pas de problème de digestion, ça s’avale plutôt bien, c’est limite addictif en fait.
Et puis Aragonés y délivre quelques rares clins d’œils. Après, c’est qui est rigolo (ou pas), c’est que l’auteur y critique certains de son congénère et que ça n’a pas pris une ride ! Y a des thématiques qui n’ont jamais été autant au cœur de l’actualité !

image

Ah, ça fait un moment que je cherche ces albums…

Tori.

Il me semble que, à l’image des Piépons (dont je découvre qu’il existe un tome 2), il s’agit là d’une création pour le marché franco-belge. L’édition chez Platinum date de la même année. Je soupçonne en fait qu’elle a été lancée en Europe avec une “traduction” vers les États-Unis.

piepons01_21022002

Jim

Ah, merci d’avoir bougé alors.
Les Piépons, que j’ai découvert dans les “pubs” de l’album, sont devenus une nouvelle raison de chasse …

J’en suis pas sûr à 100%, hein. Disons que spontanément, j’aurais dit que ça faisait partie de ses productions franco-belges (j’ai lu quelque part qu’il avait fait une histoire de Natacha avec Corteggiani, mais je ne la connais pas).

Jim

Oui, les éditions américaines de Buzz & Bell (Buzz & Bell - Space cadets) et des Piépons (Smokehouse five) datent étonnamment de la même année (1991) que les éditions françaises…
Est-ce possible, aussi, que ça reprenne, en fait, des gags publiés dans MAD ?
Il existe aussi la possibilité qu’il s’agisse, dans les deux cas, de la “traduction” de travaux effectués en espagnol.

Tori.

Va falloir enquêter …

Sur Lambiek, ça dit :

Other serials by Aragonés at the time were ‘The Smokehouse Five’ and ‘Buzz and Bell’, which were distributed in Europe to publishers like Dupuis (Belgium) and Carlsen (Germany) through the Strip Art Features syndicate.

Tori.

Les éditions américaines ont été publiées par Platinum Comics, une branche d’une compagnie appartenant à Scott Rosenberg et Ervin Rustemajic. Ce dernier est un éditeur, imprimeur et agent littéraire bosniaque, dont le travail consistait majoritairement à faire publier dans des langues étrangères tout un catalogue d’auteurs et de séries (dont parfois il assurait l’impression des versions nouvelles). Pour l’anecdote, Ervin était (est peut-être encore, d’ailleurs) l’agent de Hermann et de Joe Kubert, et se trouve lié de près à la gestation de Sarajevo Tango du premier et de Fax from Sarajevo du second. Chez Semic, on connaissait bien Ervin (personnage très sympathique, même si c’est un requin en affaires), parce qu’il était agent du catalogue Bonelli, mais aussi parce qu’il a fourni une partie du catalogue des premiers “Semic Albums”, et que la boîte recourait souvent à ses services d’imprimeur. C’est par l’entremise d’Ervin que les droits de la série Jeremiah ont été acquis pour le marché américain, menant à la création de la série télé (Platinum Studios agit en tant que producteur pour la télévision ou le cinéma). Accessoirement, là encore pour l’anecdote, Rosenberg a été pour beaucoup dans le rapprochement des “Image Boys” avec Malibu et donc dans la création d’Image Comics.
Pour en revenir à Platinum, ils ont déjà accueilli dans leur catalogue des productions venues d’Europe (premier indice) et en général les séries publiées dans le magazine MAD sont rééditées par les soins de l’éditeur lui-même (deuxième indice). Tout cela me laisse penser que ces séries sont des créations “francophones” même si dans le cas des bandes d’Aragonès, la bande-son importe peu.

Jim

SAF, c’est le nom de la boîte d’Ervin Rustemajic. On peut sans doute en conclure qu’Aragonès a fait la série, qu’il l’a ensuite confiée aux bons soins de son agent, qui l’a revendue en France, en Allemagne, en Amérique… Du coup, les éditions doivent se suivre question dates. Et ne pas provenir d’Amérique. L’auteur étant espagnol de naissance, je me dis que la discussion sur cette série trouve logiquement sa place ici.
Ah, les affres de la mondialisation !

Jim

Comme quoi, un simple petit achat chez un bouquiniste amène des discussions et recherches passionnantes. Merci à vous deux !

Et puis, ça contribue à faire bouger cette section : merci à toi !

Jim

Il a pas mal bougé dans sa jeunesse, le bougre : Espagne, France, Mexique, États-Unis.

Tori.

Quand on peut informer de l’existence de produits de qualité. Reste à savoir si ça peut intéresser d’autres personnes …

Je l’ai croisé à un Angoulême il y a genre trente ans : il parlait un sabir hispano-franco-anglais assez incroyable, aussi tarabiscoté que compréhensible. Quand ils se mettent en scène dans leurs bandes, Evanier parvient très bien à restituer par écrit ce gloubiboulga du langage.

Jim

Et sur ce que j’ai lu, c’est bien traduit, vraiment fun…

Oui, à chaque fois que je vois un truc qui le met en scène, que ce soit par Evanier, par Sakai ou même par Aragonés lui-même (mais je soupçonne que quelqu’un (Evanier ?) repasse derrière), j’ai l’impression d’entendre le bonhomme (que je n’ai pourtant jamais croisé).

Tori.