CAPTAIN AMERICA : GUERRE FROIDE (Collectif)

100% MARVEL : CAPTAIN AMERICA - COLD WAR

Tochi Onyebuchi, Jackson Lanzing, Carlos Magno, R.B. Silva… I 152 pages, 20,99 €

Toutes les pièces sont en place sur l’échiquier… Deux Captain America ne sont pas de trop pour faire face aux machinations, aux trahisons et aux dangers qui se trament en secret. Misty Knight, Sharon Carter et Black Widow entrent également dans la danse, mais à qui faire confiance ?

(Contient les épisodes US Captain America: Cold War Alpha (2023) 1, Captain America: Symbol of Truth (2022) 12-13, Captain America: Sentinel of Liberty (2022) 12-13 et Captain America: Cold War Omega (2023) 1, inédits)

10 JANVIER

Les intrigues des deux séries se rejoignent quand James Barnes AKA La Révolution et White Wolf s’allient en capturant Nomad (Ian Rogers) et utilisent les forces de la dimension Z contre le Cercle Exterieur.

Les deux Captains, Sharon et Misty se lancent dan la bataille alors que la Dryad (Peggy Carter) et Black Widow ne sont pas loin.
On sait que les scénaristes ont appris à ce moment là que JMS arrivait pour reprendre la sérié Captain America. On sent que parfois tous s’accélère d’un coup. Une page où Steve se refait les points principaux de la saga semble être là par manque de place. D’un autre coté, certains aspects semblent plus faire du surplace. Cependant la saga se lit bien. On est juste un peu moins bien que sur la série Sentinel et plus dans ce qu’on ressentait à la lecture de symbol.

Ce cross est découpé en 6 numéros. Un prologue et un final dessiné par un Carlo Magno solide mais avec un dessin plus « gras » qu’à l’accoutumé, il me semble. Deux épisodes de symbol par RB Silva, qui propose de superbes planches mais ne semble pas tenir un épisode sur le même niveau. Enfin deux numéros de sentinel par Alina Erofeeva, une dessinatrice ukrainienne qui a un bon sens du découpage mais qui a un trait et un dynamisme qui demande à s’étoffer.

Kelly/Lanzing et Onyebuchi collaborant sur les spéciaux et signent leurs séries respectives avec une certaine efficacité mais peut être un peu trop verbeux avec des catchphrases un peu faciles.
Il en reste une saga sympathique mais qui aurait pu attendre un peu pour arriver plus tard. Il faut laisser la place à JMS et tout se résout n peu vite (même s’il reste un tome pour conclure la saga du cercle extérieur) pour des menaces qui se voulaient au-dessus du lot. Un peu comme la cour des hiboux ou un scenario des scénaristes stars actuels ou récents (Bendis, Hickman, Millar, Ram V …), on promet beaucoup pour arriver à des fins qui restent faciles et rapides.
Ceci dit, on est toujours sur une bonne série sympathique et qui pour les fans du personnage arrive aussi à revenir sur des points laissés de coté depuis un moment comme Ian Rogers.

1 « J'aime »

Autant j’ai adoré les 2 premiers tomes de la sentinelle de la liberté autant je suis resté sur ma faim avec cette guerre froide qui me laisse un arrière gout de trop peu.