CAPTAIN MARVEL #1-11 (Kelly Thompson / Carmen Carnero)

Coquin.
(cross-topics)

cm9-1

CAPTAIN MARVEL #9
JUN190958
(W) Kelly Thompson (A) Carmen Nunez Carnero (CA) Mark Brooks
A STAR RISES, ANOTHER FALLS!
Being Captain Marvel has been the greatest joy of Carol Danvers’ life. But a new hero is rising to the limelight – just as Carol’s own powers begin to fail her. With everyone now believing she’s a Kree traitor, Carol can’t help but wonder…does the world even need Captain Marvel?
Rated T+
In Shops: Aug 14, 2019
SRP: $3.99

cm9-3

cm9-4

Source : www.bleedingcool.com

Rhodes is back ?

Oui, ressuscité sur la fin du run de Bendis dans Iron Man. Réutilisé par Slott dans la nouvelle série, bien qu’il ne supporte plus d’être enfermé dans une armure. Et remis avec Carol ici.

Heureusement qu’il y a des gens qui lisent Bendis pour tout nous expliquer.

Jim

J’avais beaucoup aimé son premier story-arc.
J’ai complètement « pas-lu » la suite, mais je me suis fadé son dernier épisode, giant-sized, où il range ses jouets.

Heureusement qu’il y a des guetteurs dans ton genre.

Jim

Je ne suis pas si vieux ! :smiley:

Je suis très fan du travail de Kelly Thompson ici. Celle-ci semble vouloir lier tous les événements intervenus depuis le #1, mais aussi surfer sur The Life of Captain Marvel, une saga et un retcon qui m’ont plu. Cool.

Carol n’est pas dupe de l’offre de Minerva, et enquête dessus avec Rhodey. Elle rejette l’offre d’Abigail Brand, qui veut la soutenir malgré son expulsion de l’US Air Force, et découvre un autre Kraken à l’endroit où le traceur que Carol a placé sur Minvera se trouve. Un Kraken comme celui qu’elle a affronté récemment… la lutte est déséquilibrée, et Carol est sauvée par l’étrange Star. Elle accepte d’être examinée par Tony Stark, qui trouve un étrange élément en elle. Carol amène Spider-Woman chez elle, dans le Maine, dans une « Captain-Marvel-Cave » plutôt cool ; et l’élément en elle correspond à un des éléments Kree de The Life of Captain Marvel. Carol abandonne Jessica, pense retrouver Minerva… mais ne trouve que Minerva vaincue, quelqu’un d’autre tire les ficelles !

Un bon numéro, dense et intense. Kelly Thompson gère idéalement son casting, même si elle se concentre ici sur Carol (elle me fait aimer ce personnage avec qui j’ai eu tant de mal), Rhodey (très bien), Tony et Jessica Drew (parfaits dans leurs rôles). Le « jeu de piste » est classique mais bien fichu, et l’ensemble est autant fluide que cohérent.
J’apprécie particulièrement la caractérisation, les dialogues, et les multiples rebondissements. Il se passe beaucoup de choses, tout semble lié, et ça me plaît beaucoup. Carmen Carnero livre de très belles planches, et même si son style n’est pas flamboyant, il fonctionne et livre de très bons moments.
Je suis fan ! Vivement la suite.

CAPTAIN MARVEL #10

Written by: Kelly Thompson.

Art by: Carmen Nunez Carnero.

Covers by: Mark Brooks.

Description: It’s official: New hero Star is in and Captain Marvel is out! As Carol struggles to deal with her changing role and unravel the mystery of what is happening to her powers, a risky new alliance she’s forged may turn out to be even more dangerous than she expected. Will Carol be willing to make the ultimate sacrifice to save a world that has turned on her?

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: Sept. 11.

Source : www.comicscontinuum.com

Kelly Thompson réunit les éléments de son run pour, déjà, un sommet dans ses intrigues ; ça fonctionne bien. Et ça tape dur.

Carol amène Minerva, découverte blessée, chez Tony. La Kree s’explique : c’est bien elle qui a monté le public contre Carol / c’est elle qui a libéré les Krakens / c’est elle qui manipule depuis des mois. Elle veut pousser Carol à collaborer avec elle pour sauver les Kree. Elle a cependant utilisé des cobayes humains pour créer des « bâtards » Kree-Humains pour repeupler les Kree. Elle a intégré un dispositif dans Carol, qui siphonne son énergie pour la transmettre à une autre ; la super-héroïne Star. Carol va en pleine ville et appelle Star, les deux se battent. Carol s’arrache l’émetteur pour affaiblir Star, qui révèle un visage violent, mais ça ne fonctionne pas. Star révèle être la journaliste du #1, terrorisée par la violence de ce monde et qui « doit » se protéger, donc être ultra-puissante ; et elle révèle avoir lancé une infection globale, qui absorbe l’énergie des new-yorkais pour augmenter sa puissance.

Bon, clairement, le « plan » du personnage à la fin fait penser aux savants fous à l’ancienne. Mais ça ne gêne pas la lecture d’un bon numéro, qui relie les éléments installés par Kelly Thompson. L’auteure parvient à rendre l’ensemble dynamique, en insistant sur la caractérisation et les dialogues, toujours excellents. J’adhère vraiment à sa Carol, définitivement sympathique et agréable alors que je ne l’ai pas supporté ces dernières années.
L’intrigue elle-même est pertinente, la gestion de Minerva est bonne, et l’explication se tient ; c’est agréable. L’ensemble est fluide, solide, et l’action n’est pas juste bourrine. Carmen Carnero livre encore de très belles planches, c’est fort joli et agréable ; comme d’habitude.
Encore un bon moment. Définitivement la série qui me réconcilie avec Carol !

CAPTAIN MARVEL #11

Written by: Kelly Thompson.

Art by: Carmen Nunez Carnero.

Covers by: Mark Brooks, Elizabeth Torque.

Description: The world has turned its back on her. Her powers are fading. And Carol Danvers has never felt more lost. But when a world that shunned her needs Captain Marvel, she will answer the call, because that’s what heroes do. Carol is in the fight of her life – one that by it’s very nature must destroy her. What will be left when it’s all over?

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: Oct. 16.

Source : www.comicscontinuum.com

J’avais pas fait gaffe, mais le style de Carnero m’a l’air pas mal du tout.

C’est très joli, ça fonctionne très bien sur le titre.

Dernier numéro de la saga de Kelly Thompson où Carol Danvers perd « tout » (crédibilité, réputation, estime d’autrui, pouvoirs) du fait de Star, jeune super-héroïne modifiée par Minerva. Star est la journaliste du #1, traumatisée par le premier story-arc et ivre de vengeance.
Une fin classique mais efficace.

Star absorbe l’énergie de plusieurs New-Yorkais, pour compenser la déconnection opérée par Carol entre elles (Star « tirait » ses pouvoirs de Captain Marvel) ; les gens se meurent. Carol se bat, échoue ; Hazmat vient l’aider, mais échoue. Une petite fille vient protéger Carol, et Star la repousse violemment. Carol bondit, arrache le dispositif récepteur des pouvoirs de Star (dans sa poitrine), et tout s’arrête. Carol retrouve ses pouvoirs, Hazmat et elle avancent dans leur relation, Carol est revenue en grâce aux yeux des gens, même si elle sait que l’avis peut changer vite. En parallèle, Star s’échappe car elle a encore des pouvoirs.

Très classique, oui - mais très efficace. Je suis friand de ces récits « à l’ancienne », de ces conclusions qu’on connaît par avance mais qui fonctionnent vachement bien. Le héros (ici une héroïne) à terre, la pote qui arrive mais perd, la foule qui vient aider l’héroïne, l’héroïne qui se dépasse… oui, Sam Raimi a illustré par deux fois la puissance épique de ces moments, mais bon sang, ça marche sur moi.
Kelly Thompson gère admirablement bien ses personnages. Star est certes clichée (je ne comprends pas l’intérêt d’une future mini-série sur elle, d’ailleurs), mais Carol et Hazmat sont parfaitement écrites et incarnées. C’est un régal de lire les échanges entre les personnages, et si l’ensemble est assez « prévisible », tout est très agréable.
Carmen Carnero participe pleinement à la réussite générale, avec des planches superbes et une narration idéale. C’est beau, c’est léché, c’est vraiment bien fichu, et ça fonctionne complètement.
Je reste fan. Vivement la suite !

Mais elle ne restera pas sur le titre.on devrait la voir prochainement sur un nouveau titre X.

Carmen Carnero ?

Oui, elle va dessiner une série qui s’intitulera X-Corp (on ne connait pas encore le nom du ou de la scénariste)…

Quel dommage.

Tiens donc !