CAPTAIN MARVEL #1-26 (Kelly Thompson / Carnero, Garbett, Smith)

Heureusement que les Asgardiens grandissent moins vite …

Je n’avais pas vu, mais elle le dit dans la dernière case…

Tori.

J’avais un doute entre fille et petite fille. J’ai un peu perdu mon asgardien, à force de ne pas pratiquer.

Et l’autre gars, ce serait bien le fils de Loki, d’après ce qu’il lui répond…

Tori.

Ah ? Avec Namor ?
(je me posais la question, justement)

Ben c’est comme en anglais : son = fils, dottir/daughter = fille.

Tori.

Justement.

Bon, le fait qu’ils soient demi-dieux pourrait peut être expliquer le fait qu’ils soient adultes. Mais bon, si on prend le cas d’Hercule … Après, ça fait partie de l’élasticité temporelle de Marvel.

Sympa’, mais redondant.
Kelly Thompson s’amuse à créer un futur apocalyptique, où quelques survivants sont menés par Carol, déplacée dans le Temps. Ils découvrent Ove, qui s’avère être le fils de Namor, qui mène New Atlantis. Sauf que si tout paraît idyllique, tout est basé sur l’asservissement d’anciennes super-héroïnes, comme Jolt, Armor, Crystal et… Magik, dont les pouvoirs ont fait venir Carol pour des projets mystérieux. Ove entend en effet l’utiliser, grâce à sa mère : l’Enchanteresse !
C’est sympa’, oui. Mais bon, ce trip’ post-apocalyptique, on l’a déjà un peu vu dans la première saga… où, déjà, Carol menait des survivantes ; où, déjà, l’ennemi voulait absolument Carol ; où, déjà, l’ennemi asservissait des femmes. Kelly Thompson se répète ici, et si elle continue à très bien caractériser ses personnages (superbe Emma Frost) et à les faire très bien dialoguer, ça ronronne… et ça n’avance pas.
Encore une fois, Carol ne passe pas de temps dans son monde, dans son présent, dans son rôle de « première super-héroïne Marvel ». C’est quand même dommage, d’autant qu’on revoit la même chose, hein.
Bon, Lee Garbett livre des jolies planches, c’est fluide et efficace, avec une belle ambiance. Graphiquement, c’est réussi.

Ca ronronne trop, ça se répète, et les qualités d’écriture des personnages ne cachent plus le vide du fond de la série. Hélas.

IN THE LION’S DEN!

As OVE’s plans for CAPTAIN MARVEL are uncovered, Carol and her team must call upon new weapons and heroes — both new and old — to save Earth from his reign. Thunder and lightning — magic spells and mighty fists — it’s no holds barred against a mad king for the fate of this world…and maybe so much more?

Captain Marvel #25

Written by Kelly Thompson
Art by Lee Garbett, Belen Ortega
Cover by Jorge Molina
Release Date: January 27, 2021

Le numéro est bon, mais quel triste « anniversaire » (un #25 est souvent un événement), et surtout quelle triste orientation de la série.
Kelly Thompson poursuit sa saga dans le futur post-apocalyptique, avec Ove (fils de Namor et de l’Enchanteresse) responsable de la venue de Carol, car il veut échanger sa place avec elle et régner sur le passé. Youhou. Plusieurs rebondissements et révélations se succèdent, notamment Ove qui a tué son père, les dessous de la relation Amora/Namor, la fille de Thor finalement digne de Mjolnir, jusqu’au final où Carol est libérée et surpuissante.
Ouais, bon. Ca se lit bien, Kelly Thompson livre de bons dialogues et de bonnes caractérisations, mais le fond est décevant. Déjà, les dessous du voyage temporel de Carol sont assez nazes, ainsi que la motivation d’Ove. Surtout, on a encore Carol « ailleurs », dans un autre temps, dans une autre dimension avant, et ça devient lassant.
Bon, Lee Garbett propose de jolies planches, les personnages sont bien dessinés même si les décors sont absents.

Une lecture fluide, mais une intrigue de fond mal fichue et dont les orientations lassent.

CAPTAIN MARVEL #26

Written by: Kelly Thompson.

Art by: Lee Garbett.

Covers by: Jorge Molina, Leonel Castellani, Emanuela Lupacchino.

Description: With the help of her allies, Carol Danvers taps into a new level of power in her fight against Ove, but at what cost? It may be enough to save the future from Ove, but what about the past? And will saving the future mean sacrificing her only chance to go home?

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: Feb. 24.

La saga futuriste est enfin terminée, et c’est bien. Kelly Thompson dénoue le fil épais de son intrigue, ça fonctionne mais sans passion, sans entrain.
Le final n’en est pas un, Carol revient au présent mais ne retrouve pas Ove, fils de Namor et de l’Enchanteresse qui arrive dans le présent… on ne sait pas trop pourquoi, finalement. Et Carol qui quitte Rhodey parce qu’elle a vu, dans le futur, qu’il a eu une fille avec une autre, à l’identité inconnue, tout ça est quand même lourd et mal amené.
Lee Garbett illustre ça efficacement, mais lui non plus n’a guère envie de briller. J’espère un sursaut, mais dieu que la série est poussive.