CAPTAIN MARVEL 2 (Nia DaCosta)

Marvel Studios a confié la direction du second volet des aventures de Captain Marvel à Nia DaCosta. La réalisatrice s’est fait connaître en 2018 par le film indépendant Little Woods avec Tessa Thompson. Elle a depuis réalisé la nouvelle version de Candyman, dont la sortie a été repoussée en octobre.

Captain Marvel 2 sortira (si tout va bien) en 2022.

media

Cool.

C’est bien. Mais Marvel peut aussi mettre des réalisatrices sur des films avec un mec en tête d’affiche.
Des mecs avec des mecs, des filles avec des filles, des blacks avec des blacks (voir Black Panther et les propos d’Anthony Mackie sur le sujet), c’est limite neuneu.

Complètement. Cette bonne vieille trouille du « bad buzz » inopiné…

… hélas justifiée par une masse de plus en plus importante de tarés sur les réseaux sociaux.

ca devrait être rebaptisé réseaux de haineux et neuneu plutôt que sociaux. Il y a plus rien de social dans ces réseaux, j’ai l’impression d’avoir le retour du lycée sans filtre avec des clans et tout.

J’aurais plutôt dit collège, vu le bas niveau.

Mouais, j’ai quand même du mal avec ce genre de dénonciation en bloc, et de posture de panique morale.

Bien sûr qu’il y a des effets d’entraînement, et des effets de masse, et des bulles qui se créent. Bien sûr qu’il y a des dérives et des effets délétères et des gens qui les exploitent. Mais les réseaux sociaux (terme fourre-tout, en plus… y compris ce forum ?), c’est comme tout le reste, c’est un outil : tout dépend de ce qu’on en fait, et tout dépend d’où on regarde pour ce qui est du résultat. Je vois des choses affligeantes (ce matin encore j’ai failli rebondir sur le chouette poste de myLord of Babylon sur Fawlty Towers en mentionnant une récente polémique un peu débile, et puis j’ai renoncé…), mais je vois aussi passer des trucs chouettes, des gens qui se rencontrent, se fédèrent, se soutiennent, et des évolutions qui me semblent aller dans le bon sens et qui n’auraient pas eu lieu autrement . (Et puis entre les deux il y aussi de la marge pour un tas de trucs qui ne relèvent ni du pire ni du meilleur, fondamentalement.)

Ça me rappelle toujours une phrase que Kosciusko-Morizet avait dit en « off » il y a quelques années (parce que pour une fois qu’une personne politique dit un truc intelligent, il faut évidemment que ce soit en off), s’amusant de ce que chaque fois qu’on parle des Internautes du Moyen-Orient c’étaient tous des héros de la liberté et de la démocratie, alors que quand on parlait des Internautes de France c’étaient tous des pirates, des pédophiles et des nazis…

C’est pas de la dénonciation en bloc, ni de posture de panique morale, juste un avis, un ressenti.

Un forum n’est pas pour moi un outil de réseaux sociaux, ça existait bien avant que ce terme existe. Je mets dans les Réseaux sociaux, FB, Twitter, et Instagram.

Il ne faut jamais oublier qu’on parle d’une mini minorité, dont le pouvoir de nuisance est parfois gonflé à l’extrême.

Oncle, je partage le même ressenti que KabFC. Il y a un effet d’emballement indiscutable depuis quelques années… pour le meilleur, mais aussi bien trop souvent pour le pire.
La différence entre maintenant et avant ? La vitesse de l’information et un sentiment d’impunité limite effrayant dans l’expression débridée. Quand dégâts il y a, ils sont souvent irréparables.

Quant à Kosciusko-Morizet… « On », ce n’est personne et tout le monde. Un bel exemple de généralité creuse. « On » peut y voir de l’intelligence, ou pas.

Quand tu englobes tous les réseaux (et tout ce qui s’y passe) dans un même ensemble et que tu en fais une présentation uniquement négative, j’ai du mal à voir comment appeler ça autrement, objectivement.

Là c’est plus subjectif et tu peux tout à fait ne pas t’y reconnaître, mais à un niveau plus global j’ai quand même cette impression de voir se répéter à chaque décennie les mêmes mécanismes de cristallisation et de rejet « générationnel » sur un objet, un outil, un médium ou une forme d’expression. Ces dernières années c’est les réseaux sociaux, je me souviens du temps où c’était les téléphones portables, ou les jeux vidéo, ou le rap. Et avant ça… la télévision… le rock’n’roll… on doit sans doute pouvoir remonter beaucoup plus loin.

Techniquement les premiers forums informatiques (ou bulletin boards comme on disait alors) ont éclos dans les années 70 et donc prédatent même l’Internet proprement dit (je vous parle du temps de feu Arpanet et des débuts d’Usenet). Mais l’argument de l’étiquette, de l’invention du terme appliqué me semble tout de même bien étrange. On a heureusement pas attendu de définir les lois de la thermodynamique pour faire du feu. (Par ailleurs, si tu as une date pour le moment où on aurait commencé à utiliser le terme « réseaux sociaux » dans le sens informatique de la chose, je suis preneur, car j’ai cherché et je n’ai rien trouvé.)

L’article Wikipedia francophone définit le réseautage social comme « l’ensemble des moyens ‹ virtuels › mis en œuvre pour relier des personnes physiques ou personnes morales entre elles. » Un peu plus précis, son pendant anglophone (social networking service, also social networking site or social media) parle, lui, d’une « plateforme en ligne servant à créer des réseaux sociaux ou des relations sociales avec d’autres personnes qui partagent des centres d’intérêts personnels ou professionnels, des activités, des historiques ou des relations dans la vie réelle », et, « dans un sens plus large », « des sites web qui facilitent la création d’un réseau de contacts dans le but d’échanger en ligne différents types de contenus ».

Je suis d’accord que l’image des forums est un peu à part de ce que l’on désigne ordinairement sous l’étiquette « réseaux sociaux » (raison pour laquelle j’ai laissé un point d’interrogation dans mon message initial), mais d’un point de vue théorique un tant soit peu rigoureux j’ai du mal à voir où se situe la ligne de démarcation, et d’un point de vue pratique, à partir du moment où on compte Reddit et 4chan comme des réseaux sociaux, la frontière avec un forum me semble devenir plutôt floue et poreuse.

Ce qui m’amène à…

Euh… oui, mais non. Enfin, je veux dire, oui comme exemples de trois réseaux sociaux, mais non s’il s’agit d’utiliser ces trois-là comme définition fermée du champ des réseaux sociaux.

En plus ce ne sont même pas les trois plus populaires.

Toujours d’après l’article Wikipedia anglais, relayant une étude du portail allemand Statista (les chiffres de l’article Wikipedia français n’ont pas été mis à jour depuis dix ans :roll_eyes:), les dix-sept réseaux sociaux les plus utilisés dans le monde au printemps 2020 étaient, par ordre décroissant : Facebook (un peu moins de deux milliards et demi d’utilisateurs), Youtube, WhatsApp (deux milliards chacun), Facebook Messenger, WeChat, Instagram (un milliard d’utilisateurs), TikTok (800 millions d’utilisateurs), QQ, QZone, SinaWeibo, Reddit (430 millions), Kuaishou, Snapchat, Twitter (386 millions), Pinterest, Douban et LinkedIn (310 millions).

Ça donne déjà un tableau un peu plus riche de la chose, il me semble — et ça relativise aussi l’importance de deux de ceux que tu as nommé par rapport au premier.

Je n’ai pas dit le contraire, et je ne prétends pas substituer un tableau « tout idyllique » à un tableau « tout noir ». Qu’il y ait des effets négatifs me semble aussi relever de l’évidence. Que certains de ces outils tendent à favoriser un certain type d’expression, ça me semble également relever d’une certaine logique observable. Mais je ne pense pas que l’impact des réseaux sociaux se limite à leurs effets négatifs, ni que ceux-ci soient une fatalité. Réciproquement, je ne pense pas non plus que ces effets (négatifs ou positifs, d’ailleurs) aient pour seule cause les réseaux sociaux, mais plutôt qu’il y a conjonction avec d’autres (sociologiques, historiques…).

Et quand 31% de l’humanité — quasiment un tiers — utilise les réseaux sociaux et qu’on passe nous-mêmes plusieurs heures par semaine sur ce forum (sans préjuger d’autres applications sur lesquels chacun serait inscrit ou pas), je trouve un peu limité de ne voir dans l’activité sur lesdits réseaux qu’une bagarre dans la cour de récré du collège qu’on observerait depuis l’immeuble dans face, sans y avoir aucune part.

Je n’ai pas retrouvé en ligne la citation exacte, qui était de toute façon des propos rapportés en « off » (et que j’avais dû entendre à la radio), donc « on » va éviter de faire un procès sur le choix de chaque mot. De mémoire, elle visait les discours des cadres de son propre parti politique. Mais la généralisation ne me semble pas si abusive.

Hahahaha

Don’t mention the polemique

Je te voyais écrire et je fus frustré de ne pas te lire. Je comprend ton renoncement. Cette histoire fut bien sur stupide et heureusement très courte

(cela dit le point qui m’a intéressé fut son absence totale sur les zozo sociaux français face à l’ampleur concernant celle sur Autant emporte le vent)

D’accord et pas d’accord. Bien au contraire et d’autant plus qu’ensuite tu démontres l’inverse*.

(cette phrase qui ne veut rien dire vous est offerte par bibi. C’est cadeau)

Je m’explique. La neutralité d’un outil est illusoire, sa fonction même induit une utilisation précise. On ne peint pas avec marteau, on n’enfonce pas un clou avec un pinceau. Avec une arme à feu on tue

Les réseaux sociaux c’est la même chose. Les caractéristique essentielle de chacun font qu’on ne communique pas de la même façon, ajouté à cela une certaine histoire et une captation par un ou plusieurs groupes. Avec ses 180 (puis un peu plus) mots, Twitter n’a pas vocation aux développement d’une pensée mais plus à la confrontation d’opinion avec un certain culte du bon mot. C’est pour cela qu’il est devenu le réseau social de référence des journalites (et que de fait on a l’impression qu’en terme médiatique il est le plus important mais c’est une illusion du au fait qu’il est utilisé par les journaliste).

Instagram ou Facebook ont des fonctionnalités différentes qui ont pour conséquence une utilisation différente. De la même façon que le blog ou le forum.

De fait la condamnation en masse des réseaux sociaux ça veut tout et rien dire. Je ne me vois pas aller demander la fermeture de Linkedln. Par contre appelez moi quand on cramera twitter.

Ouaip, voilà. :sweat_smile:

J’ai essayé de présenter le truc et au final pour qu’il y ait tous les éléments, ça devenait un post presque aussi long que le tien, pour un sujet beaucoup moins intéressant.

En revanche je mettrai un bémol au côté « court » de l’histoire. Car la remise en ligne de l’épisode a été bien moins relayée que sa suspension. Du coup, sur la chaîne Youtube de la BBC par exemple, il y a la scène culte de la commande du repas, et dessous, ça pullule de commentaires de gens qui hurlent à la purge progressiste, au on ne peut plus rien dire, etc., etc., et qui ont l’air d’ignorer aussi bien le fait que l’épisode n’a été inaccessible que 48h, que le fait que ce n’est pas cette scène-là qui a justifié la « censure » (ou qui font comme si).

Entre les marketeux idiots de UKTV qui n’ont pas une once de second degré, et les majors Gowen en herbe qui se prennent pour des résistants parce qu’ils regardent sur Youtube une scène qui ne pose problème à personne, ça fait quand même un tel engrenage d’absurdité à tous les étages que ça serait presque digne d’un sketch des Monty Python. Si ce n’était pas aussi triste. :roll_eyes:

Je suis plutôt d’accord sur l’idée que l’outil n’est pas absolument neutre ; reste que les utilisations qu’on en fait peuvent varier tout de même. Un marteau, c’est fait pour taper… mais tu peux t’en servir pour planter un clou et bâtir une maison, ou tu peux défoncer le crâne de quelqu’un avec : ce n’est pas tout à fait la même logique. Twitter, c’est un peu pareil. On est d’accord que ce n’est pas l’endroit conçu pour favoriser la pensée riche, complexe et nuancée ou l’argumentaire finement fouillé. Mais ça peut servir à d’autres choses, qui ne sont pas nécessairement toujours condamnables. :wink:

(avant que ce débat n’aille trop loin)

Un avis.

Je pense que les forums ont des buts et des limites comme par exemples ici, maintenant comme tu les dis des forum comme 4chan dépasse un peu le cadre « classique » du forum. Maintenant je vois pas 4chan comme un réseau social.

C’est vrai, même si surement de par mon utilisation je trouve que certains ne devrait pas être dans la liste, Youtube est une plateforme de streaming avec du contenu et des gens qui veulent se faire remarqué, mais n’est pas un lieu d’échange aussi propice que peut l’être un Facebook ou un twitter, What’s app est un service de discussion fermé, tu ne vois pas les messages que tes amis ou autres mettent sur leur mur. Tip Tok, je l’ai découvert pendant le confinement avec ces gens qui montre leur tenue d’intérieur et leur tenue de soirée. J’ai pas trop compris le délire, mais je dois être trop vieux.
Pareil Pinterest je le vois pas comme un réseaux social, je l’utilise beaucoup et je discute pas avec les gens, je vais y chercher des photos, de l’inspiration, mais je n’échange pas, je ne vois pas de contenu autre que des photos. J’oubliais Linkedin. Les autres je connais pas.

C’est pas une fatalité, mais quand on voit l’augmentation alarmante de « fake news » et la manière dont elle se propage à une vitesse monstre, même par des gens voulant bien faire, c’est incroyable, J’ai l’impression que la grande majorité ne va plus chercher d’information sur des sites (ou autres moyens, papiers, tv, radio) journalistique, mais se contente de gober des points de vues biaiser par les gens qui les fournit.
Je me souviens encore d’une vidéo pendant les émeutes aux us ou on voyait une dame noir se prendre un gros bourre pif d’un flic, évidemment cela suscite un tollé dans les réseaux sociaux, pourtant un ou deux jours après la vidéo complète est apparue, on voit la femme allé voir le flic et commencé à le frapper, au départ il l’a repousse, la seconde fois il se défend ce que je comprends tout à fait. Bizarrement la vidéo n’a pas été autant relayé et de toute façon c’était trop tard le mal est fait l’opinion c’est faite sur un flic à frappé une femme noire en pleine protestation.

Parce que ce sont les 31% de l’humanité qui y ont largement accès. Tu enlèves les pays pauvres ou en voix de développement qui n’en ont un peu rien à faire, tu verras que la majorité de la population dans on va dire l’hémisphère nord les utilise.

0-4

Jim

Iman Vellani (Kamala Khan) et Teyonah Parris (Monica Rambeau) feront partie de la distribution de Captain Marvel 2.