CEREBUS IN HELL ? (Dave Sim)

http://imageshack.com/a/img923/5053/7pAYkX.jpg

Pour fêter correctement les 30 ans de Cerebus, son créateur Dave Sim annonce le retour de l’étrange Oryctérope le temps d’une nouvelle mini-série baptisée Cerebus en Enfer en 2017.

Comme son titre l’indique, ce récit expliquera ce qu’est devenu le personnage depuis sa mort survenue il y a douze ans.

En attendant d’en savoir plus, voici un petit sketch qui suggère ce qui attend ce pauvre Cerebus :

http://imageshack.com/a/img921/4151/8y8Anu.jpg

Cerebus in Hell, mini-série en quatre chapitres, sera précédée dès septembre d’un numéro spécial réalisé par Dave Sim et ses amis.

Liens
Le site de Cerebus : cerebusdownloads.com
La page Deviantart de Dave Sim : dave-sim.deviantart.com

[quote]CEREBUS IN HELL #4
FEB171010
(W) Dave Sim, Sandeep Atwal (A/CA) Dave Sim, Gustave Dore

Cerebus makes another attempt at proving his “post-revolution” worth after the snakes take over the Infernal Realms in the epic graphic-novel length (for this comic, anyway) 6-page “Bipedal Gender Evisceration Bloodbath Countdown of Doom the Reality Show on Ophidian Sportsnet Two.” Sixteen more epic-length four-panel comic strips complete in this issue!

In Shops: Apr 26, 2017
SRP: $4.00[/quote]

Je viens de m’attaquer à cet Everest des comics qu’est la saga de Dave Sim, “Cerebus” (avant d’entamer “Cerebus In Hell”, mais ça sera pas avant un bon moment…) ; je n’en suis qu’à la fin du premier volume, les 25 épisodes période parodie du “Conan” de Barry Windsor-Smith.
En général, vu que je me suis pas mal renseigné sur le titre et sur son auteur (et c’est absolument fascinant, dans toutes les implications), on considère que ces épisodes sont dispensables et que l’on peut directement attaquer avec le volume deux, entièrement dévolu à la saga “High Society”, communément tenu pour le vrai démarrage de la saga. Dave Sim, lui, préconise évidemment de tout lire et dans l’ordre.

J’ai choisi cette option. Et je ne le regrette pas, car je trouve ça déjà formidable, malgré d’évidentes lourdeurs et un côté presque fanzineux sur les tout débuts. Mais très vite, on a à faire à un travail d’un tout autre calibre, à une vitesse ahurissante, en fait.
Je parlerais je crois assez vite de “Cerebus” à la radio (sitôt fini le fameux “High Society”, en VF chez Vertige Graphics), mais j’essaierai de tenir sur le forum un petit journal de ma lecture des 300 épisodes de ce monument d’images et de mots.