CHÂTEAUX BORDEAUX t.1-10 (Éric Corbeyran / Espé)

La critique par damss est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

Une saga dont on sent les prémices et dont on attend la suite avec impatience. Très bien documenté sur le monde du vin, ce premier album nous met “l’eau à la bouche”. Tout y est. Qualité du dessin, scénario alléchant avec la jolie héroïne qui découvre le monde sans pitié des guerres de clochers, des manoeuvres sournoises et des éternels problèmes de succession. Espé m’a confié que le numéro 2 serait plein de rebondissements. J’attends donc avec impatience…

La critique par damss est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique de Châteaux Bordeaux T.3 (simple - Glénat) par damss est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique de Châteaux Bordeaux T.5 (simple - Glénat BD) par vedge est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique de Châteaux Bordeaux T.7 (simple - Glénat BD) par vedge est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

9782344005859-L

Châteaux Bordeaux - Tome 9

Les Primeurs

Passions au cœur du Médoc

Janvier 2009. Alors qu’Alexandra et Nicolas filent le parfait amour, l’héritière des Baudricourt finalise l’assemblage du vin qu’elle a fait cultiver sur l’île du domaine familial. Un nouveau défi de taille dans son parcours pour redorer le blason familial, mais qui n’est rien comparé à ce qui l’attend pour les mois à venir : en effet, Alexandra est enceinte ! L’infâme Bourgeau, lui, court toujours, bien décidé à prendre sa revanche sur la famille Baudricourt depuis qu’il s’est fait évincer du domaine… Paiera-t-il un jour pour ses crimes ?

Découvrez la conclusion de la saga Châteaux Bordeaux ! Une page se tourne sur cette grande fresque familiale placée sous le signe du vin, qui a autant séduit les amateurs de grands crus que les néophytes.

Neuf tomes sur le pinard. Ça me sidère.

Jim

Faudrait pas que ça te saoule !

rimshot

Les Japonais ont fait mieux : 44 tomes des Gouttes de Dieu, soit environ 8500 pages sur le pinard.
Ça peut donner le tournis.

Tori.

L’Universalis sur le pinard … épatant !

Oui, je connais de nom seulement, mais je suis quand même sidéré.

Jim

Huitième livraison de la newsletter de Glénat « spécial confinement ». Cette fois-ci, c’est Espé qui témoigne :

LE CONFINEMENT VU PAR ESPÉ

Espé travaille actuellement au tome 10 de la nouvelle saison de la série Châteaux Bordeaux : Le Groupe.
Début d’un nouveau cycle pour la saga familiale qui prend racine au cœur du monde de la vigne. Plongée dans un drame familial une nouvelle fois finement dirigé par le duo Corbeyran et Espé. Pour en savoir plus sur son travail, cliquez ici.

-Comment se passe ton confinement ?
Plutôt bien, de toute façon il faut prendre son mal en patience. Je ne vais pas donner un scoop, mais les auteurs ont quand même l’habitude du travail solitaire « confinés » dans leurs ateliers, même si certains le vivent mieux que d’autres. J’ai la chance d’habiter dans le sud de la France, là où il fait toujours beau (ou presque), j’ai une grande maison avec un jardin agréable. Je suis là avec ma femme, mes deux enfants et le copain de ma fille, que je risque d’adopter si le confinement s’éternise… Ma femme est enseignante, elle s’organise avec ses collègues et ses élèves en télétravail. Mes enfants reçoivent leurs cours et s’organisent en fonction du travail à faire. Je vois que nous sommes tous assez occupés, et pour l’instant nous gérons à peu près bien le temps passé ensemble, sans nous marcher sur les pieds. On travaille, on lit, on regarde des séries, on jardine, on discute beaucoup et on prend les jours les uns après les autres. Et je fais quand même du home-trainer pour préparer mes sorties vélo en montagne en… 2025…

-Quelles idées proposes-tu pour plus de solidarité ?
Là, c’est la question piège, dur, dur de s’aider en étant confiné… On s’appelle le plus possible. J’ai une grand-mère en maison de retraite, on l’appelle régulièrement, elle est isolée depuis plus longtemps que nous maintenant. Elle garde le moral, mais c’est difficile de se dire qu’il peut tout se passer sans pouvoir agir… Une voisine vient d’avoir une petite fille, on prend des nouvelles d’une fenêtre à l’autre de la rue… Elle est bien entourée, mais si elle avait besoin de quoi que ce soit, bien sûr que nous l’aiderions le plus possible… Avec la famille et les amis, les coups de fil se multiplient. On prend des nouvelles, on se tient informés de la santé des uns et des autres, de nos activités. On s’envoie des vidéos débiles qui font du bien. On continue à rester en contact avec les moyens de communication du moment.

-Comment ton travail de création est-il affecté, et quelles visions nouvelles cette crise peut-elle t’apporter ?
Là, c’est un peu particulier car une de mes nouveautés devait sortir la semaine de la fermeture des librairies et le début du confinement. La sortie a été reportée, évidemment, et je ne sais pas du tout quand et dans quel contexte l’album sera sur les étals des libraires…
Pour les projets en cours, c’est différent, j’avance à mon rythme, dans cette période anxiogène, c’est difficile de garder le rythme. J’essaie de poster des dessins humoristiques sur les réseaux sociaux entre deux encrages pour détendre l’atmosphère, ou faire réfléchir quand je fais quelque chose de plus noir ou grinçant. C’est ma façon de relâcher la pression.
Pour la vision nouvelle, je n’ai pas d’idées arrêtées. Nous voyons les limites de la mondialisation et de la financiarisation des services publics. Allons-nous vers un repliement sur soi et une montée des populismes, ou vers une décroissance raisonnée et une économie durable et solidaire ? C’est trop tôt pour le savoir… c’est en tout cas une réelle page de notre histoire qui se tourne et les tensions risquent d’être exacerbées….

Jim

Châteaux Bordeaux - Tome 10: Le Groupe

La nouvelle saison de Châteaux Bordeaux !

Maintenant qu’elle est parvenue à redorer le blason du domaine viticole familial, Alexandra Baudricourt-Noiret s’attaque au marché international et notamment à la vente de ses vins en Chine. Alors qu’elle revient déçue de son premier voyage d’affaires, les drames ne cessent de s’enchaîner. Entre l’accident d’hélicoptère de Maxime, l’utilisation de pesticides sur ses parcelles bio et l’attaque en justice de ses voisins, Alexandra commence à désespérer. Ces événements malheureux mettent en péril le travail accompli pendant les douze années constituant la première saison de Châteaux Bordeaux . Difficile de croire que cette succession de drames n’est que le fruit du hasard…
Début d’un nouveau cycle pour la saga familiale qui prend racine au cœur du monde de la vigne.

  • Relié : 56 pages
  • Editeur : Glénat BD (2 septembre 2020)
  • Collection : Châteaux Bordeaux (10)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2344032770
  • ISBN-13 : 978-2344032770

Corbeyran est né en 1964 et fait ses débuts dans la bande dessinée en 1990. Depuis, cet éclectique scénariste multiplie les expériences narratives et les collaborations. Curieux et talentueux, Corbeyran explore avec le même enthousiasme les registres les plus variés : thriller, anticipation, aventure, polar, science-fiction, fantastique, récits intimistes ou uchroniques… L’un de ses grands succès, Le Chant des Stryges (dessiné par Richard Guérineau et publié chez Delcourt) est doté de nombreuses ramifications, l’ensemble formant l’une des fresques les plus originales du paysage fantastique de la BD. Chez Glénat, il passionne les lecteurs avec les deux saisons de l’ambitieuse série d’anticipation : Uchronie[s] et, outre une autre très belle série SF avec Grun ( Metronom’) , il développe une vaste saga familiale ayant pour cadre le monde du vin ( Châteaux Bordeaux) avec son complice de longue date, Espé. En 2011, il adapte en trois tomes le best-seller de Bernard Werber Les Thanatonautes , avec Pierre Taranzano au dessin. Pour Delcourt, il travaille aussi sur des séries telles qu’ Abraxas , Petit Verglas , Kid Korrigan ou Le Phalanstère du bout du monde . À partir de 2018, il continue à partager sa passion de la vigne en scénarisant les BD de la collection « Vinifera ». Éditée chez Glénat, cette dernière retrace l’histoire du vin à travers les âges. En 2019 il coscénarise un ouvrage en deux volumes Les guerres d’Albert Einstein chez Robinson. Réside à Bordeaux.

Espé est né en 1974 à Mazamet dans le Tarn. Tout petit déjà, il s’essaie au 9e art en s’inspirant de ses héros : Serval, Daredevil et autres super-héros. Sur les conseils de ses parents du type « Passe ton Bac d’abord ! », il se dirige un temps vers une filière scientifique et obtient un bac D. C’est alors qu’il décide d’imposer son choix et qu’il intègre les beaux-arts de Toulouse. Là, il participe à sa première expérience fanzinesque en créant Broute , l’occasion pour lui de rencontrer plusieurs auteurs de la région toulousaine. Diplôme en poche, il fait un bref détour par le design industriel avant de retourner à ses premières amours. Il dessine d’abord pour le compte des éditions Petit à Petit avec lesquelles il collabore à trois collectifs puis à Paroles de Taule avec Corbeyran. La suite ? L’association aussi audacieuse que réussie des peintures d’Ugarte et des dessins d’Espé pour Le Territoire . Cet album atypique est une véritable galerie dédiée au genre fantastique et reste une preuve que la bande dessinée est un médium ouvert à l’exploration graphique. Toujours avec Corbeyran, il enchaîne avec un diptyque mêlant culture urbaine et polar dans Le 3e Œil , adaptation du roman Sept jours pour une éternité de Marc Lévy. Par la suite, il devient le dessinateur de Châteaux Bordeaux et son spin-off, À Table ! , qui deviennent vite des incontournables du genre. En 2015, sur un scénario de Stéphane Piatzszek, il illustre le one shot L’Île des Justes . Début 2017, il fait sensation en solo avec le poignant Le Perroquet (prix Paroles de patients 2017). En 2019, il est au dessin du titre de Stéphane Piatzszek Une famille en guerre . Réside en Ariège.